En ce moment En ce moment

DossierLes évolutions de la comptabilité dans les PME et ETI

Publié par Bénédicte Gouttebroze le

2 - [Témoignage] Tiphanie Bordier et Pascal Imbert (Solucom): "L'externalisation comptable ne doit pas être décidée en fonction de facteurs de coûts"

Président du directoire de Solucom, société cotée, Pascal Imbert assure, depuis le départ de la directrice financière en 2013, la direction financière de l'entreprise, secondé par Tiphanie Bordier, directrice financière adjointe. Ce duo revient sur leur externalisation comptable.

  • Imprimer
Tiphanie Bordier, directrice financière adjointe de Solucom

Comment avez-vous décidé d'externaliser la fonction comptable?

Pascal Imbert: Ce n'était pas du tout une priorité initiale. Bien au contraire, après notre introduction en Bourse en 2000, la stratégie a consisté à étoffer les équipes comptables. L'introduction du référentiel comptable international IFRS, il y a huit ans, a changé la donne. Concepts complexes, voire mouvants, volume d'information à fournir très important: j'ai réalisé que pour une PME comme la nôtre, il était impossible de faire face. Au regard de l'inflation législative et réglementaire, mon analyse s'est confirmée: une PME est désormais obligée de s'appuyer sur des conseils externes et perd la maîtrise de ses états financiers.


Comment s'est fait le choix du cabinet à qui vous avez délégué ces fonctions et comment fonctionne cette délégation au quotidien?

Tiphanie Bordier: Les relations entre le cabinet Grant Thornton, avec qui nous travaillons, et l'équipe interne sont extrêmement fluides puisque chacun raisonne comme faisant partie d'une seule et même équipe, avec en objectif commun l'optimisation et la fiabilisation des process comptables. La renégociation annuelle du contrat se fait dans le même esprit.

D'ailleurs, nous n'avons toujours pas pris le temps de comparer les coûts des fonctions comptables, internalisées et externalisées. C'est peut-être une erreur. Mais je continue à penser que ce type de décision ne doit pas être pris en fonction de facteurs de coûts. Les atouts de l'externalisation sont ailleurs: permettre à la direction financière de se concentrer sur des tâches à forte valeur ajoutée et mieux accompagner les équipes opérationnelles au quotidien. Ou encore pour contribuer à la réussite des acquisitions ou rapprochements avec d'autres sociétés, sujet qui nous a beaucoup occupés ces dernières années.


Quels autres atouts voyez-vous à cette externalisation?

Tiphanie Bordier: Elle permet de bénéficier d'un conseil avisé sur les derniers changements réglementaires, l'évolution des normes... Ensuite, elle donne la possibilité de benchmarker les pratiques et process. C'est en fait un oeil externe précieux lorsqu'une entreprise a besoin d'optimiser et d'industrialiser ses process. Enfin, elle apporte une équipe à géométrie variable, permettant à la direction financière de disposer des ressources nécessaires pour réaliser les clôtures comptables par exemple.


Repères

Raison sociale: Solucom

Activité: conseil en management et SI

Forme juridique: SAS

Président du directoire: Pascal Imbert

Directrice financière adjointe: Tiphanie Bordier

Effectif 2013: 1200 salariés

CA au 31 mars 2013: 130 M€

Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet