Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Quelles sont les priorités des dirigeants pour la rentrée ?

Publié par Florian Langlois le - mis à jour à
Quelles sont les priorités des dirigeants pour la rentrée ?

La rentrée 2021 sera un moment clé pour les entreprises, marquée par une importante phase de relance. Interrogés à l'occasion d'une enquête menée par Exec Avenue, 250 dirigeants d'entreprises ont recensé leurs priorités pour cette période de sortie de crise et de relance. Tour d'horizon.

Je m'abonne
  • Imprimer

Des changements sont-ils à prévoir au sein des entreprises pour cette rentrée 2021 ? C'est ce que laisse penser une enquête menée par Exec Avenue, un cabinet de conseil en management et en recrutement de dirigeants, et réalisée auprès de plus de 250 dirigeants de PME, ETI et grands groupes (voir le détail de cette enquête dans l'encadré ci-dessous). Il en ressort que les dirigeants sont en ordre de marche et prêts à revoir leur business model et leur méthode de management.

Dans le détail, dans une perspective de sortie de crise et de reprise d'une activité " normale ", 50% des dirigeants se disent prêts à réviser l'ordre de leurs priorités afin de renouer au plus vite avec la croissance. Un chiffre particulièrement élevé pour les dirigeants de PME (60%) au contraire des dirigeants d'ETI (seulement 28%). Parmi les priorités les plus citées, 53% déclarent vouloir accélérer l'évolution digitale de leurs activités, 49% souhaitent piloter le cash-flow mais surtout 78% d'entre eux veulent faire évoluer leur business model. Ces leviers de relance font suite aux faiblesses pointées par la crise sanitaire, notamment la nécessité d'accélérer la numérisation des activités ou de disposer d'une trésorerie solide pour faire face à une baisse d'activité ou investir dans des leviers de croissance (notamment dans le digital).

Le besoin de faire évoluer le business model est particulièrement marqué du côté des PME (84%) même si c'est aussi une préoccupation majeure pour 63% des ETI répondant à l'étude. Deux points prioritaires sont mis en avant par les dirigeants d'entreprise : faire évoluer la valeur de leur offre auprès de leurs clients (77%) et conquérir de nouveaux segments de marché ou canaux de distribution (54%). Ces deux objectifs mettent en valeur la volonté des dirigeants de capter les nouvelles opportunités de business liées à l'évolution des exigences des consommateurs et des modes de consommation.
A noter que l'idée de repenser significativement l'organisation du travail arrive en troisième position pour les PME (29%) via notamment le recours au télétravail.

Une évolution importante du modèle managérial

La crise a chamboulé le modèle managérial des entreprises, avec une grande partie des effectifs en télétravail ou en chômage partiel. Ainsi, près de 60% des dirigeants envisagent de revoir leur modèle managérial, un chiffre qui grimpe à 70% pour les dirigeants d'ETI. Pour cette rentrée 2021, 68% des dirigeants interrogés souhaitent responsabiliser davantage leurs équipes autour d'une dynamique entrepreneuriale, animée par une équipe de direction audacieuse, orientée vers la croissance. Le renforcement du collectif et la cohésion d'équipe seront également un enjeu conséquent pour ces dirigeants à la rentrée (47%). Il s'agit d'ailleurs d'une priorité pour 48% des dirigeants d'ETI et 41% des dirigeants de PME. Enfin renforcer le rôle du manager comme coach est le dernier levier prioritaire pour les dirigeants, notamment pour ceux de PME, 38% d'entre eux en font un objectif pour ce deuxième semestre 2021.

En plus l'évolution du modèle managériale, 58% des dirigeants interrogés envisagent également de renforcer certaines fonctions. Arrive en tête la fonction commerciale (48%), suivie de la fonction digitale (44%) et le service client (24%). Il s'agit principalement de fonctions qui permettent d'aller capter de la croissance et qui font écho aux évolutions souhaitées en termes de création de valeur d'un business model revu et corrigé. Pour les PME, la fonction de data analyst arrive en troisième position (ex-æquo avec la fonction marketing), témoignant de la volonté des entreprises de se renforcer dans des domaines jusqu'alors peu explorés.

Attirer les hauts potentiels et faire évoluer la gouvernance

Pour renforcer ces fonctions, la moitié des dirigeants entendent revoir les leviers pour attirer et/ou retenir les hauts potentiels de leur entreprise. Deux point principaux ressortent pour accomplir cet objectif : améliorer le partage des résultats ou de la performance de leur entreprise (pour 56% d'entre eux) et améliorer aussi le parcours des collaborateurs (intégration, formation, mobilité) (54%). Suivent le renforcement de la marque employeur (41%), l'élaboration de nouveaux engagement sociétaux au sein de l'entreprise (39%) et la création de nouveaux incentives (38%).

Enfin, la sortie de crise et la reprise offrent de nouvelles opportunités aux dirigeants pour revoir leur gouvernance d'entreprise. Ils sont en effet 42% à l'envisager, avec comme principal projet la création de nouvelles instances pour se nourrir de points de vue externes, type advisory board, conseil d'orientation stratégique ou shadow board (41%), la relève des dirigeants en place (37%) ou l'évolution du Comex ou Codir (29%).

Méthodologie : Cette enquête a été menée par Exec Avenue, un cabinet de conseil en management et en recrutement de dirigeants, auprès de plus de 250 dirigeant(e)s de PME, ETI et grandes entreprises, interrogées entre le 20 mai et le 1er juin 2021. Dans le détail, ce sont 60% de PME, 28% d'ETI et 12% de grands groupes qui y ont répondu. Les secteurs les plus représentés sont les secteurs du service aux entreprises (33%), de l'industrie (22%), du retail/distribution (12%) et de la technologie/IT/digital (10%).

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande