En ce moment En ce moment

[Trésorerie] 6 financements alternatifs passés au crible

Publié par Carine Guicheteau le

Je m'abonne
  • Imprimer

La mezzanine sous forme d'OBSA


"La mezzanine sous forme d'OBSA ne détériore pas les ratios d'endettement de l'entreprise." Cyril Kammoun, responsable France chez Degroof Petercam

L'OBSA (obligations à bons de souscription d'actions) consiste en une émission obligataire assortie d'un BSA. Le prix d'exercice des BSA est fixé dès leur émission. Le remboursement est in fine. L'investisseur dispose d'un droit de conversion, c'est-à-dire d'échanger l'obligation en actions. Il partage donc les risques mais également la création de valeur. "C'est une solution de quasi-fonds propres sur mesure et souple, notamment au niveau du package de sûretés, résume Cyril Kammoun, responsable France de la banque d'affaires Degroof Petercam. Elle ne détériore pas les ratios d'endettement de l'entreprise. Néanmoins, il y a un risque de dilution à terme si les BSA sont convertis."

>> Pour qui? Grosses PME et ETI.

>> Pour quels montants? De quelques millions à plusieurs centaines de millions d'euros.

>> Quelle maturité? Sept à huit ans en moyenne, et jusqu'à dix ans.

>> Sous quels délais? Deux à trois mois.

>> Quel coût? 8 à 10%. "Ce financement est coûteux, la création de valeur est donc indispensable, souligne Cyril Kammoun. Mais c'est flexible, car une partie peut être payée en cash, le reste pouvant être capitalisé."

Je m'abonne
Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Trésorerie

Par Eve Mennesson

Le BFR était au coeur des Rencontres du magazine Option Finance du jeudi 28 novembre 2019. L'une des tables rondes consacrée au financement [...]