Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Gagnez en agilité grâce au S&OP

Publié par Florian Langlois le | Mis à jour le
Gagnez en agilité grâce au S&OP

Communément utilisé sur la supply chain, le S&OP peut être une solution pour les entreprises et pour leur Daf. Cette stratégie permettra aux entreprises de faire des prévisions plus détaillées et ainsi gagner en agilité pour faire face aux différents imprévus.

Je m'abonne
  • Imprimer

Le S&OP (Sales and Operations Planning, à savoir la planification des ventes et des opérations) est un processus connu pour les personnes en charge de la supply chain. Avec les différentes crises rencontrées ces dernières années, ce dispositif est devenu essentiel à mettre en place pour les entreprises. C'est ce qu'explique Henri-Louis Delorme, Head of S&OP chez Candia, à l'occasion d'une table ronde organisée lord du dernier Board Day le 30 mai dernier. « Passer par la prévision des ventes permet de travailler différemment avec nos outils industriels, donner une autre dimension à notre stratégie de marque et revoir notre positionnement sur le marché. » Ces prévisions vont avoir un impact direct et certain sur le budget de l'entreprise. « Ce forecast va être utilisé pour construire l'atterrissage budgétaire, pour faire des rolling forecast sur un horizon 18 ou 24 mois et ainsi avoir une fluidité dans les échanges avec les différents flux de production » poursuit Henri-Louis Delorme.

Un véritable processus d'entreprise

Ce processus S&OP est un vrai projet d'entreprise. Bien que dirigé par la fonction supply chain, il est généralement porté par une personne en interne (pourquoi pas le Daf ?) qui aura pour mission d'attirer l'ensemble des acteurs au sein de ce processus. « Chez Ipsen, c'est l'un des membres du Comex, qui est responsable commercial des opérations monde, qui est le sponsor de ce processus. L'idée est de réunir toutes les parties prenantes autour d'un objectif commun et de s'y tenir, » analyse Fanny Dakowski, Head of supply chain operations chez Ipsen.

Sur ce point, elle est rejointe par Henri-Louis Delorme. « Le S&OP est un processus d'entreprise. Il faut que les équipes qui vont prendre part à ce processus parviennent à travailler en collaboration les unes avec les autres. C'est pourquoi le business partner est l'un des meilleurs amis du processus S&OP. L'idée est que chacun puisse partager sa vision et que tous les membres puissent conclure sur un consensus partagé par tous sur les différentes étapes du S&OP. »

L'importance de la data

Pour que ces équipes puissent travailler ensemble, il est important qu'elles parviennent à communiquer les unes avec les autres. Là encore, le S&OP peut permettre de faire le lien entre ces différents services. « Le S&OP va essayer d'apporter cette méthodologie de communication, cette notion de langage qui permettra à chacun de parler des mêmes sujets et d'avoir les mêmes notions de valeur. Cette valeur est extrêmement importante étant donné que le marketing, les sales ou la finance vont échanger ensemble et qu'ils ne parlent pas le même langage, » complète Henri-Louis Delorme.

Dans ce processus, la data prend une place prépondérante. Il est ainsi primordial de s'assurer d'avoir des données fiables. « L'entreprise doit posséder des systèmes robustes avec de la data qui est disponible. Lors d'un meeting S&OP, il faut être sûr que les données qui sont mises en avant sont justes, cela doit être un acquis. C'est d'ailleurs la première chose à régler avant de lancer le processus, » indique Fanny Dakowski.

Un gain en agilité

Choisir de mettre en place un processus de S&OP ou, de manière plus poussée, d'IBP (Integrated Business Planning) permettra à toute l'entreprise de gagner en agilité et de faire face plus facilement aux différentes crises auxquelles les entreprises peuvent être confrontées. « Le S&OP ou l'IBP va permettre de multiplier les différents scénarii. L'objectif est de réussir à anticiper le pire scénario de manière à ce qu'il ne se produise pas. Cela va aider à faire face à tous les imprévus. Et c'est un vrai effort collectif d'envisager les scénarii les plus catastrophiques et de trouver des solutions afin de les affronter, » décrit le directeur S&OP de Candia.

« Avant la crise Covid, nous avions un S&OP qui était à la maille mensuelle, relate Fanny Dakowski. En mars 2020, nous avons basculé l'ensemble de notre processus à la maille semaine puis à la maille jour, afin d'améliorer nos prévisions et de gagner en agilité. La même chose s'est reproduite cette année avec la guerre en Ukraine. Il est évident que ce processus nous a aidé à avoir une meilleure gestion de crise, » conclut-elle.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page