Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Illiquidité : le risque s'accentue pour les entreprises

Publié par Audrey Fréel le - mis à jour à
Illiquidité : le risque s'accentue pour les entreprises

Face à un environnement incertain, le risque d'illiquidité menace de nombreux secteurs et catégories d'entreprises, en particulier les PME. Pour mieux prévenir le risque de défaillance, des données spécifiques peuvent être analysées. Décryptage.

Je m'abonne
  • Imprimer

Covid-19, pénurie de matières premières, explosion des coûts de l'énergie, inflation... Depuis deux ans, les entreprises traversent une succession de crises. "Les pouvoirs publics ont accompagné ces différentes crises, d'abord avec la distribution de 650 000 PGE mais aussi via le moratoire des charges fiscales et morales en 2020 et 2021, ce qui représente 13 Mrds €, ainsi que d'autres aides diverses et variées", rappelle Jérôme Mandrillon, délégué général des assises des délais de paiement et des financements, lors d'un webinaire organisé le 18 octobre 2022 par Option Finance, en partenariat avec Ellisphere.

Résultat : les défaillances d'entreprise restent actuellement en dessous du niveau de 2019 (qui avait enregistré environ 50 000 défaillances d'entreprises), "même si elles repartent à la hausse depuis quelques mois", souligne Jérôme Mandrillon. Avant de poursuivre : "aujourd'hui, les inquiétudes demeurent et vont s'intensifier en 2023 en raison de la hausse du coût de l'énergie, des difficultés de remboursements des PGE et des remboursements des moratoires sociaux". A titre d'exemple, l'URSSAF Ile-de-France inscrit de nouveau des privilèges pour les cotisations non réglées depuis début septembre 2022. "Et elle va reprendre ses assignations en liquidation judiciaire début janvier 2023", informe Jérôme Mandrillon.

Certains secteurs risquent d'être particulièrement touchés, comme la construction ou la restauration, ainsi que certaines catégories d'entreprise. "Ce sont principalement les TPE qui ont bénéficié des PGE et qui vont devoir les rembourser. Il y a d'ailleurs de plus en plus de petites entreprises qui sollicitent la médiation du crédit", pointe Alain Luminel, responsable du pôle expertise financière chez Ellisphere. Ce contexte appelle donc les entreprises à une grande vigilance quant à l'évolution financière de leurs clients et de leurs fournisseurs.

Un indicateur de résilience

Pour prévenir le risque de défaillance, le webinaire a souligné la nécessité d'analyser un certain nombre de données pour mesurer le niveau acceptable de cash des entreprises. Dans ce cadre, Ellisphere a présenté son indice de résilience, mis en place durant la crise sanitaire. Son but ? Déterminer comment une entreprise va être en capacité d'avoir une activité normale et mesurer le risque de crédit associé. Cet indice repose sur deux piliers : sectoriel et financier. "Il est important de s'intéresser aux secteurs d'activité et de regarder comment ils évoluent. Pour mettre en place l'indice, nous avons choisi de travailler sur les codes d'activité", précise Alain Luminel.

Concernant l'aspect financier, Ellisphere scrute, via cet indice, deux grands ratios : la liquidité réduite d'exploitation et la marge brute d'exploitation par rapport au chiffre d'affaires. "Par ailleurs, nous avons récemment décidé de faire évoluer cet indice de résilience car nous observons aujourd'hui des chocs structurels qui risquent d'être plus forts et de durer dans le temps", révèle Alain Luminel. Ellisphere a donc réadapté son référentiel sectoriel en tenant compte, notamment, de la crise énergétique et de l'inflation. "Nous faisons de la veille et de l'analyse, nous suivons maintenant de façon hebdomadaire les défaillances d'entreprises et nous effectuons régulièrement des points banques pour décrypter ce qu'il se passe dans certains secteurs d'activité", détaille le responsable du pôle expertise financière. L'entreprise a également fait évoluer son indicateur financier. Elle qualifie désormais le ratio de liquidité en tenant compte du risque d'illiquidité, du niveau de marge et de la surface financière de l'entreprise.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page