Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

[ITW] "Malgré le délai de remboursement supplémentaire des PGE, il est urgent de se préparer"

Publié par STEPHANIE GALLO TRIOULEYRE le | Mis à jour le
[ITW] 'Malgré le délai de remboursement supplémentaire des PGE, il est urgent de se préparer'

Damien Lepert est expert-comptable et commissaire aux comptes associé au sein de Talenz Audit. Pour lui, le délai supplémentaire accordé aux entreprises concernant le remboursement des PGE ne doit pas inciter les entreprises à remettre ce sujet en queue de peloton de leurs priorités.

Je m'abonne
  • Imprimer

> En raison de la deuxième vague, le ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, a annoncé de nouvelles dispositions concernant les PGE, ces fameux prêts garantis par l'Etat. Est-ce une bonne nouvelle pour les entreprises ?

Oui effectivement ! Le gouvernement a annoncé la possibilité de souscrire jusqu'au 30 juin 2021, avec en plus, une limitation du coût plafonné à 2,5% (intérêts + coût de la garantie). Ce dernier point était assez flou et j'ai pu constater des variations assez importantes entre les opérateurs bancaires ou même entre les dossiers.

Autre modification majeure : jusqu'ici les entreprises avaient la possibilité de bénéficier d'un différé de remboursement d'un an, avec ensuite un amortissement possible sur 5 ans. Elles disposent à présent d'un différé supplémentaire d'un an. Ces différés autorisés ne seront pas considérés pas la Banque de France comme des défauts de paiement.

> Les syndicats patronaux, les fédérations professionnelles et les représentants des entreprises s'alarmaient du mur de dettes qui allait se présenter aux entreprises dès mars 2021, avec les premières échéances des PGE à rembourser. Ce nouveau différé leur laisse donc un an de plus pour se préparer...Mais doivent-elles forcément profiter de ce délai ?

Je pense que oui, en tout cas pour la plupart des entreprises. Il faut bien garder en tête que les banques ne seront jamais dans de meilleures dispositions pour prêter que lorsqu'elles ont l'État en garantie. De plus, on peut s'attendre à ce que le contexte économique soit encore difficile en 2021. Cela signifie que l'accès au crédit sera bien plus complexe qu'aujourd'hui avec ces PGE.

La trésorerie étant le nerf de la guerre, je pense qu'il vaut mieux ajourner les remboursements. Sauf si l'entreprise n'a pas du tout consommé son PGE et qu'elle dispose d'une excellente visibilité sur son marché. On peut avoir tendance à l'oublier mais c'est le cas pour un certain nombre de sociétés positionnées sur des secteurs qui ne sont pas affectés par le contexte actuel. Dans les autres situations, mieux vaut garder cette trésorerie du PGE, même s'il n'est pas utilisé, comme une précaution. Il coutera 1 % peut-être, c'est le prix de l'assurance.

> Cela signifie que les entreprises peuvent attendre un an de plus pour se pencher sur la question du remboursement de leur PGE ?

Non certainement pas. Sinon, elles risquent de se retrouver en mars 2022 face à un nouveau mur de dettes, identique voire pire que celui qu'elles allaient rencontrer en mars 2021. Elles doivent au contraire profiter de ce délai pour se préparer au mieux.

Première chose, elles doivent utiliser ce PGE comme un dispositif de crise, pour financer des pertes d'exploitation principalement, certainement pas pour financer des investissements. D'autres lignes de financement plus adaptées existent pour cela.

Ensuite, elles ne doivent pas s'endormir sur cet appel d'air du PGE pour mettre en sommeil tous les autres outils de trésorerie : affacturage, découvert, escompte etc. Si ce n'était pas encore le cas, le crédit management doit devenir une priorité, et vite ! Il est envisageable aussi de faire du lease-back, pour recouvrer du cash, sans créer de nouvelles dettes au niveau du bilan. Il est absolument indispensable d'entretenir, voire même de booster, tous les mécanismes de préservation de la trésorerie. Les directeurs financiers doivent mettre en place des stratégies pour préserver leurs capacités de remboursement à venir. Dans tous les cas, il est important de rester en contact permanent avec sa banque pour la tenir au courant des évolutions.

C'est aussi le moment de se pencher sur son modèle économique afin de le rendre plus agile et plus résistant face aux crises. Par exemple, repenser sa dépendance par rapport à certains fournisseurs ou certains clients.

> Quel est le degré d'urgence du positionnement sur la date de remboursement du PGE, prévue pour les premiers prêts dès mars 2021 ?

Les chefs d'entreprises ou leur directeur financier doivent se positionner vite. La plupart des prêts accordés par les banques dans le cadre du dispositif des PGE prévoient une clause selon laquelle il est nécessaire d'informer la banque par lettre recommandée avec accusé de réception 2 à 4 mois avant l'échéance du prêt en cas d'option pour un remboursement sur 1 à 5 ans. Selon une étude, 70% des dirigeants ne seraient pas au courant de cette procédure !

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande