En ce moment En ce moment

Titrisation

  • Imprimer

Lorsqu'un organisme de crédit a besoin de liquidités, il a la possibilité de titriser ses créances. Il les transforme en valeurs mobilières, et les vend à des investisseurs. On appelle cela la titrisation, qui se décline sous plusieurs versions.

Besoin de titrisation des créances bancaires

Le montant total des crédits que peut accorder une banque dépend, entre autres, de ses fonds propres. Pour les augmenter, elle peut vendre ses créances à des investisseurs. Les investisseurs les achètent en fonction du rendement prévu, c'est-à-dire en fonction des mensualités que doivent verser les emprunteurs. Suite à quoi la banque peut utiliser cet argent frais pour d'autres investissements.

Les différentes formes de titrisation

Les valeurs mobilières ainsi obtenues par la titrisation peuvent être adossées à des actifs sécurisés, ou ABS (Asset Backed Securities). Le portefeuille de titres peut contenir un éventail de crédits aux ménages et de prêts aux entreprises, ou se spécialiser dans un secteur en particulier.

Avantages et inconvénients de la titrisation

L'un des avantages de la titrisation est qu'elle permet aux organismes de crédit de bénéficier de liquidités, sans avoir à se refinancer. Ces mêmes liquidités peuvent être réutilisées pour prêter aux entreprises ou aux ménages. La titrisation est donc censée participer à l'économie réelle. L'inconvénient du mécanisme est qu'il peut déboucher sur une augmentation des taux de crédit. D'une part, cette opération nécessite souvent l'intervention d'une société intermédiaire, ce qui augmente le coût ; d'autre part, le fait pour une banque de revendre sa créance constitue un manque à gagner, qu'elle a tendance à compenser par une hausse des taux.

Définitions sur le même sujet

Crédit

Crédit

La rédaction vous recommande

Par Pierre Lelièvre

Le gouvernement devoile le deuxieme budget de son quinquennat lundi 24 septembre 2018 Le projet de loi de finances PLF et le projet de loi de [...]

Par Vincent Maurel, Arthur Boutemy, François Warcollier, Avocats chez Fidal

travers la loi PACTE le Gouvernement semble vouloir faire de la France une place attractive pour les ICO mais des freins existent et questionnent [...]