En ce moment En ce moment

Rapprochement Criteo/Publicis : la pépite française revient dans l'actualité

Publié par Florence Leandri le

Je m'abonne
  • Imprimer

Benoit Fouilland, CFO de Criteo

Une préparation d'IPO "cas d'école"

En mars 2012 Benoit Fouilland monte à bord d'une entreprise qui n'avait pas encore bouclé ses comptes annuels. Or l'IPO requérait de présenter un historique de 8 trimestres de comptes. Coté positif, "les comptes consolidées en IFRS existaient déjà et les auditeurs étaient internationaux". Code of ethics, gouvernance interne, administrateurs indépendants, prise en compte des exigences de la loi Sarbanes Oxley, mise en place de process de planification, la liste des briques à empiler en vue d'une introduction en bourse au NASDAQ est conséquente. La cotation aux Etats-Unis? " le meilleur moyen de maximiser les chances de succès de l'opération" assène le CFO , "car tous les comparables à notre activité sont américains, tout comme l'écosystème des investisseurs et les analystes financiers dédiés à la technologie internet".

Et puis "le niveau de liquidité du titre que l'on peut obtenir pour les mid-cap sur le marché américain est beaucoup plus élevé qu'en Europe pour les mêmes sociétés n'atteignant pas le seuil critique, aux alentours de 5 milliards d'euros" poursuit Benoit Fouilland qui parle aussi d'une fenêtre d'ouverture moins fragile outre-Atlantique. Résultat : la réalisation de l'IPO sur le NASDAQ le 30 octobre 2013 s'est faite sur la base d'une valorisation de Criteo de 2 milliards de dollars qui a permis à l'entreprise de lever 288 millions de dollars de fonds propres. Puis, grâce au succès de l'Introduction, Criteo a lancé une nouvelle opération d'émission secondaire, avec une part minime de primaires, en mars 2014 qui lui a rapporté 24 millions de dollars de cash supplémentaire et a permis aux actionnaires historiques d'obtenir une première tranche de liquidité pour environ 230 millions de dollars. La capitalisation boursière de Criteo est aujourd'hui identique à celle de l'Introduction soit environ 2 milliards de dollars. " Avec un cours actuel aux environs de celui de l'introduction en bourse, Criteo a fait une belle performance au regard du secteur Internet et plus encore dans le sous-secteur ad tech ". Pour rappel LinkedIn ou Twitter ont déçu les marchés en début d'année.

Une présentation sécurisée et "qui ressemble à celles des autres IPO " assure le CFO mais une préparation "hyper intéressante et critique" qui coté financier, passe par la constitution du syndicat des banques et le choix des avocats en janvier 2013, un " org meeting " en mars 2013 "par une journée neigeuse qui bloquait les transports" où le top management présente l'histoire de Criteo à ceux qui, banques, avocats, auditeurs, avaient manifesté leur intérêt pour les accompagner. Puis de mars à mai, le travail sur le document d'offre présenté ensuite à la SEC, le gendarme de la bourse américaine avant 12 jours de road show à l'automne avec une centaine de meetings et plus de 200 personnes rencontrées.

Cette introduction en bourse s'est " faite à un bon moment " précise Benoit Fouilland, comprendre après de belles performances du secteur Internet. La fourchette initiale entre 24 et 26 dollars dans le document d'offre est passée à 27-29 en cours de commercialisation pour passer à un prix définitif de 31 dollars la veille de l'IPO. Un cas d'école donc avec un seul bémol: "dans ma course constante à l'anticipation des besoins, j'aurai pu accélérer encore plus le calendrier des embauches .. Mais j'ai aussi peiné à trouver les bons profils au bon moment".

Je m'abonne
Florence Leandri

Florence Leandri

Rédactrice en chef

Juriste de formation, j’ai débuté mon parcours dans l’édition juridique à destination des avocats, notaires pour ensuite m’orienter vers la presse juridique [...]...

Voir la fiche
Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet