Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Financer l'innovation par l'aide publique, est-ce si difficile ?

Publié par le | Mis à jour le
Financer l'innovation par l'aide publique, est-ce si difficile ?

Les programmes de soutien à l'investissement et à l'innovation fleurissent ces derniers mois, dans le cadre du Plan de Relance par exemple. Il existait déjà un certain nombre de dispositifs pilotés notamment par l'Etat, Bpifrance, les régions, etc. Mais comment faire le tri dans ce maquis de possibilités ?

Je m'abonne
  • Imprimer

" Il est vrai que la reprise économique est là, que les carnets de commandes sont de nouveau bien remplis, que les PGE et les différentes aides maintiennent les entreprises sur un bon niveau de trésorerie. Tout cela peut mener certaines gouvernances d'entreprise à repousser aux calendes grecques les éventuels projets d'innovation", constate Maxime Guillaud, fondateur et CEO d'INSKIP, expert en stratégie et financement de l'innovation. "Non seulement c'est une erreur stratégique car l'innovation est un relais de croissance qui mène vers des entreprises transformées, plus vertueuses et plus performantes. Mais c'est aussi une erreur de timing". Car l'expert en accompagnement à l'innovation l'assure : "la France a toujours été un endroit formidable pour entreprendre. En 2022, c'est aussi plus que jamais un endroit formidable pour innover". Pourquoi ? "Il y avait déjà les dispositifs JEI, le Crédit d'impôts recherche, etc. Et désormais, avec le Plan de Relance et les différentes poches d'appels à projet, il n'y aura jamais eu autant d'argent sur la table disponible pour l'innovation".

Et pourtant, selon une enquête récente, réalisée par OpinionWay en novembre dernier pour Self&Innov (plateforme digitale dédiée aux aides fiscales à l'innovation), 85% des dirigeants interrogés estiment que les petites entreprises françaises manquent de moyens pour innover. 15% seulement des entreprises sollicitées dans le cadre de cette enquête ont déjà fait appel à une aide publique à l'innovation. Parmi les freins évoqués : le manque de ressources en interne pour monter les dossiers, le manque d'informations, la complexité des montages. 42% seulement des entreprises connaissent les aides d'Etat et le CIR, 39% les aides des conseils régionaux, 36% les aides Bpifrance, 30% les aides de l'Europe et 27% le statut de Jeune Entreprise Innovante...

Plusieurs échelons de financement public de l'innovation

Afin de s'y retrouver dans la jungle des aides et financements disponibles (hormis les financements dilutifs tels que les levées de fonds et les introductions en Bourse), Maxime Guillaud insiste sur la nécessité pour les directeurs financiers de se pencher régulièrement sur le sujet. "Il ne s'agit pas de s'y mettre tous les matins mais de se tenir informés au moins une fois par trimestre afin de ne pas laisser passer d'opportunités éventuelles". L'expert préconise de naviguer entre les trois principaux niveaux d'aides publiques : le niveau global avec les aides de l'Europe et de la France, l'échelon régional et le niveau plus local des Métroples et Villes. Dans chacune de ces strates, des aides peuvent être disponibles.

A l'échelle nationale, le PIA4 offre actuellement des opportunités intéressantes avec une myriade d'appels à projets et appels à manifestation d'intérêt. Avec il est vrai toutefois des sujets privilégiés : la santé, la transition écologique, l'alimentation, l'éducation, le numérique etc. "Il y en a au moins une quinzaine en cours actuellement. Et attention, les dates de clôture approchent pour certains d'entre eux, beaucoup vont s'achever à la fin du premier semestre 2022". A noter : tous les appels à projets en cours en lien avec le PIA 4 sont consultables ici : https://www.gouvernement.fr/secretariat-general-pour-l-investissement-sgpi.

Un certain nombre de financements sont également accessibles via Bpifrance et ses nombreux programmes d'accompagnement thématiques.

Concernant la strate régionale, elle n'est surtout pas à négliger car les régions disposent de poches de financement conséquentes. D'ailleurs, ce sont les aides régionales qui apparaissent comme les plus demandées par les entreprises interrogées dans le cadre de l'étude Self & Innov. 11% avaient demandé une aide régionale, 8% l'ont obtenue. " Les directeurs financiers peuvent s'appuyer sur leurs réseaux d'information, les clubs d'entreprise par exemple, mais il est aussi indispensable en parallèle d'être en lien permanent avec les services de développement économique de son territoire".

Enfin, sur les collectivités locales, Maxime Guillaud engage les directeurs financiers à se montrer proactifs. "Les métropoles par exemple ont souvent des enveloppes gérées par la CDC, elles peuvent faire des partenariats avec des entreprises mais il faut pousser un peu... L'innovation se fait entre partenaires privés mais aussi parfois avec des partenaires publics. Par exemple, avec le dispositif "Innover dans la Ville" proposé par la Métropole du Grand Paris".

Dernier tip de l'expert : "Je conseille aux Daf de faire le tri parmi les différentes possibilités qu'ils auront identifiées, puis de se rapprocher du gestionnaire du financement afin de vérifier l'adéquation avec leur projet d'innovation. Et ensuite, de nommer un référent interne pour s'occuper du sujet ou de faire appel à un partenaire extérieur".

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page