En ce moment En ce moment
Méthodologie

La boîte à outils du Management transversal

Chapitre IV : Susciter une coopération durable

  • Retrouvez 6 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 1 déc. 2017
©

La boîte à outils du Management transversal

8 chapitres / 58 fiches

Développer des relations gagnant-gagnant avec ses interlocuteurs n'est possible que si le manager transversal a une représentation positive de lui-même et des contributeurs.

  • Imprimer

La coopération est d'abord une représentation constructive d'une situation ; elle permet au manager transversal de s'encourager pour ensuite développer des coopérations avec des acteurs clefs.

Comment savoir si la coopération est en bonne voie ?

Le manager transversal va devoir développer des attitudes pour coopérer ; elles seront efficaces si elles reposent sur des relations de confiance construites dans le temps par la connaissance des acteurs et des rencontres régulières ; la valorisation des contributions de chacun est aussi un levier pour encourager la coopération.

Encourager la coopération

Le manager transversal va construire par étape des relations coopératives ; cela passe par une observation de plusieurs indicateurs comme la qualité des échanges, la manière de résoudre des problèmes, la nature du travail en commun, le degré de confiance dans les relations.

Ce diagnostic est un levier puissant pour identifier les points critiques et trouver des solutions

La manière de considérer les acteurs comme des contributeurs ayant de la valeur permet également de créer les conditions à des échanges de qualité.

Valoriser les personnes et les contributions

De nombreuses études indiquent que le besoin de reconnaissance est vital. Les signes de reconnaissances favorisent l'ouverture, la confiance et donc la relation collaborative. Cette reconnaissance encourage et aide à se motiver ; un chef de projet d'une compagnie d'une agence de Presse se sent découragé et inutile car il ne reçoit aucune reconnaissance sur la gestion de son projet. Nous lui conseillons de répondre aux questions suivantes :

  • Quels signes de reconnaissance attendez-vous des parties prenantes au projet, de votre hiérarchie ?
  • Quels signes de reconnaissance donnez-vous à vos équipiers-projet, à leur hiérarchique et à votre propre responsable ?

    Les réponses à ces questions l'ont aidé à exprimer ses besoins pour combler son déficit de reconnaissance.

La coopération, des comportements et de la méthode

Le management transversal est souvent un " théâtre d'ombre " : des acteurs qui ne se voient pas ou peu, un travail dans l'urgence, des acteurs nombreux qui doivent travailler ensemble et se coordonner à distance.

La coopération repose sur " deux jambes " :

  • la relation : développer des relations de confiance dans le temps ;
  • la méthode : respecter des étapes clefs.

80 % de la réussite d'un projet dépend en effet d'une bonne connaissance des acteurs entre eux et d'une certaine sécurité dans les relations : Qui fait quoi ? Quelles contributions sont attendues ? Les règles de fonctionnement sont-elles claires ?

La coopération ne se décrète pas.

Jean-Pierre TESTA, Bertrand DEROULEDE

Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu