En ce moment En ce moment

Manager comme un maître berger

Publié par Marie-Amélie Fenoll le - mis à jour à
Manager comme un maître berger
© ©fotografaw - stock.adobe.com

Quelles sont les qualités d'un bon manageur? Avec son ouvrage "Pour un leadership socialement intelligent - les 5 rôles d'un maître berger", l'auteure américaine Linda Kohanov dresse les 5 rôles que doit endosser tout bon manageur au sein de son entreprise.

Je m'abonne
  • Imprimer

"Dans les tribus pastorales, où le maître berger doit conduire les troupeaux de grands herbivores (chevaux, rennes, ...), il n'y a pas de barrières ni de contraintes. Et malgré tout, les troupeaux suivent le maître berger car il crée une façon de vivre ensemble ", explique l'auteure américaine Linda Kohanov dans son ouvrage "Pour un leadership socialement intelligent - les 5 rôles d'un maître berger". Après des années de recherche sur la façon dont fonctionnent les tribus pastorales, elle détaille les 5 rôles que doit endosser un bon manageur, à la manière d'un maître berger.

Pour Linda Kohanov il existe donc 5 rôles différents qui incarnent le pouvoir et l'influence sociale dans nos sociétés : le dominant, le leader, le prédateur, le compagnon-nourrissant et la sentinelle. "Malheureusement, nous avons tendance à surinvestir un des 5 rôles quand il faudrait tous les maîtriser. Prenons l'exemple de Steve Jobs, célèbre fondateur d'Apple. Reconnu comme un génie et un visionnaire par ses pairs, il endossait bien les rôles de dominant, leader et prédateur. Cependant, il était connu pour avoir trahi sa famille, ses amis et certains de ses collègues et être un patron très dur. Il lui manquait ses composantes de compagnon-nourrissant et de sentinelle".

Ainsi, un leadership complet et durable, serait un leadership qui ferait appel aux compétences de chacun de ces rôles - en évitant l'écueil trop courant de surinvestir l'un au détriment des autres.

Le dominant: diriger et protéger sans perversité

A la manière du maître-berger gèrant les jeux de pouvoir entre les animaux et notamment ceux qui tentent de soumettre les autres, le dominant doit être capable d'apaiser les relations entre les individus et de gérer les conflits. Il a aussi un devoir de protection en établissant des limites avec les autres qui menaceraient ses équipes. Il doit également apprendre à canaliser son énergie et l'utiliser pour motiver les individus et les diriger vers des objectifs communs.

Il sait casser les résistances. Pour cela, il doit faire preuve d'assertivité, autrement dit être capable de s'exprimer et défendre ses droits sans empiéter sur ceux des autres. Un dominant immature aura tendance à utiliser l'intimidation comme outil de management, à affirmer son pouvoir en jouant la division ("diviser pour mieux régner"), à "micro-manager" en contrôlant le comportement des collaborateurs et à exiger que tout soit conforme à ses exigences ou encore à exprimer verbalement ou non verbalement une attitude "à prendre ou à laisser".

Lire la suite en page 2 : Un leader inspirant et un compagnon-nourrissant


Je m'abonne
Marie-Amélie Fenoll

Marie-Amélie Fenoll

Journaliste

Journaliste depuis près de 6 ans, j’ai rejoint l’univers des achats et de la presse professionnelle en 2010. Un nouveau monde s’est ouvert à moi sur le [...]...

Voir la fiche
Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

RH

Par Salomé Garlandat, cabinet Oris Avocats, et Anne Leleu-Eté du cabinet Ale Avocats

Dans un objectif de simplification des règles, la loi Pacte redéfinit la notion de seuils, tant en droit du travail qu'en droit des sociétés. [...]