En ce moment En ce moment

Quelle stratégie pour un pilotage efficace de l'activité à l'international?

Publié par le - mis à jour à
Quelle stratégie pour un pilotage efficace de l'activité à l'international?
© alphaspirit - Fotolia

Développer une activité commerciale dans un autre pays est synonyme de croissance pour les entreprises encore faut-il bien gérer les flux financiers sur des marchés à la volatilité exacerbée. Comment dès lors maîtriser le taux de change et préserver la profitabilité des transactions?

  • Imprimer

2019 s'annonce autant incertaine que pleine d'opportunités. Il va donc falloir que les DAF redoublent de vigilance tout en restant à l'affut des meilleures opportunités stratégiques. Et c'est d'autant plus vrai lorsqu'il est question de développer les activités à l'international.

Une constante de ce métier, quel que soit le secteur d'activité, est l'allergie chronique au doute et à l'incertitude. Non pas que le DAF ait peur, il ne s'agit pas de cela. Mais en tant que gardien du temple, il ne peut se permettre d'être approximatif. Encore moins lorsqu'il est question de piloter l'activité financière de son entreprise à l'international. "Un DAF a besoin de fluidité et de souplesse pour se concentrer sur le transactionnel de façon autonome sans avoir à faire constamment appel à son banquier, souligne Marc-Elie Caspar directeur France et Benelux de Western Union Business Solutions. Et comme il se concentre sur son coeur de business il n'a pas le temps d'avoir une visibilité sur les marchés, il a donc besoin de se couvrir pour se protéger contre les fluctuations des marchés et ainsi éviter de subir de plein fouet les impacts négatifs des taux de change sur son activité." Pour maintenir son taux budget et son niveau d'affaires à l'international, le DAF a donc tout intérêt à s'appuyer sur un expert des marchés. Mais pas que.

Pour bien piloter ses activités à l'international et avoir une visibilité maximale, l'idéal est encore de pouvoir bénéficier à la fois de toutes les garanties de sécurisation des transactions que peuvent apporter les banques européennes et de l'agilité et l'autonomie que peuvent apporter les Fintech. "Le recours à une plateforme comme EDGE pour effectuer ses paiements à l'international et développer ses relations commerciales, présente un certain nombre d'avantages, estime Marc-Elie Caspar. Au-delà d'offrir la possibilité de gérer les transactions en ligne quasiment en temps réel, il est possible de faire du reporting sur les différents comptes en devises mais aussi de faciliter la relation fournisseur." En effet, ce type de plateforme peut être un bon moyen de mettre en relation de nouveaux partenaires à l'international tout en renforçant la relation acheteur/vendeur grâce à l'échange facilité d'informations et de documents (factures par exemple) dans un environnement sécurisé.

Le deuxième axe majeur est d'arriver à identifier et maîtriser le risque de change. Suivant les caractéristiques de l'entreprise, la volatilité des marchés n'aura pas le même impact. Selon les variations du taux de change les conséquences peuvent être importantes. Or, une entreprise quelle qu'elle soit ne peut pas se permettre d'imputer ses hausses sur le prix final de ses biens. Cela touche donc directement à la marge et à la profitabilité de l'entreprise. "Les marchés sont extrêmement volatiles et soumis aux aléas macro-économique tels que l'impact du Brexit par exemple ou une annonce de la Fed (la banque centrale américaine). Il suffit que cette dernière décide de remonter ses taux pour que cela engendre un certain nombre de réactions sur l'ensemble des marchés, et notamment celui du change. Les entreprises ont donc un besoin vital de se couvrir sur un certain niveau, une certaine durée et un certain montant face à ce risque de variation", explique Marc-Elie Caspar.

Alors que les grandes entreprises sont souvent bien servies et ont les ressources nécessaires pour analyser les marchés en temps réel, ce n'est pas le cas des ETI et encore moins des PME. Pour ces entreprises, le besoin de visibilité mais surtout la capacité et la rapidité d'analyse pour être en mesure de faire preuve de réactivité sont plus qu'essentielles. D'où l'importance de conjuguer tant que possible les atouts de la technologie et la possibilité de s'appuyer sur du conseil pour bien analyser et traduire toutes les tendances susceptibles d'impacter l'euro/dollar. "Le ralentissement marqué de l'activité en zone Euro, le décrochage dangereux de la croissance chinoise, ou encore la montée des craintes de prochaine récession aux Etats-Unis... Tout cela aura potentiellement un impact sur les taux de crédits et de change et crée un contexte dans lequel le décideur financier doit naviguer avec un maximum d'éclairage pour in fine prendre la bonne décision", conclut Marc-Elie Caspar.


La rédaction vous recommande

Sur le même sujet