En ce moment En ce moment

Limitation de vitesse à 80 km/h : quel impact pour les entreprises ?

Publié par le - mis à jour à
Limitation de vitesse à 80 km/h : quel impact pour les entreprises ?

Moins de morts sur les routes cet été ! La récente limitation de vitesse à 80 km/h aurait-elle réussi son pari ? Pas sûr, car il faudra du temps pour en mesurer les vrais effets.

  • Imprimer

Les opposants à l'instauration d'une vitesse réduite à 80 km/h sur les routes nationales (au lieu de 90 km/h) auront bataillé jusqu'au bout pour espérer voir cette mesure être abrogée par le Conseil d'État. Pourtant, celui-ci a donné en juillet dernier son feu vert à cette limitation qui concerne les routes bidirectionnelles à deux voies sans séparateur central. Reste à connaitre, à l'usage, le bienfondé d'une telle mesure.

Dès juillet, c'est un nombre de 19 morts en moins sur les routes qui a été enregistré (- 5,5 %). Un mouvement à la baisse qui avait déjà été détecté en juin (- 9,3 %) et en mai (- 8,4 %). Depuis le début de l'année et bien avant l'introduction de la nouvelle limitation de vitesse, ce sont ainsi 119 morts en moins qui ont été enregistrés, soit une mortalité routière en baisse de 6 % sur le premier semestre.

Si cette mesure de limitation de vitesse a certainement déjà produit un effet psychologique auprès des conducteurs, ce n'est que dans plusieurs mois que l'on pourra en mesurer sa véritable pertinence. En attendant, gare aux excès de vitesse. Plus de 1 800 radars (soit plus de 50 % du parc français total) sont disposés sur des axes concernés par la nouvelle limitation de vitesse.

Comme l'explique TomTom, qui a mis à jour avant l'été sa cartographie en intégrant la nouvelle vitesse sur les axes concernés par la limitation à 80 km/h, "au cours des trois dernières années, plus d'un automobiliste français sur 5 déclare avoir perdu des points pour excès de vitesse !"

Selon une enquête confiée par TomTom à l'institut de sondage Yougov et réalisée en mai auprès d'un millier d'automobilistes, "42 % des conducteurs interrogés expliquent commettre parfois des excès de vitesse par méconnaissance de la limite autorisée sur le tronçon de route empruntée."

Une perte de productivité au volant ?

Dans les entreprises, pour beaucoup de "gros rouleurs" parcourant plusieurs dizaines de milliers de kilomètres par an, la pilule est amère. Notamment pour les professions commerciales dont le chiffre d'affaires et la rémunération sont corrélés au nombre de rendez-vous réalisés dans la journée.

Selon la Sécurité Routière, le passage de 90 à 80 km/h sur les 400 000 km de routes concernées en France aura un faible impact : "il ne faut que 45 secondes de plus pour parcourir un trajet de 10 km et seulement deux minutes supplémentaires pour effectuer un parcours de 25 km." Surtout, selon l'Ademe, cette mesure permettra aux conducteurs d'économiser 120 euros par an de carburant.

Moins rassurantes, les analyses réalisées par les associations d'automobilistes font état de 12 % de temps en plus nécessaires aux professionnels de la route pour effectuer les mêmes missions à 80 km/h plutôt qu'à 90 km/h. Soit 58 minutes en plus sur une journée de 8 heures.

Pour les flottes d'entreprises, c'est donc bien la productivité des collaborateurs au volant qui sera impactée par cette limitation de vitesse. Mais en contrepartie, soutient Matthieu Echalier, directeur général du gestionnaire de parc GAC Technology, "cette nouvelle réglementation sur les 80 km/h est regardée de près par les flottes déjà impliquées dans la sécurité routière. Et il ne fait pas de doute qu'elle va aussi aider celles qui ne l'étaient pas à basculer dans cette voie."

Encadré

L'automobile dans le collimateur du gouvernement

La limitation à 80 km/h sur les routes nationales ne sera pas la seule mesure applicable dans les prochains mois aux véhicules d'entreprises et à leurs conducteurs.

- Dès le premier janvier 2019, les normes anti-pollution vont être examinées au contrôle technique. Avec ce nouveau contrôle, ce sont près de 15 % des moteurs au gazole qui sont susceptibles de devoir passer une contre-visite.

- En 2019 également, le malus applicable à l'achat d'un véhicule neuf en fonction de ses émissions de CO2 s'appliquera à partir de 117 g/km et non plus 120 g/km.

- La possibilité pour les employeurs, notamment au sein des entreprises de transports, de connaitre la validité du permis de conduire de leurs employés affectés à la conduite vient d'être validée par l'article R 225-5 du Code la Route qui prévoit désormais la possibilité d'accéder à ces informations (à l'exclusion du nombre de points de permis et de toute autre donnée personnelle). L'article R.330-3 du Code de la route qui accorde aussi cette possibilité pour " les entreprises d'assurance dès lors que ces informations ont pour seul but d'identifier les biens et personnes impliqués dans un accident de la circulation, à condition qu'au moins un des véhicules soit assuré par l'assureur demandeur ou que ce dernier ait en charge l'indemnisation d'une des victimes ".

- Malgré près de 500 000 infractions constatées et verbalisées par un retrait de trois points sur le permis et une amende de 135 euros, téléphoner au volant reste une pratique courante. Le gouvernement plancherait ainsi pour aggraver, d'ici la fin de cette année, les peines d'infraction routière telles que téléphoner au volant, tourner sans mettre son clignotant, griller un stop ou un feu.

- A partir de 2020, les communes de plus de 100 000 habitants auront l'obligation d'évaluer l'opportunité de mettre en place des "zones à faibles émissions" afin d'en limiter l'accès aux véhicules ne répondant pas à certaines normes d'émissions polluante et ayant un impact nocif sur la santé des résidents.

- Un contrôle des plaques d'immatriculation et un cadre fiscal favorable va être mis en place pour donner la possibilité aux collectivités de créer des voies réservées ou partagées avec les transports en commun en faveur du covoiturage. Les salariés qui abandonneront leurs véhicules pour se rendre sur leur lieu de travail et qui auront recours au covoiturage pourront se voir rembourser par leur employeur une part de leurs frais de transport.


Jean-Pierre Lagarde

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet