Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

« Les défaillances d'entreprises à venir sont source de préoccupation », Christophe Priem, président de l'IFEC

Publié par le - mis à jour à
« Les défaillances d'entreprises à venir sont source de préoccupation », Christophe Priem, président de l'IFEC

En pleine incertitude après les résultats historiques des élections législatives, Christophe Priem, Président de l'Institut Français des experts-comptables (IFEC), s'inquiète quant à l'évolution future de la situation financière des entreprises. Il appelle à une vraie simplification administrative pour apporter de la confiance.

Je m'abonne
  • Imprimer

Deux ans après l'octroi des premiers prêts garantis par l'Etat (PGE), destinés à aider les entreprises confrontées à une chute drastique voire totale, de leur activité en raison des confinements successifs liés à la pandémie de Covid-19, Christophe Priem, Président de l'Institut Français des experts-comptables, s'inquiète quant à l'évolution future de la trésorerie des entreprises. « Ce qui nous préoccupe le plus, ce sont les défaillances d'entreprises qui vont arriver. Le PGE doit commencer à être remboursé et vient ajouter de l'endettement supplémentaire ». Le risque c'est donc que les directions financières se retrouvent avec d'énormes sommes d'argent à rembourser, pénalisant ainsi celles qui évoluent dans des secteurs encore sensibles comme le tourisme, ou l'évènementiel mais aussi celles qui souhaitent investir.

Mieux vaut prévenir

« Les entreprises ont la possibilité de décaler le remboursement d'une année », rappelle Christophe Priem. Le gouvernement a en effet convenu avec la Fédération bancaire française, toutes les entreprises qui le souhaitent, quelles que soient leur activité et leur taille, ont le droit d'obtenir un différé d'un an supplémentaire pour commencer à rembourser leur prêt garanti par l'État (PGE).

Une société ayant contracté un PGE en avril 2020, et qui ne serait pas en mesure de commencer à le rembourser en avril 2021, peut ainsi demander un report d'un an et commencer à le rembourser à partir d'avril 2022. Les entreprises peuvent également faire le choix de rembourser une partie de la somme prêtée la première année, et d'amortir le reste sur un, deux, trois, quatre, voire cinq ans « Nous sensibilisons les chefs d'entreprise et directions financières à l'existence de différents dispositifs de prévention, de la procédure de sauvegarde adhoc notamment, où il est possible de négocier en amont avec les créanciers pour accompagner les entreprises. 70% des sociétés s'en sortent quand on fait de la prévention », estime Christophe Priem.

Plus de stabilité

Les entreprises risquent également d'être confrontées à une augmentation des contrôles Urssaf. Si dès le mois de mars 2020, au tout début de la crise sanitaire, l'Urssaf a fait preuve de souplesse en suspendant les recouvrements forcés, cette tolérance semble bel et bien révolue. « Les Urssaf ont commencé depuis le mois de mai à assigner les sociétés et à diligenter des contrôles sur pièce et en entreprises pour vérifier la bonne attribution des aides, détecter des pratiques frauduleuses liées au chômage partiel », constate le président de l'IFEC.

Dans ce contexte d'incertitude - la nouvelle donne politique issue des législatives étant une incertitude supplémentaire-, l'Institut français des experts-comptables appelle à une vraie simplification administrative pour apporter de la confiance aux entreprises. « Depuis que la loi Essoc de 2018 sur le droit à l'erreur qui prône de faire plus confiance aux citoyens de ce pays est sortie, nous constatons l'apparition de nouvelles contraintes pour les entreprises avec notamment la mise en place de l'examen de conformité fiscale de façon facultative suite au décret du 13 janvier 2021. Si ce nouvel examen de conformité fiscale peut être bénéfique pour les entreprises qui ne possèdent pas d'expert-comptable, cela reste un pré-examen fiscal relativement intrusif. Ce n'est pas ainsi qu'on va rassurer les entreprises », estime Christophe Priem.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande