Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

5 conseils pour booster une carrière de Daf

Publié par Eve Mennesson le

Daf ? entre 40 et 50 ans? Il vous reste encore un long pan d'activité professionnelle devant vous! Ci-après 5 conseils d'experts pour donner un coup d'accélérateur à votre carrière.

Je m'abonne
  • Imprimer

Travailler son réseau

Et pas seulement en naviguant sur LinkedIn quelques jours par mois! Même si les réseaux sociaux digitaux prennent de l'importance et sont des outils professionnels formidables, le plus important est de rencontrer les gens physiquement : formations, événements et déjeuners professionnels...

Sylvie Bretones, directrice financière des activités maîtrise d'ouvrage de Vinci Concessions, créatrice du club HEC Finance d'entreprise et administratrice de la DFCG, conseille de trouver un club dans lequel on se sent bien. "Cela apporte une énorme bouffée d'oxygène, permet de prendre du recul par rapport à ses sujets au quotidien, offre de l'ouverture... C'est pourquoi cela doit être prioritaire dans l'agenda : cela fait partie du travail et ce n'est jamais du temps perdu. Échange sur des sujets d'actualité ou d'expertise, benchmarks avec d'autres secteurs ou entreprise... Le réseau apporte toujours de bonnes surprises!"

C'est dans cet optique que Daf Magazine organise différents événements auxquels vous êtes les bienvenus ! dont nos très prochains Trophées

Enfin, travailler son réseau, c'est aussi aussi rencontrer des chasseurs de têtes : "Après 50 ans, le réseau est essentiel. Il faut sinon se confronter au tri par CV et l'âge est éliminatoire", avertit Sophie Mouterde, co-responsable de la practice finance chez Oasys Consultants, cabinet de conseil en transition professionnelle.

Passer dans une entreprise sous LBO

"Les Daf qui réfléchissent à leur carrière doivent passer dans une entreprise sous LBO", estime Pascal Quiry, co-auteur du célèbre Vernimmen et du site Vernimmen.net et créateur du fonds d'investissement Monestier Capital. Et d'expliquer : "Ce sont des entreprises avec une réelle culture cash, de plus en plus indispensable dans les environnements économiques difficiles que traversent les entreprises aujourd'hui".

à lire aussi: le portrait idéal du Daf selon les fonds d'investissement

Prendre le tournant du digital

"Le Daf digitalisé est l'enjeu pour les années qui viennent", lance Xavier de Saint Marc, président de DSM-Gestion, cabinet de Daf à temps partagé. Pour durer, un Daf ne doit pas laisser passer le train du digital, avec le Big Data à sa tête.

"Les Daf doivent aller sur ces sujets. La croissance va désormais se faire sur cette transformation digitale et le Daf doit donc l'accompagner en tant que business partner, d'autant plus qu'il peut apporter ses connaissances, ayant souvent lancé un ERP", insiste Sylvie Bretones qui souligne que les financiers qui ne se préoccupent pas de ce sujet courent un risque d' "ubérisation" : "Les opérationnels développent leurs propres indicateurs à travers des API faciles à manier et le Daf se retrouve à la marge".

lire à ce sujet, notre article sur la trop grande place encore d'Excel dans les process, frein à la transformation digitale de la fonction finance


Être actif dans la gestion des risques

Risques financiers, bien sûr mais aussi technologiques, ceux liés aux fraudes... Le Daf de demain, celui qui verra sa carrière évoluer positivement, doit être impliqué dans le risk management. "Dans une dizaine d'années, on attendra d'un Daf qu'il ait pu détecter et remédier à l'avance un scandale à la Volkswagen", estime Pascal Quiry.

A ce propos consulter notre infographie sur les missions du risk manager en 2016

Avoir un plan de carrière

Ce n'est pas nouveau : les entreprises ne veulent plus d'un Daf expert mais d'un business partner. Sophie Mouterde parle d' "expert généraliste" : "Ne pouvant plus tout maîtriser, les Daf s'entourent d'experts. Mais ils ne peuvent pas pour autant rester trop généralistes, au risque de rater des signaux faibles, explique-t-elle. Ces experts généralistes ont en général connu plusieurs entreprises, plusieurs entités voire plusieurs pays pendant leur carrière. Tout cela leur a appris à passer avec agilité d'un positionnement à un autre : travail sur un sujet pointu, réunion sur le plan stratégique, puis avec l'équipe financière puis avec des banquiers".

Il faut donc construire un vrai parcours fait d'entreprises différentes, de secteurs différents, de missions différentes, de pays différents."Il s'agit d'anticiper son évolution de carrière et d'avoir conscience des choix et des non choix : bien sûr qu'il est possible de rester dans un poste 5 ou 7 ans parce qu'on s'y plaît mais il faut savoir que cela peut avoir des conséquences", rapporte Sylvie Bretones.

Les différents choix doivent donc être motivés par un plan de carrière qui peut avoir été défini lors d'une séance de coaching par exemple. Souhaite-t-on travailler en France ou à l'international ? Être spécialiste d'un secteur ? Être un gestionnaire de la croissance ou des restructuration ? etc... Une fois ces objectifs définis, ne pas hésiter donc à multiplier les expériences (notamment à l'international) et à se former (même en utilisant des MOOCs) pour devenir ce Daf agile tant recherché.

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet

Retour haut de page