Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

"Le rôle du Daf est de mettre l'accent sur l'information la plus importante"

Publié par Eve Mennesson le - mis à jour à
'Le rôle du Daf est de mettre l'accent sur l'information la plus importante'

Nadine Pichelot, VP Finance EMEA d'Anaplan, et Pauline Caillard, VP Financial, Planning & Analysis de Criteo, se sont prêtées au jeu de l'interview croisée. Transformation digitale, croissance, rétention des talents... Deux regards complémentaires sur la fonction finance aujourd'hui et dans le futur.

Je m'abonne
  • Imprimer

>La transformation digitale est LE sujet du moment au sein des entreprises. Quel est le rôle du Daf dans cette transformation digitale ?

Nadine Pichelot, VP Finance EMEA d'Anaplan : Le premier pilier important à garder en tête est la casquette conformité/comptabilité du Daf : il doit s'assurer que les outils et process mis en place sont les plus simples et les plus automatisés possibles afin de générer de la valeur. A cela s'ajoute évidemment un aspect stratégique : il doit aider les membres du Comex à prendre des décisions, à les modifier rapidement si besoin ; l'agilité est importante.

Pauline Caillard, VP Financial, Planning & Analysis de Criteo : Le financier est souvent vu comme étant au coeur de la data. Mais dans une entreprise comme Criteo, la data est dans toute l'entreprise, il y a une grande transparence. Le rôle du Daf est alors de cadrer cette data, de mettre le focus sur l'information la plus importante, les KPIs les plus stratégiques. La prise de décision passe aussi par le fait de mettre en visibilité les bonnes données aux bonnes personnes.

N.P. : Il y a aussi la nécessité de mettre en place une gouvernance de la donnée : il faut que les KPIs financiers comme les KPIs opérationnels soient calculés de la même façon par toutes les personnes de l'entreprise.

>Comment le Daf gère une forte croissance comme celle que connaissent vos entreprises respectives ?

P.C. : Le Daf doit toujours être à la manoeuvre pour favoriser une croissance rentable. Ce qui veut dire avoir la bonne donnée, la mettre en visibilité... mais aussi faire l'évangélisation de cette croissance rentable en accompagnant les allocations de ressources. Le Daf doit aider à la priorisation des décisions en regardant plutôt devant que derrière. Ce sujet de la priorisation est le plus difficile car les équipes business sont créatives et il n'est pas toujours simple d'avoir des données factuelles pour savoir où se positionner afin d'obtenir le meilleur résultat.

N.P. : Cette question de l'"affordability", ce qu'on peut se permettre, est en effet cruciale : si j'ai un euro à dépenser, où dois-je le placer ? Mais il ne faut pas se perdre pour autant dans de trop longues analyses, il faut aussi passer à l'action, prendre des décisions, choisir. Et également suivre derrière comment les priorités choisies avancent.

>Une autre préoccupation actuelle des entreprises est la gestion des talents, avec de fortes tensions sur le recrutement : comment le Daf peut-il aider à mieux traiter ce sujet ?

P.C. : Le sujet de la rétention des talents dépasse aujourd'hui largement le cadre financier. Même s'il y a évidemment aussi des enjeux financiers : un départ coûte cher, un recrutement également et cela représente des ressources qui ne sont pas allouées ailleurs. Le Daf peut aider à gérer les talents sur le long terme en regardant les départs, les recrutements, la productivité attendue afin d'être le mieux calibré possible pour répondre aux enjeux de demain, dans deux voire trois/quatre ans. La finance doit donc proposer des scénarios tout en étant capable de réajuster des paramètres afin d'être flexible dans cette situation encore incertaine.

N. P. : Vis-à-vis des talents, le Daf doit être en mesure de fournir des indicateurs mais qui ne soient pas uniquement financiers. Il y a en effet une forte attente des salariés comme des candidats sur la façon dont l'entreprise s'implique dans la RSE : il faut donc être capable de fournir des indicateurs ESG. La finance peut aussi apporter des informations sur des sujets de "future of work" : par exemple, quels sont les avantages en termes d'équipement de bureau qui sont fournis aux salariés quand ils travaillent depuis chez eux. La finance est équipée pour aider la direction générale à décider quelle voie donner à ces sujets.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles