Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

De Daf à directeur général : EDC Paris Business School propose une nouvelle formation

Publié par le | Mis à jour le
De Daf à directeur général : EDC Paris Business School propose une nouvelle formation

À partir de début octobre 2021, EDC Paris Business School ouvre l'Executive Master in Management, une nouvelle formation qui va permettre aux cadres opérationnels et aux Daf de booster leur carrière en leur délivrant un diplôme de grade Master et éligible au Compte personnel de formation.

Je m'abonne
  • Imprimer

Installée dans le quartier d'affaires de La Défense, l'EDC Paris Business School poursuit la diversification de ses programmes. A partir de début octobre 2020, cette grande école de commerce propose une nouvelle formation. A la clé ? L'obtention d'un grade master (l'équivalent d'un Bac +5) qui permettra aux cadres ou aux salariés en reconversion de donner un coup d'accélérateur à leur parcours professionnel.

" Un directeur administratif et financier peut clairement booster sa carrière et prétendre occuper un poste de directeur de business unit ou de directeur général après avoir suivi la formation. En plus de la partie financière, il va pouvoir prendre une dimension plus stratégique, approfondir ses connaissances des différentes fonctions de l'entreprise, piloter l'aspect management, le business mais aussi le marketing, les RH, et ainsi disposer d'une véritable approche stratégique, estime Anne Lefèvre, directrice des admissions à l'EDC Paris Business School. Il sera en capacité à terme de réfléchir au développement de l'entreprise dans sa globalité, d'être force de propositions et de dialoguer avec pertinence avec la direction générale ".

Un voyage d'études en Espagne

EDC Paris Business School va ainsi former des salariés ou des cadres opérationnels via des formats pédagogiques croisés et des expériences collectives variées. " La formation va aussi proposer un voyage d'études de cinq jours en Espagne où ils vont rencontrer des start-up pour étudier leur business model et des entreprises ayant un modèle disruptif comme Zara. Pour assurer un maximum de flexibilité aux participants, la formation aura aussi bien lieu en présentiel qu'en distanciel ", explique Anne Lefèvre. L'école prévoit toutefois un séminaire d'intégration en présentiel pour créer une vraie cohésion de groupe et un séminaire de clôture en avril 2023.

Les futurs diplômés devront présenter à la fin de leur formation un mémoire. " Ce projet de création d'entreprise, de reprise ou d'accompagnement d'une startup dans son développement permettra d'appliquer tous les enseignements. L'objectif sera d'analyser la problématique et d'apporter des solutions concrètes. Ils auront un mentor, qui sont des anciens élèves, pour les accompagner dans leur projet professionnel ", ajoute la directrice des admissions.

L'expérience des candidats évaluée

Le nouveau Master dure 19 mois et les cours sont dispensés notamment sur des jeudis, vendredis et samedis pour un total de 525 heures. Il s'adresse à des personnes en reconversion ou des créateurs d'entreprises titulaires d'un Bac+3 à Bac+5. Autre condition : disposer d'une expérience professionnelle validée d'au moins 2 ans. " Les détenteurs d'un Bac+2 pourront aussi être acceptés s'ils disposent de trois années d'expérience," assure Anne Lefèvre.

Le profil des candidats est étudié sur dossiers de candidature dès à présent. Un test de langue en ligne, un entretien de validation du projet professionnel seront les différentes étapes de la sélection du candidat soumis à un jury d'admission " Constitué de 5 personnes (direction admission, directeur académique, anciens élèves), le jury ne s'arrête pas à l'aspect académique, mais va évaluer l'expérience et le niveau de maturité du projet du candidat ", renchérit Anne Lefèvre.

Le coût de la formation ? 19 900 euros net. Elle est éligible au CPF ou au CPF de transition et peut être également prise en charge dans le cadre d'un cofinancement par l'entreprise ou le salarié. Les créateurs d'entreprises peuvent bénéficier des aides de la région ou de la Chambre de commerce et d'industrie dont ils dépendent.



Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande