Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

DossierQuand le Daf pilote la DSI

Publié par Eve Mennesson le

2 - Appréhender différemment les contrats et le ROI des projets SI

Contract management, Design To Cost et ROI: le point sur ce qui est spécifique dans la gestion de projets SI

  • Imprimer

Contract management et Design To Cost

Les différentes méthodes d'analyse des coûts imposent souvent de renégocier les contrats avec ses différents prestataires. Un travail de " contract management " que Jean-Pierre Corniou, directeur associé du cabinet de conseil Sia Partner conseille de faire régulièrement. " Et pas uniquement au renouvellement des contrats ", souligne-t-il

La solution peut parfois être de changer de prestataire. Un changement qui peut être angoissant, surtout quand l'entreprise travaille depuis longtemps avec le même prestataire. Des outils prévisionnels, comme la plateforme KP-One peut vous aider en calculant les différentes hypothèses de migration. " Les pénalités de sortie apparaissent également, pour un juste calcul du ROI ", précise Didier Cresp (Acciod). Attention cependant à ne pas uniquement valoriser le prix. Joachim Treyer (Cost House) conseille de s'attacher à l'efficacité : " Même s'ils sont plus chers, des prestataires plus efficaces sont plus intéressants ".

Le consultant valorise également la logique Design To Cost (de la conception au coût) : " Le principe est d'analyser l'ensemble de la structure de coûts avec un fournisseur pour identifier conjointement des pistes d'optimisation ". Autrement dit, la démarche d'optimisation des coûts ne s'arrête pas à la frontière de l'entreprise mais touche les fournisseurs qui acceptent alors de travailler eux aussi sur leurs coûts. Une logique qui n'est valable qu'avec des partenaires de confiance.

Le ROI des projets SI est complexe

Comment savoir sur quels projets parier ? C'est la question que se pose tout Daf face aux nombreux projets informatiques qu'on lui présente. Avec un risque : fermer toutes les portes à l'innovation. " Sur les projets d'innovation, le Daf a du mal à définir de bons critères de choix, estime Renaud Brosse (Timspirit). Si des outils comme KP-One se proposent d'évaluer le ROI des projets, celui-ci doit être pensé au sens large. " Il faut réaliser les bons arbitrages entre la nécessité de se développer et maintenir des conditions financières prédictibles tout en étant garant d'un bon niveau de sécurité et en répondant aux contraintes réglementaires ", résume Nathalie Wright, directrice de la division grandes entreprises et alliances de Microsoft France. Ce que Alain Marbach (Elée) traduit par la mise en place d'une démarche de Project Portfolio Management (PPM) : " Les différents projets sont notés selon 5 ou 6 critères tels que le coût, le ROI, le temps, l'innovation, le risque, s'il est stratégique ou non... Ils sont ensuite classés par attractivité ".

Bref : La Daf doit pour cela être convaincu des bénéfices de projets informatiques innovants. A l'image de Florent Teterel, Daf de Solmur qui a fait entrer sa société dans l'ère de la mobilité en implémentant un projet avec l'éditeur Nomalys.

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet