En ce moment En ce moment

Financer sa flotte: acheter ou louer les véhicules?

Publié par le | Mis à jour le
Financer sa flotte: acheter ou louer les véhicules?

La première question que doivent se poser les responsables de parc est de savoir s'ils doivent opter pour la LLD malgré l'entrée en vigueur de la norme (comptable) IFRS 16 qui annule l'avantage concurrentiel qu'elle pouvait avoir par rapport à l'achat.

Je m'abonne
  • Imprimer

Acheter ou louer ses véhicules pour se constituer une flotte ? La question mérite d'être posée et la réponse apportée en fonction des moyens financiers de l'entreprise, mais aussi de la "philosophie" entrepreneuriale qu'elle veut défendre.

Acheter, une question de "philosophie"

Acheter ses véhicules sur fonds propres, les autofinancer, nécessite d'immobiliser des capitaux importants. Cela n'a qu'un seul avantage : les certificats d'immatriculation, les "cartes grises", sont au nom de l'entreprise. Il est aussi possible d'avoir recours à un crédit "classique". À un moment où les taux sont extrêmement bas et après une mise en concurrence des différents acteurs, banque, organisme spécialisé, filiale financière (captive") du constructeur, c'est un choix qui mérite réflexion

Le crédit-bail, une solution à regarder de très près

Mais faut-il vraiment acheter ses véhicules alors qu'ils perdent de leur valeur dès les premiers tours de roue ? Ne vaut-il pas avoir recours à d'autres solutions ?

Le crédit-bail commence souvent... mal. Au moment de la signature du bon de commande ou à la livraison, il est généralement demandé un dépôt de garantie qui représente 5 à 10 % du prix du véhicule neuf. À défaut, le premier loyer sera majoré. Le contrat est valable pour une durée - entre 24 et 60 mois - et un kilométrage - 15 000 à 120 000 km - qui sont définis au départ. Attention à la surfacturation en cas de dépassement de kilométrage ! La formule a une certaine souplesse : il est en effet possible de lever l'option d'achat après une année de location. Là encore, les crédits-bails sont proposés aussi bien par les banques que par les "captives" des constructeurs à l'exemple de BMW Financial Services. Cette dernière, société de leasing et de financement au sein du BMW Group, offre des solutions "permettant d'harmoniser les aspects financiers du plaisir de conduire... une BMW" (ou une Mini) et répond aux attentes des dirigeants d'entreprise pour qui, une gamme complète de services a été créée.

En fin de contrat, il existe deux options : devenir propriétaire (du ou) des véhicules en levant l'option d'achat pour un montant le plus souvent égal au dépôt de garantie ou restituer le véhicule à l'établissement financier et obtenir le remboursement du dépôt de garantie, déduction faites des (éventuels) frais de remise état. À noter que le contrat peut inclure un ensemble de services, maintenance, assurance, véhicule de remplacement, pneumatiques, etc. Le locataire n'a alors qu'une seule facture à régler tous les mois.

La location longue durée, du "sur-mesure"

La location longue durée est une très bonne solution pour les entreprises qui souhaitent se constituer un parc automobile sans avoir à le financer d'entrée de jeu. Les contrats sont d'une grande flexibilité. Basés sur une durée - de 24 à 60 mois - et un kilométrage - de 10 000 à 160 000 km - déterminés au moment de la signature, ils s'adaptent aux besoins ou à la situation du locataire. C'est l'un des atouts majeurs de la LLD.

Le loueur peut être la "captive" d'un groupe automobile, comme Overlease-Renault Parc Entreprise, filiale du Groupe Renault, pour les marques Alpine, Dacia et Renault ou Free2Move Lease, ou la Business Unit du Groupe PSA qui propose une offre multimarque disponible notamment via les réseaux des marques Citroën, DS, Opel et Peugeot. Cette offre a pour objectif de simplifier la mobilité globale des collaborateurs grâce à des services traditionnellement associés à la location longue durée et à la gestion de parcs automobiles, et aussi, par de nouveaux services lancés progressivement comme le service de gestion connectée de parc, Free2Move Connect Fleet, qui s'appuie sur les données précises du boîtier télématique constructeur pour réduire le TCO ou le service d'autopartage adapté aux professionnels, Free2Move Fleet Sharing, qui simplifie le partage des véhicules et réduit les frais de déplacement (frais kilométriques, taxis).

Lire la suite en page 2 : Des arguments de poids en faveur de la LLD...


Je m'abonne

Marc Horwitz

Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par AirPlus

Avec la multiplication des deplacements professionnels la gestion des depenses devient un reel enjeu pour les entreprises Vous cherchez une [...]

Sur le même sujet

Coûts

Par Marc Horwitz

La lutte contre le réchauffement climatique a des conséquences directes sur les parcs automobiles des entreprises. Voici une sélection de voitures [...]