Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Le rôle spécifique de la Daf dans une structure en hypercroissance

Publié par Florian Langlois le - mis à jour à
Le rôle spécifique de la Daf dans une structure en hypercroissance

Une entreprise en hypercroissance doit faire face à de nouveaux enjeux. Quelle est la place de la direction financière dans une entreprise en très fort développement et quel rôle doit-elle jouer ? Cas d'école avec Spendesk.

Je m'abonne
  • Imprimer

Spendesk a connu une croissance remarquable depuis sa création en 2016. Aujourd'hui licorne, après sa levée de fonds de 100 millions d'euros en juillet dernier, l'entreprise double sa croissance chaque année et entend désormais poursuivre son développement en France et s'expandre à l'international.

Au milieu de toute cette croissance, quel est le rôle de la direction financière ? Elle doit tout d'abord s'appuyer sur des acquis très forts concernant les bases du métier de financier. « Concernant la partie technique, réglée, normative de la finance, j'ai la chance d'avoir une équipe exceptionnelle. Nous essayons toujours de nous améliorer forcément, nous grossissons chaque année donc nous avons de nouvelles exigences, mais nous avons des équipes, des process et des systèmes qui sont formidables, » développe Julien Lafouge, directeur financier de Spendesk. Avoir ces process efficaces permet au CFO de se libérer un temps précieux et de passer un certain temps en dehors de la fonction finance. « Si l'on veut que la finance soit perçue comme un allié, un catalyseur du business et non un bloqueur, il est important de passer du temps avec toutes les équipes de l'entreprise, » poursuit Julien Lafouge.

Un Daf créatif ?

Toujours dans cette idée d'être un accélérateur du business, le Daf se doit de poser des questions à toutes les équipes avec lesquelles il échange. « Il est important que la fonction finance force une certaine réflexion pour que les fonctions autour apportent les bonnes réponses. L'idée à la fin est de trouver les solutions collectivement. Le prisme finance est toujours important, notre rôle est de faire en sorte qu'il soit pris en compte, » rapporte le CFO de Spendesk.

Sur ce point, le Daf peut faire appel à une compétence généralement peu utilisée dans son métier : la créativité. « Cet aspect créatif ne se traduit pas dans la partie normative. Mais le rôle de l'équipe finance est aussi de fournir des chiffres de comptabilité analytique pour avoir les bonnes données, prendre les bonnes décisions, regarder un problème sous des angles différents pour optimiser les solutions. Sur ce point, il faut être proactif. Nous essayons toujours d'anticiper et d'être créatif, de générer de nouvelles idées, » complète Julien Lafouge.

Conserver une culture start-up

Un autre enjeu important est de conserver une culture de start-up au sein de l'entreprise, même si celle-ci croit fortement et devient rapidement une scale-up puis une licorne, comme c'est le cas de Spendesk. « Pour ce faire, nous apportons un très haut niveau de transparence à nos équipes. Le fait de se dire que l'on double de taille tous les ans permet également de galvaniser les équipes et d'avoir un très haut niveau d'engagement, » insiste Stéphane Baranzelli, country manager France chez Spendesk. Julien Lafouge mise de son côté sur deux valeurs principales de la société, à savoir « dare », oser, et « be an owner » qu'on pourait traduire par « menez vos projets de A à Z » pour maintenir cet esprit de start-up. « Nous avons un haut sens des responsabilités et voulons avancer aussi bien individuellement que collectivement. Pour le "dare", nous avons aussi des ambitions vraiment élevées et nous essayons de nous donner les moyens de ces ambitions, » reprend Julien Lafouge.

Une mentalité et des valeurs qui rendent Spendesk incontestablement plus attractif sur le marché de l'emploi et qui l'aide à faire face à la guerre des talents, à en croire le CFO et le country manager France du groupe. « Nous sommes un employeur de choix dans la french tech donc nous arrivons à attirer les bons talents. Mais nous ne voulons pas nous précipiter car recruter les bonnes personnes au fur et à mesure peut prendre du temps. » Stéphane Baranzelli complète en mettant en avant les perspectives d'évolution au sein de l'entreprise, étant donné sa très forte croissance. « J'ai coutume de dire aux candidats que je reçois que les collaborateurs que l'on recrute aujourd'hui ont de très grandes chances d'être les managers de demain. Nous recherchons donc de très hauts potentiels associés à des valeurs d'entreprises importantes. Nous voulons maintenir ces qualités humaines et de collaboration au sein du projet, » conclut-il.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page