En ce moment En ce moment

Des mesures pour améliorer le financement de l'innovation

Publié par le - mis à jour à
Des mesures pour améliorer le financement de l'innovation

Comment développer l'innovation en France ? L'une des pistes consiste à stimuler le financement. Dans ce but, l'Association des Centraliens et le Medef ont émis quatre propositions. De son côté, le gouvernement commence à s'attaquer au sujet, en créant un fonds dédié à l'innovation de rupture.

  • Imprimer

Le constat

1) Entre autres freins à l'innovation, il y a le financement. Il est cité par les deux tiers des sondés (600 ingénieurs, entrepreneurs et dirigeants d'entreprise) de l'Enquête Innovation de l'Association des Centraliens et du Medef, publiée le 15 décembre 2017.

2) À l'inverse, l'identification des acteurs-clés et la clarification de leur rôle dans le financement de l'innovation apparaît comme un facilitateur, pour près de neuf sondés sur dix.

3) l'État joue un rôle-clé dans le développement de l'innovation dans les entreprises, notamment au travers de la fiscalité et des subventions, selon 68 % des sondés.


Financement de l'innovation : les 4 mesures prioritaires selon Medef

C'est pourquoi, l'Association des Centraliens et le Medef, en complément de leur enquête, ont souhaité proposer une douzaine de mesures prioritaires pour dynamiser l'écosystème de l'innovation et relever les défis de la nouvelle révolution industrielle. Parmi ces propositions, quatre sont spécifiquement dédiées au financement de l'innovation :

- Stabiliser et sécuriser le CIR (crédit d'impôt recherche).

- Reconsidérer les orientations du C2I (crédit impôt innovation) pour en augmenter l'effet de levier, sinon l'abandonner.

- Favoriser le développement des business angels en encourageant la prise de risques.

- Réorienter une partie de l'épargne française vers le capital-risque.


Du nouveau dès 2018 : fonds, crédit d'impôt

L'innovation est justement l'une des priorités du gouvernement. L'une des promesses de campagne d'Emmanuelle Macron est d'ailleurs prête à être déployée.

En effet, le fonds pour l'industrie et l'innovation dédié au financement de l'innovation de rupture sera opérationnel dès le 1er janvier 2018. Il sera doté de 10 Mds€, issus en partie de la cession des participations de l'État dans des entreprises publiques. " Le rendement annuel de ce fonds qui sera de l'ordre de 200 à 300 M€ par an sera sanctuarisé pour garantir notre effort annuel en matière d'innovation et limiter toute tentation de rabot qui viendrait obérer nos capacités industrielles d'avenir ", a précisé Édouard Philippe au Conseil national de l'industrie, le 20 novembre dernier. Il a par ailleurs missionné Stéphane Distinguin, p-dg de l'agence d'innovation Fabernovel, Jacques Lewiner, directeur scientifique de l'ESPCI, et Ronan Stéphan, directeur scientifique de Plastic Omnium, afin de " trouver le meilleur usage possible à ce rendement et nous aider à le flécher vers les projets les plus prometteurs et les modalités les plus efficaces ". Leurs conclusions seront remises au gouvernement en janvier.

Le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a par ailleurs affirmé à maintes reprises que le CIR (Crédit impôt recherche) serait sanctuarisé et simplifié en vue d'être plus accessible pour les PME. Ne reste plus qu'à attendre le projet de loi de transformation des entreprises, qui devrait être présenté au printemps prochain, pour connaître le nouveau visage de ce dispositif, cher aux entreprises innovantes.

Carine Guicheteau

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Trésorerie

Par Vincent Maurel, Arthur Boutemy, François Warcollier, Avocats chez Fidal

A travers la loi PACTE, le Gouvernement semble vouloir faire de la France une place attractive pour les ICO mais des freins existent et questionnent [...]