Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

En janvier, vous levez 106M€. Des géants tel que le Chinois, Tencent et le Hongkongais, DST Global, ont investi dans votre capital. Est-ce que cela révèle la dimension internationale de Qonto ?

Nous avons un début de trajectoire qui est très positif, avec une croissance forte. Notre NPS (net promotor score) est de 70, les clients sont donc globalement satisfaits et recommandent Qonto dans leur entourage. L'expansion européenne, qui commence, attire des investisseurs, dont les meilleurs du monde.

Parmi les quelques offres que nous avons reçues, nous avons choisi cet attelage, dans lequel Tencent et DST Global faisaient partie. Les deux business angels ont investi aux côtés de nos investisseurs historiques, Valar et Alven.

Pour le moment, nous ne prévoyons pas de proposer notre service en Chine ou à Hong Kong, sachant que nous sommes déjà bien occupés sur l'Europe. Pendant les 12, voire 18 prochains mois, il n'y aura pas d'ouverture de pays. Ce qui serait plus naturel, dans un premier temps, serait de s'ouvrir à d'autres pays en Europe voire éventuellement aux États-Unis. L'Asie semble plus loin, à la fois en distance, mais également culturellement et réglementairement.

Vous avez déposé un dossier auprès de l'ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) pour devenir une vraie banque. Souhaitez-vous prochainement vous adresser au grand public ?

Qonto est vraiment focalisé sur les professionnels. En revanche, nous avons déposé un dossier auprès de l'ACPR pour devenir établissement de crédit. Donc pour devenir une banque à part entière, mais toujours destinée à cette cible d'entrepreneurs et d'entreprises.


Vous proposez des services pour simplifier les opérations bancaires et la comptabilité. Les titulaires de la carte X ont même accès à un service de conciergerie. Avec ces services, vous êtes au-delà de la banque...

La banque est une brique de ce que l'on propose. Si l'on fait la métaphore avec une maison, cette brique est peut-être la base, mais ensuite les autres étages sont des services qu'une banque traditionnelle ne fait pas du tout, et ne fera peut-être jamais. Pour la gestion des notes de frais en équipe, pour les intégrations avec les logiciels comptables, les logiciels de paie, la conciergerie... Il y a cet angle écosystème, hub, plateforme qui va être un point important dans les années à venir chez Qonto.

Quels sont vos projets futurs ?

Dans l'année qui vient, nous voulons améliorer notre service, tant sur le produit que sur le support. Nous souhaitons le localiser dans tous les pays de la même manière. Actuellement, les logiciels peuvent être différents d'un pays à l'autre. Pour cela, il faut rendre l'intégration très fluide, très automatique entre Qonto et les logiciels comptables. Car ça reste un élément très frustrant et chronophage pour les entreprises. En France, cela se fait très bien, mais on veut également uniformiser et localiser ce service dans les autres pays, tout en continuant à le développer avec la même qualité. Le deuxième point est de faire plus d'intégration et de partenariat avec d'autres logiciels. Des partenariats vont d'ailleurs arriver dans les prochains mois.

Qonto


Paris

Alexandre Prot, co-fondateur, Steve Anavi, co-fondateur

Création en 2016

220 collaborateurs

CA 2019: NC

Je m'abonne

Julien Ruffet

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Retour haut de page