En ce moment En ce moment

[Témoignage] "Le Daf a un rôle à jouer dans la RSE"

Publié par Eve Mennesson le - mis à jour à
[Témoignage] 'Le Daf a un rôle à jouer dans la RSE'
© vege - Fotolia

Le cabinet d'expertise comptable GMBA est labellisé Lucie depuis 2012. C'est sa secrétaire générale, Yveline Pouillot qui porte les questions RSE de son entreprise. Selon elle, le Daf, avec sa vision holistique doit jouer un rôle important dans ces questions.

Je m'abonne
  • Imprimer

En matière de RSE, il arrive que le DAF ne prenne en charge que la compilation des données extra-financières dans le cadre de la rédaction du rapport RSE. C'est dommage, selon Yveline Pouillot, secrétaire générale du cabinet d'expertise comptable GMBA. "La RSE est holistique, elle traite de différents sujets : la finance mais aussi les ressources humaines, les achats, la gouvernance. Le Daf est à la croisée de tout cela, son rôle est donc important", souligne-t-elle.

Contextualiser les indicateurs

Dans son entreprise, si c'est le président du groupe qui est à l'origine de la démarche RSE, c'est bien Yveline Pouillot qui la suit au quotidien. Elle met cependant en garde : "Une démarche RSE ne peut pas se faire avec une seule personne : la direction doit être impliquée et des relais doivent être présents dans toute l'entreprise", avertit-elle. Le Daf ne peut en effet pas traiter seul l'ensemble des sujets mais sait à qui s'adresser pour trouver les bonnes informations. "Il sait également comment discuter avec les RH, le contrôle de gestion ou encore la comptabilité", note Yveline Pouillot.

Autre domaine dans lequel le Daf a un rôle à jouer : les indicateurs. "Le Daf peut choisir les bons indicateurs, les présenter et les contextualiser", précise Yveline Pouillot. Ce qui permet de faire des reportings et de les présenter aussi bien aux dirigeants et actionnaires, qu'aux employés.

Auto-évaluation

C'est en fait toute la démarche RSE que le Daf peut prendre en charge, à commencer par l'audit de l'existant, point de départ pour savoir quelle orientation donner à sa démarche. Yveline Pouillot s'est pour cela basée sur l'ISO 26000 (responsabilité sociétale) qui permet de se poser les bonnes questions afin de savoir où se situe l'entreprise et quels points il lui faut améliorer. "L'auto-évaluation est relativement aisée : le Daf peut facilement suivre l'un des questionnaires basés sur les principes de l'ISO 26000 et aller chercher les ressources là où elles se trouvent", témoigne Yveline Pouillot.

La secrétaire générale conseille cependant de rapidement faire appel à un expert externe, afin d'être challengé. "Chez GMBA, nous avons démarré seuls puis nous avons été accompagnés à travers les audits de labellisation Lucie et par la " communauté Lucie " qui donne des exemples de bonnes pratiques, ce qui nous a bien aidés pour nous améliorer", raconte Yveline Pouillot. Elle donne l'exemple des écogestes : la vision des auditeurs de Vigeo-Eiris ou de Riposte Verte leur a permis d'aller plus loin que de simplement supprimer les gobelets en plastique et de recycler le papier. Les éco-gestes " écologiques " sont rapidement devenus des éco-gestes " relationnels " car les comportements au sein de l'équipe ont été sensiblement modifiés par l'impact de la RSE (remise à plat de la gouvernance, intéressement salarial égalitaire....). "Cela nous a permis d'adopter une démarche globale ", résume Yveline Pouillot.

Labellisation Lucie

La labellisation Lucie a été obtenue en 2012 et a permis de formaliser la démarche. Si le choix de se faire labelliser était à l'origine guidé par un souhait de mieux communiquer sur le sujet, afin de rendre visible les actions menées auprès de l'interne et de l'externe, Yveline Pouillot trouve aujourd'hui agréable de s'inscrire dans un cadre bien défini. "La démarche de labellisation demande un peu de temps au début mais c'est de plus en plus facile de répondre aux audits de renouvellement qui ont lieu tous les trois ans (des audits de suivi ayant lieu dans l'intermédiaire)", rapporte-t-elle.

La labellisation donne effectivement beaucoup de visibilité à la démarche RSE du cabinet GMBA. "Nous sommes consultés lors d'appels d'offre parce que nous sommes dans une démarche RSE", indique Yveline Pouillot. Elle explique également que cette démarche opère un fort impact sur les recrutements : "Plusieurs candidats ne nous auraient pas contactés sans cela, la RSE apporte du sens au travail", pointe-t-elle. La secrétaire générale pense également que, depuis la formalisation de la démarche RSE, les relations de travail ont évolué et sont devenues plus humaines. En un sens, la RSE est un vrai projet d'entreprise auquel le Daf se doit de contribuer.

Repères

Raison sociale : GMBA

Secteur d'activité de l'entreprise : audit, conseil, expertise comptable, fiscale et sociale

Forme juridique : SARL

Siège : Paris (75)

Date de création : 1989

Dirigeant : Michel Gire

Secrétaire générale : Yveline Pouillot

Effectifs : 150 ETP

CA 2018 : 14,7 M€



Je m'abonne
Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Synertrade

premiere vue cette loi peut representer de nouvelles contraintes pour les entreprises ainsi que des risques reputationnels et financiers Mais [...]

Sur le même sujet