Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Comment rester agile tout au long de sa carrière ?

Publié par Florian Langlois le | Mis à jour le
Comment rester agile tout au long de sa carrière ?

Entre formation, coaching ou nouvelles découvertes, il existe différents moyens de faire croitre son agilité. Une qualité devenue extrêmement importante qui permet de rester souple, innovant tout au long de sa carrière. Retour sur l'une des tables rondes organisée lors de l'évènement 100% Finance.

Je m'abonne
  • Imprimer

Le métier de Daf est en constante évolution. "Le Daf qu'on a pu connaitre il y a 15-20 ans n'existe plus. On évolue vers une transformation profonde de la profession," déclarait Emmanuel Millard, président de la DFCG, sur une table ronde au matin de 100% Finance. Le métier a ainsi totalement changé depuis 20 ans, qui sait ce qu'il sera dans 10, 15 ou 20 ans ? Pour attaquer cette future transformation, le Daf se doit de développer l'ensemble de ses soft skills notamment l'agilité. Une qualité d'autant plus importante s'il change d'entreprise régulièrement. Mais pourquoi cette agilité est-elle si importante ? Pierre Gueguen, CEO d'Ubister, présent l'après-midi sur une table ronde intitulée "Garder une posture agile tout au long de sa vie professionnelle", apporte un premier élément de réponse. "Pour moi, l'agilité c'est être capable de comprendre, de s'approcher, d'essayer d'utiliser des outils qui ne sont pas forcément ceux qu'on a eu lors de notre formation. En entreprise c'est fondamental. Prenons l'exemple des nouvelles générations, il faut savoir être agile pour les comprendre ou échanger avec elles."

Pour Giovanni Capelli, Daf du groupe Lennox, l'agilité est un terme qui regroupe un certain nombre de principes et qui va permettre d'ouvrir un grand nombre de portes dans le quotidien du Daf. "Lorsqu'on est manager, on essaie de développer des systèmes ou des organisations différentes, avec des personnes qui peuvent être aussi différentes. L'agilité elle est absolue, dans le sens où elle va permettre d'intégrer, de trouver des solutions, de travailler avec différentes personnes. On entendait parler de compétences techniques, d'expertise ou d'intelligence émotionnelle, l'agilité va venir regrouper tout ça".

Un maitre mot : l'adaptabilité

L'un des mots forts de cette table ronde est sans aucun doute l'adaptabilité, soit la capacité à évoluer en fonction d'un contexte, d'une entreprise, d'une personne en face de soi. Ou quand le Daf devient caméléon. "Au sortir de la crise Covid, les clients avec lesquels j'ai pu travailler m'ont demandé de leur fournir des capitaines de tempête, détaille Fabrice Coudray, Managing Director de l'activité Executive Search chez Robert Half. L'adaptation à une situation difficile n'a pas forcément été parfaite dans toutes les entreprises. C'est pourtant quelque chose d'extrêmement important qu'il faut garder en tête."

Sur ce point, il est rejoint par Giovanni Capelli. "Le fait d'évoluer dans un nouvel environnement ou avec de nouvelles personnes aide à sortir de sa zone de confort et à développer cette agilité. Il est bien sûr impossible de se sentir bien dans toute situation, mais ces moments plus difficiles vont permettre de définir des stratégies d'adaptation qui seront essentielles dans une organisation, dans sa vie privée comme professionnelle."

De son côté, Pierre Gueguen a en quelque sorte vécu mille vies en une. D'abord dans la finance, puis dans l'audit, le conseil, l'informatique, le management, le business developpement sans oublier un tour du monde, il dit avoir appris de chacune de ces expériences. "Etre agile c'est aussi savoir être bien dans toutes les situations, que ce soit dans les cycles d'évolution naturelle ou dans les ruptures. Dans ces moments, il ne faut pas hésiter à prendre les bonnes choses faites par d'autres. Il est aussi très important, et très agile, d'apprendre de l'expérience de chacun, qu'elle soit positive ou plus compliquée. Il faut enfin savoir se faire confiance et ne pas hésiter à transformer ces expériences en quelque chose de nouveau ou de différent."

L'importance du coaching et de la foramtion

Cette posture agile est primordiale, notamment lorsque le Daf va se mettre à la recherche d'un nouvel emploi. Cette qualité sera particulièrement sondée par les rectruteurs. "On va chercher des personnes agiles et mobiles intellectuellement. C'est un état d'esprit mais c'est aussi un capital expérience qui peut être forgé à travers plusieurs entreprises. En changeant d'entreprise, on se forge un tempérament. C'est l'alchimie de ce capital humain, cumulé à un capital technique, qui va être très recherché," analyse Fabrice Coudray.

La question est désormais de savoir comment développer cette agilité. Outre le fait de faire des nouvelles rencontres, comme vu précédemment, cela peut passer par du coaching. "J'ai eu la chance d'être coaché, note Giovanni Capelli. J'étais, à ce moment-là, assez jeune et cela m'a permis de développer cette compréhension de moi-même et par la même occasion d'adapter mon style de management et de le développer."

L'autre façon d'augmenter son côté agile est d'avoir recours à une formation. "Une formation permet d'avoir un carnet d'adresse important. Derrière ça, se former en milieu de carrière démontre une mobilité intellectuelle, une remise en cause, une volonté de grandir, d'apprendre, de se challenger soi-même et c'est un point positif," complète Fabrice Coudray. Giovanni Capelli abonde en partageant son expérience. Il a en effet effectué une formation, un MBA, qui n'était pas tournée autour de la finance. "Elle traitait du design thinking et de la RSE, soit des problématiques qui sont extrêmement importantes et d'actualité. Ca a aussi permet d'élargir mon réseau car elle avait lieu en Finlande."

Enfin, la passion joue un rôle extrêmement important et est en quelque sorte le coeur de cette agilité. "Il faut chercher à être étonné, surpris en permanence. Il faut avoir des attentes, mais c'est tellement bien de découvrir d'autres choses, de ne pas savoir pendant un court instant quels sont ses repères, puis ensuite en trouver d'autres. Il faut savoir où on va, donc avoir une vision un peu lointaine, mais surtout ne pas être fixe dans sa trajectoire," conclut Pierre Gueguen.

Retrouvez la table ronde en intégralité en cliquant ici

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande