Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Dans quel pays est-ce le plus difficile de recouvrer un impayé ?

Publié par Florian Langlois le - mis à jour à
Dans quel pays est-ce le plus difficile de recouvrer un impayé ?

Pour la troisième fois, Allianz Trade a publié son indice de complexité de recouvrement. Cet indice mesure la difficulté de récupérer un impayé dans un pays donné. Comme lors des deux premières éditions, la Suède et l'Allemagne montrent l'exemple, suivis cette fois par la Finlande.

Je m'abonne
  • Imprimer

La facilité à recouvrer un impayé varie d'un pays à l'autre, selon les comportements de paiement et les cadres légaux concernant les impayés du pays en question. Cela peut devenir un vrai casse-tête pour les entreprises exportatrices qui pourront mettre jusqu'à plusieurs mois pour se faire payer leurs créances. Pour y voir plus clair, Allianz Trade a publié pour la troisième fois son indice de complexité de recouvrement. Cet indice reflète la difficulté pour une entreprise de récupérer une créance impayée dans un pays donné. Il couvre 49 pays qui représentent 90% du PIB mondial et 85% des flux commerciaux internationaux. Les pays sont alors "classés" selon un score allant de 0 (recouvrement le moins complexe) à 100 (recouvrement le plus complexe).

Sans grande surprise, l'Europe arrive en tête de ce classement. Ainsi, les 11 pays où le recouvrement est le moins complexe sont des pays européens. La Suède (avec un score de 30), l'Allemagne (30) et la Finlande (32) sont les pays les mieux placés avec des scores similaires à la précédente édition de cet indice, parue il y a 4 ans. La Nouvelle-Zélande (12ème, avec un score de 36, +1 point par rapport 2018) est de son côté le premier pays non-européen, suivie par le Brésil (20ème, 43, stable). "En Suède, en Allemagne et en Finlande, le comportement de paiement des entreprises domestiques est bon, et les tribunaux sont efficaces, délivrant rapidement leurs décisions. Autant de paramètres qui simplifient le recouvrement des créances impayées pour les entreprises," note Maxime Lemerle, responsable des études défaillances chez Allianz Trade.

En queue de classement, l'Arabie Saoudite (91, -3 points), la Malaisie (78, stable) et les Emirats Arabes Unis (72, -9 points) sont les pays où le recouvrement est le plus complexe. Malgré quelques améliorations notables en matière de procédures judiciaires, le recouvrement des impayés est 3 fois plus complexe en Arabie Saoudite qu'en Suède, en Allemagne et en Finlande.

Des différences entre économies avancées et marchés émergents

Concernant la complexité du recouvrement, l'écart entre les économies avancées et les marchés émergents est toujours important. Même s'il tend cependant à se resserrer, d'importantes disparités subsistent. Par exemple, d'une part, 14 pays d'Europe occidentale sur 16 obtiennent le niveau de complexité le plus faible, au contraire des Etats-Unis (32ème, 55, stable) ou du Canada (29ème, 52, stable) qui témoignent de leur côté d'un niveau de complexité très fort. Du côté des régions émergentes, le Moyen-Orient, l'Asie et l'Afrique sont en moyenne les trois régions où le recouvrement est le plus complexe.

Toutefois, bonne nouvelle, à l'échelle mondiale, le score de complexité du recouvrement a reculé lors des quatre dernières années : il est aujourd'hui à 49, soit 2 points de moins qu'en 2018 (51). Autre raison d'être optimiste, "lors des 4 dernières années, la complexité du recouvrement s'est réduite dans près de la moitié des pays que nous suivons (20 sur 49). L'épidémie Covid-19 a incité de nombreux pays à accélérer leurs réformes en matière de procédures collectives," développe Fabrice Desnos, membre du Board of Management d'Allianz Trade, en charge du credit intelligence, du recouvrement, de l'indemnisation et de la réassurance.

La France en 10ème position

En ajoutant à ce classement le poids des principaux pays partenaires commerciaux, Allianz Trade a calculé, pour chaque pays, l'exposition des exportateurs à la difficulté de récupérer une créance impayée. La Finlande, l'Autriche et la Norvège sont les pays les moins exposés, car leurs principaux partenaires commerciaux sont des pays où le recouvrement des impayés est moins complexe. A l'inverse, l'Asie est dans une situation plus difficile, avec sept pays parmi la liste des pays les plus exposés à la complexité du recouvrement international : Hong Kong, l'Indonésie, la Thaïlande, la Malaisie, le Japon, Singapour et l'Inde.

Quid de la France dans ce classement ? Elle se classe en 10ème position avec un score de 36, soit le même que dans l'édition précédente. Allianz Trade explique ainsi que "le comportement de paiement des entreprises françaises est bon, mais pourrait encore être amélioré. Les tribunaux français sont efficaces et parviennent à résoudre les litiges dans des délais raisonnables. Toutefois, une fois que le débiteur est déclaré insolvable, il devient extrêmement difficile de recouvrer l'impayé, tant la loi française protège le débiteur tant que la procédure collective n'est pas terminée."

Enfin, les exportateurs français se retrouvent assez peu exposés à la complexité du recouvrement international. En effet, parmi les 20 principaux partenaires commerciaux de la France, 10 ont une note de complexité du recouvrement notable, et un pays seulement obtient une note sévère : la Chine.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page