En ce moment En ce moment

[Sondage] CAC, EC et autres conseils : les attentes des Daf convergent vers la pluridisciplinarité

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer


La signature du CAC, l'intuitu personae de l'expert-comptable

Pour le commissaire aux comptes, le critère de choix le plus cité est le coût, même s'il est rarement cité en premier. En revanche, changement par rapport aux résultats de 2014 : l'importance accordée au conseil et à la veille en matière d'évolution des normes pouvant impacter la société, preuve que les Daf sont de plus en plus stressés par l'exacerbation normative de leur environnement.

Par ailleurs, on identifie clairement des différences de critère selon la taille : pour les plus grosses structures, la capacité d'accompagnement à l'international et le prestige de la marque constituent les critères les plus importants. Ce qui n'a rien de surprenant : les grandes entreprises sont typiquement celles qui vont faire appel à un big ou à une grosse structure pluridisciplinaire (Grant Thornton, Mazars...) qui dispose d'un réseau mondial. Ce qui peut paraître plus étonnant, c'est la relative insouciance par rapport au coût, critère qui n'arrive qu'en troisième position pour les entreprises dont le chiffre d'affaires est supérieur à 100 M€, alors qu'il est traditionnellement perçu comme principal sur une prestation considérée à " faible valeur ajoutée sur laquelle les cabinets se différencient peu ". Une piste d'explication serait l'accentuation de la concurrence sur l'audit, qui a aligné les prix vers le bas au point que les directeurs financiers ne le considèrent plus comme un critère discriminant. L'expertise comptable, en revanche, est encore loin de cette standardisation, et reste une prestation d'accompagnement du quotidien pour les Daf de PME, essentiellement dans les structures de moins de 25 M€ de chiffre d'affaires, dont les deux tiers disposent d'unexpert-comptable, lequel doit essentiellement apporter " une visibilité sur l'activité et vulgariser les obligations des entreprises ", particulièrement attendue en matière fiscale. Pour ce faire, on le choisit pour sa réactivité, en premier lieu, à laquelle vient en corollaire logique la proximité, mais encore la pluridisciplinarité : qualité qu'il partage avec ses confrères du Cac et du conseil financier !

En page suivante, les attentes des Daf vis à vis des experts-comptables, des commissaires aux comptes et les situations pour lesquelles les Daf ont fait appel aux cabinets indépendants ces deux dernières années.

Je m'abonne

Yousra Senhaji

Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet