Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Quelle stratégie en termes d'assurance en cette période de crise ?

Publié par Eve Mennesson le - mis à jour à
Quelle stratégie en termes d'assurance en cette période de crise ?
© ar130405 - Fotolia

Le sujet de l'assurance est douloureux au sein de nombre d'entreprises qui ont vu leurs assureurs à la fois augmenter les prix et réduire les couvertures. Face à cette situation, faut-il revoir sa stratégie d'assurance ? Ce sujet fut débattu lors des Rencontres du risk management de l'AMRAE.

Je m'abonne
  • Imprimer

La hausse des prix de l'assurance pour les entreprises a fait les grands titres des journaux fin 2020. A l'occasion de ses Rencontres du risk management qui ont eu lieu début février 2021, l'AMRAE s'est emparé de ce sujet en y consacrant une table-ronde : "Quels financements des risques par le marché de l'assurance, intégrant le risk management ?"

Le constat des participants à ce débat fut sans appel : "Cela dépend des lignes mais la hausse atteint parfois 30/50%, parfois même plus, pour des niveaux de garantie équivalents. Et nous n'avons pas tout vu à mon avis étant donné que tous les programmes n'ont pas encore été renouvelés", a rapporté Stéphane Yvon, directeur de la politique assurances du groupe EDF.

80% des risques non assurés

Frédéric Dhers, CEO de SCOR Europe, a justifié ces augmentations par un phénomène de crises multiples. "Nous vivons non pas une crise mais des crises. La crise sanitaire, inédite, qui se chiffre pour l'instant à 70 milliards de dollars de sinistre en termes d'assurance. Une crise économique, qui a conduit à une contraction de plus de 8% du PIB en France alors que la baisse était d'à peine 3% en 2009. Une crise climatique, aussi, avec des catastrophes naturelles qui impactent les assureurs", a-t-il énuméré.


Quelles qu'en soient les raisons, que doivent faire les entreprises face à une telle hausse des prix mais également à une réduction des couvertures ou encore à l'ajout de certaines exclusion ?

Pour François Beaume, vice-président risques et assurances de Sonepar et vice-président de l'AMRAE, il est évident qu'une bonne partie du financement des risques va rester en interne. "80% des risques ne sont pas assurés ou pas assurables. Et sur les 20% restant, il y a un effet de contraction car les assureurs baissent les limites et, qu'en plus, ces limites-là vont coûter plus cher".

De plus, comme l'a rappelé Stéphane Yvon, avec la crise, les entreprises sont en train de revoir leurs dépenses.

La solution de la captive d'assurance

La solution serait de ne plus assurer les risques ? Pour contourner le problème, la plupart des grandes entreprises du CAC 40 et du SBF 120 ont opté pour une captive d'assurance. Il s'agit d'une filiale créée par l'entreprise qui va jouer le rôle d'une assureur ou d'un réassureur mais uniquement pour les risques du groupe auquel elle appartient.


Si le dispositif peut être intéressant, il intéresse cependant surtout les grands groupes. "Les captives concernent plutôt les grandes entreprises, qui réalisent plus d'1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaire. De manière générale, en-dessous d'un million d'euros de prime, il est difficile d'avoir un outil pérenne en mesure de payer les sinistres", a expliqué Étienne Charpentier, directeur solutions et transferts alternatifs chez Siaci Saint-Honoré.

Les entreprises de plus petite taille, les grosses ETI qui ont un bon niveau de primes à gérer, peuvent quant à elles se tourner vers la captive à compartiments, c'est-à-dire la location d'un compartiment captif dans une structure existante. Il faut pour cela trouver un bon courtier qui sait gérer ces dispositifs auprès de sociétés généralement situées à Malte.

Comprendre les risques

Pour les plus petites structures, le plus simple est peut-être, comme l'a proposé François Beaume, de se doter d'"un système de provisions qui permet de préparer le futur dans les comptes d'aujourd'hui". L'objectif est de se doter d'un matelas qui permettra d'amortir l'impact financier d'un événement qui surviendra plus tard.

François Beaume a surtout insisté sur la nécessité d'investir dans des actions de prévention qui permettent de limiter la fréquence et l'impact des risques. "La première chose est de comprendre les risques de l'entreprise, de les identifier, d'évaluer les mécanismes de survenance. Cela permet ensuite d'agir par différents moyens de prévention", a-t-il décrit, insistant sur le fait que c'est le socle fondamental avant de penser aux financements des risques.

Dialogues avec les assureurs

Il a également conseillé de formaliser clairement l'appétit au risque de l'entreprise, ce qui permettra de guider la stratégie en la matière. "En fonction de l'appétit au risque, la politique de souscription est très différente", a approuvé Étienne Charpentier.

Enfin, tous les intervenants de cette table-ronde ont insisté sur le nécessaire dialogue avec les assureurs, surtout en cette période. "Nous multiplions les réunions pour expliquer aux assureurs la réalité de l'entreprise, les risques auxquels nous sommes exposés, les choix que nous avons opérés pour améliorer la situation, les problématiques qui restent...", a raconté François Beaume.

Stéphane Yvon a poussé à embarquer lors de ces discussions d'autres parties prenantes de l'entreprise, comme les personnes en charge de la cyber-sécurité ou celles du juridique. Le risk management est en effet un travail d'équipe, ne serait-ce que pour avoir une bonne connaissance du risque.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande