En ce moment En ce moment

Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 20 janvier 2020)

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 20 janvier 2020)
© ©Denys Rudyi - stock.adobe.com

Cette semaine on voit plus loin que nos frontières hexagonales pour constater la baisse des demandes de prêts bancaire en zone euro, mesurer l'engouement des Français pour le schuldschein allemand et en savoir plus sur le plan de financement du Green deal européen. Bonne lecture !

Je m'abonne
  • Imprimer

Entreprises : la demande de prêts bancaires en baisse dans la zone euro

Pour la première fois depuis 2013, la demande nette de prêts auprès des banques de la zone euro a reculé au dernier trimestre 2019 dans les entreprises. La faiblesse générale des taux d'intérêt continue certes de soutenir la demande, mais pas assez pour compenser la baisse des besoins d'investissement des entreprises, quelle que soit leur taille, selon le superviseur bancaire. Les sociétés se tournent aussi de plus en plus vers des solutions de financement alternatives, notamment auprès des fonds de dette privée. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Comment penser le court et le long terme en même temps

La méthode de planification stratégique d'une futurologue. De nombreuses entreprises se retrouvent coincées, alternant entre stratégie et tactiques. Si ce processus a tout l'air d'une planification sérieuse de l'avenir, il débouche sur un cycle perpétuel de tentatives pour rattraper les concurrents, les nouveaux entrants et les sources extérieures de disruption. C'est pourquoi vous devez davantage accepter l'incertitude en recalibrant en permanence la vision de l'avenir de votre entreprise. Une vision d'entreprise ne peut pas être exhaustive parce que les inconnues sont encore très nombreuses. Les dirigeants peuvent énoncer une vision forte pour les dix à quinze ans à venir, tout en étant prêts à adopter une démarche itérative pour la stratégie et les tactiques, à mesure qu'ils sont confrontés à de nouvelles tendances technologiques, des événements planétaires, des changements sociaux et des mutations économiques. >> Lire l'article complet sur le site Harvard Business Review France

2019, une grande année pour le... "schuldschein"

Le marché des placements privés allemands dit du " schuldschein " a été porté, l'an passé, par les émetteurs étrangers - et en particulier français - et le développement des opérations " vertes ". Avec quelque 28,7 milliards d'euros de prêts, en croissance de 15 % par rapport à l'année précédente, 2019 a été particulièrement actif, notamment grâce à de nombreux refinancements d'opérations arrivées à échéance et à la popularité croissante de ce marché en dehors de ses frontières d'origine. Un grand nombre d'entreprises françaises ont ainsi été séduites. En juin dernier, Scope Ratings recensait 45 émetteurs hexagonaux. Les émetteurs réguliers comme Mersen, Neopost , Tarkett , Orpea et Vilmorin ont été rejoints cette année par Iliad , Lagardère , M6 Métropole Télévision ou encore PSA. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Les salariés en quête d'écoute plus que de sens

En 2019, le gouvernement mettait en avant le statut d'entreprise à impact, profitant d'une vague de quête de sens et de TechForGood. Mais dans les faits, les Français attendent une implication des deux parties. Interrogés sur leur principale motivation, 58% des salariés français citent l'envie de se dépasser et la réalisation de bons résultats. Rares sont ceux qui cherchent à créer ou rendre le monde meilleur grâce à leur emploi (14%), et ce, même chez les jeunes (20%). Les Français n'attendent pas de leur entreprise qu'elle révolutionne le monde mais qu'elle soit plus inclusive en prenant en compte leurs idées. La démocratie et l'implication des salariés aux décisions apparaissent ainsi comme des clés stratégiques d'une bonne politique RSE. >> Lire l'article complet sur le site Maddyness

Thierry Breton envisage des obligations sorties de la dette pour financer le Green Deal

Le commissaire français évoque des sources de financement non conventionnelles, auxquelles pourrait contribuer la BCE, qui ne seraient pas considérées comme de la dette pour les Etats. Objectif : dégager 1000 milliards d'euros pour financer le Green deal. Il évoque une solution à tiroirs pour trouver ces financements. A commencer par la création d'obligations de très long terme, " de 20, 30 voire 50 ans, qui permettrait de profiter des taux d'intérêt bas voire négatifs ", un outil tout à fait approprié pour la transition écologique selon lui. La seconde partie de ce financement non conventionnel reposera sur le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières. >> Lire l'article complet sur le site Euractiv

L'internationalisation : le prochain défi des fintech françaises en hypercroissance

L'arrivée du géant chinois Tencent au capital de l'appli de paiement Lydia et de la néobanque Qonto, ainsi que la multiplication d'importantes levées de fonds, marquent une nouvelle étape pour l'écosystème des startups de la finance en France. Ces dernières doivent toutefois relever le défi de leur internationalisation. Car par ailleurs, à l'échelle internationale, les fintech françaises, à quelques exceptions près, peinent encore à être visibles. Dans les mois à venir, les levées de fonds de taille conséquente devraient néanmoins se poursuivre et la première véritable licorne (société non cotée en Bourse valorisée plus d'un milliard de dollars) de la fintech française pourrait voir le jour. >> Lire l'article complet sur le site La Tribune

Je m'abonne

La rédaction

Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Synertrade

premiere vue cette loi peut representer de nouvelles contraintes pour les entreprises ainsi que des risques reputationnels et financiers Mais [...]

Sur le même sujet