En ce moment En ce moment

DossierCloud : quel impact pour la direction administrative et financière ?

Publié par le

2 - Passage au cloud : les limites du mode Opex

Si le passage au mode Opex qu'implique le cloud permet des gains en souplesse et en réactivité en limitant les investissements, cependant, il n'est pas bon pour toutes les entreprises...

  • Imprimer

Le passage du mode Capex au mode Opex qu'entraîne le cloud n'est pas toujours avantageux. En effet, les loyers dégradent l'Ebitda, ce qui peut poser problème aux sociétés qui souhaitent se vendre. " Cela peut également s'avérer risqué pour les entreprises qui ont une grosse dette, notamment sous LBO. Les critères de capacité à rembourser cette dette sont liés à l'Ebitda ", rapporte Benoît Jacheet (Solutions Daf).

Dans la même idée, cette dégradation peut empêcher une entreprise d'accéder à des prêts dont certains accords impliqueraient un niveau d'Ebitda plus élevé. Enfin, cela peut dégrader l'image de l'entreprise en termes de rentabilité et de résultat.

Étudier la rentabilité sur le long terme

Autre point de vigilance : le TCO (total cost of ownership, soit coût global de possession). " Il faut étudier la solution la plus rentable en prenant en compte les aspects d'évolutivité ", insiste Benoît Jacheet (Solutions Daf). En effet, le cloud peut se révéler moins rentable sur le long terme, mais également si le nombre d'utilisateurs augmente.

Et si un investissement informatique vient d'être réalisé, s'il y a du personnel informatique, pas sûr que cette solution soit intéressants. " On ne part pas de zéro, note Benoît Jacheet (Solutions Daf). Les salles qui n'hébergent plus les outils informatiques vont-elles être utilisées à autre chose ? Et le personnel ? Il faut s'assurer que des coûts variables ne vont pas s'ajouter à des coûts fixes. " Le ­passage au cloud est plus facile à mettre en oeuvre lors d'une réorganisation ou d'un déménagement.

Une nécessaire conduite du changement

Par ailleurs, si le cloud affecte le budget, il a aussi un impact sur les ressources humaines. " C'est socialement que le passage au cloud pose problème ", note Renaud Brosse, cofondateur de Timspirit. Que vont faire les personnes du service informatique ? Si leur rôle reste important (elles peuvent définir les projets en amont, assurer le contact avec les prestataires cloud...), il évolue, et ce changement doit être accompagné.

La conduite du changement implique aussi d'accompagner les usagers du cloud au sein de l'entreprise afin qu'ils prennent bien en main les solutions. Par ailleurs, si des tâches disparaissent, grâce à l'automatisation, d'autres risquent d'apparaître, puisque le cloud appelle le partage d'informations. Ce qui nécessite de faire preuve de pédagogie.

Ève Menesson

Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet