Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Le DAF de PME face aux enjeux de l’absentéisme

Publié par le | Mis à jour le

Les différentes vagues Covid ont toutes eu un impact sur l’organisation des entreprises. Mais la gestion administrative de ces absences, notamment la nécessaire récupération des indemnités IJSS, diffère selon l’entreprise. Les explications et les conseils de Julien Vernay, Directeur du Pôle Efficience DRH chez Leyton.

  • Imprimer


Julien Vernay, Directeur du Pôle Efficience DRH chez Leyton

Quelle est la réalité de l’absentéisme en entreprise après plus de deux ans de crise sanitaire ?

Les années 2020 à 2022 ont vu une nette augmentation des arrêts maladie (+50 %) comparé à 2019. Sur la période 2021-2022, les arrêts sont restés à un niveau élevé et les multiples vagues ont fait apparaître de nombreux arrêts Covid de 10 jours en moyenne et les arrêts longs sont plus longs qu’auparavant.

Les arrêts liés au Covid sont donc un défi pour les entreprises mais ce n’est pas le même défi pour toutes : seul un tiers peut faire du full-time télétravail et assurer la poursuite de l’activité en cas d’épidémie.



Quant aux répercussions de cet absentéisme plus fréquent et plus long, y a-t-il des typologies d’entreprises, notamment au sein des PME ?

La première préoccupation commune à toutes les sociétés est : comment gérer l’activité. Les ressources sont toutes tournées vers la réalisation du chiffre d’affaires et c’est bien normal. Mais la gestion administrative en pâtit, dont la récupération des indemnités journalières de la Sécurité sociale (IJSS). Certaines PME n’ont pas à gérer cela parce qu’elles ne pratiquent pas la subrogation ou parce qu’appartenant à un groupe, cette tâche est déléguée à un centre de services partagés (CSP). Reste les autres : les PME autonomes de 50 à 250 salariés qui disposent de process construits autour du Daf, chef d’orchestre et qui ont opté pour la subrogation.

Pour améliorer la récupération des IJSS, quel est le prérequis ?

Pour une entreprise de 250 salariés, en moyenne 150 000 euros d’IJSS sont attendus par an dont 25 000 ne sont pas recouvrés. Les raisons sont diverses et le point de contact obligé, la CPAM, est difficile à joindre : 1 h 30 d’attente en moyenne. Mon premier conseil pour améliorer sa récupération des IJSS, et plus largement améliorer la gestion RH, est de penser le staffing de gestionnaires non pas en fonction du nombre de salariés ou/et de la complexité des bulletins de paie mais en tenant compte de l’ensemble des aléas de la vie professionnelle des salariés et de l’activité.

Comment un Daf doit-il aborder cette question de la récupération des IJSS ?

En ayant d’abord en tête que cette récupération n’est que la 8e priorité d’un gestionnaire de paie ! Et les priorités listées (émission des bulletins de paiement, entrées et sorties des employés…) s’inscrivent dans un temps court. Elles viennent donc cannibaliser la récupération d’IJSS, qui relève d’un temps long avec une prescription de 27 mois. Parmi les autres facteurs que le Daf doit prendre en compte, je citerai le manque de compréhension des processus ou encore une désorganisation passagère liée, par exemple, à un plan social, à la mise en œuvre d’un SIRH. L’existence de plusieurs sites ne favorise pas non plus un bon taux de recouvrement.
Le Daf doit se poser trois questions : quel est le taux de recouvrement réel ? Si celui-ci n’est pas de 100 %, pourquoi ? Et enfin quelle réponse apporter ? L’accepter, retravailler les process ou externaliser.

La rédaction vous recommande

Retour haut de page