Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Finquest souhaite fluidifier le marché du M&A

Publié par Florian Langlois le - mis à jour à
Finquest souhaite fluidifier le marché du M&A

Créée en 2016, la fintech Finquest a pour objectif de faciliter le marché du M&A en proposant aux entreprises acquéreuses une liste de sociétés qui répondrait à leurs critères. Pour ce faire, elle s'appuie sur une base de données de plus de 100 millions d'entreprises.

Je m'abonne
  • Imprimer

Le concept

« Aider les entreprises souhaitant effectuer une opération de M&A à trouver les cibles qui lui correspondent le mieux », telle est la mission de Finquest, selon son CEO, Tanguy Lesselin. Fondée en 2016 avec la volonté de fluidifier les marchés privés de M&A, la start-up propose aujourd'hui une solution big data qui couvre plus de 100 millions d'entreprises dans le monde, ayant un chiffre d'affaires compris entre 250.000 et 250 millions de dollars. La fintech met ainsi en relation vendeurs et acquéreurs potentiels en proposant à chaque acheteur des cartographies détaillées et des informations sur chaque investissement. « Ce qui fait que Finquest est unique aujourd'hui, c'est qu'au-delà de ces données, nous nous basons également sur une intelligence artificielle qui permet de les valider, les augmenter, les qualifier, analyser leurs fiabilités et éventuellement les éliminer, » se félicite Tanguy Lousselin.

L'objectif de la fintech est de faire en sorte qu'un potentiel acquéreur ne manque aucune cible d'acquisition. « Notre proposition de valeur est vraiment d'identifier et de connecter les entreprises. Nous avons en moyenne 75% de taux de réponses de la part des entreprises ciblées. Il y a ensuite en moyenne 15% d'entreprises intéressées, ce qui représente d'une petite dizaine à plusieurs dizaines d'entreprises selon la taille de la liste d'entreprises ciblées, » reprend Tanguy Lesselin.

Pour qui ?

Finquest s'adresse aux entreprises qui cherchent à faire des acquisitions et aux fonds de private equity. « Pour les entreprises, nous couvrons aussi bien les très grosses entreprises que de plus petites structures qui recherchent des entreprises très ciblées et font donc appel à nous pour les identifier et les connecter », reprend le CEO de Finquest.

Comment ça fonctionne ?

« La première étape est de déterminer des entreprises cibles qui seront proposées à l'acquéreur. Ce processus dure environ une semaine avec des échanges avec le client acquéreur de manière à bien comprendre ses besoins et s'assurer que les entreprises sont intéressantes pour celui-ci, » développe Tanguy Lesselin. A la suite de cette étape, une liste d'entreprises cibles sera envoyée au potentiel acquéreur qui s'occupera de les trier. Finquest s'engage ensuite à appeler l'ensemble des entreprises sélectionnées afin de savoir si elles sont intéressées par cette idée de vente puis mettra les entreprises en relation si tel est le cas.

Combien ça coûte ?

Une opération comme celle-ci coûtera entre 50.000 et 200.000 dollars (entre 47.000 et 188.000 euros).

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page