Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 29 novembre 2021)

Publié par Camille George le - mis à jour à
Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 29 novembre 2021)

Cette semaine dans la presse éco-finance il est question de la reprise épidémique bien sûr mais aussi heureusement de la reprise des PME industrielles en quête de fonds pour se financer et de la très bonne santé des grands fonds d'investissements américains comme européens. Bonne lecture !

Je m'abonne
  • Imprimer

Omicron : 4 scénarios pour l'économie dans les mois à venir

Alors que le nouveau variant du Covid-19 affole la planète, la banque Goldman Sachs a publié ses prévisions pour l'évolution de l'économie : croissance du PIB, inflation et marché de l'emploi. Dans un premier scénario, appelé "downside", les analystes de la banque partent sur une transmissibilité plus importante que Delta, une capacité à infecter les vaccinés mais une efficacité du vaccin sur les cas graves, menant à une augmentation faible de la mortalité. Le second scénario, appelé "severe downside" se base, lui, sur une résistance de Omicron au vaccin à la fois pour la transmissibilité mais également pour les formes graves. Le troisième scénario "False alarm", envisage que Omicron se répande moins vite que Delta et qu'il n'arrive pas à prendre l'ascendant sur ce virus ailleurs qu'en Afrique du Sud. Enfin dans le 4e scénario, "upside", Omicron serait plus transmissible mais moins létal que Delta. Il prendrait le pas sur ce dernier et contribuerait alors à "normaliser" l'économie plus vite qu'anticipé avec Delta. Le scénario développé par Goldman Sachs, compte-tenu des éléments connus actuellement, est le "downside". >> Lire l'article complet sur le site JDN

En pleine reprise, 700 PME industrielles cherchent des fonds pour grandir, selon France Clusters

Tandis que la reprise post-Covid économique est là, la France compte dans ses territoires des entreprises innovantes à forte capacité de croissance. Les entreprises tricolores se portent mieux dans l'après-Covid. C'est le premier enseignement livré par l'enquête de France Clusters, un réseau national regroupant 80.000 entreprises organisées en 300 clusters, pôles de compétitivité et territoires d'industrie. Problème, ces dernières peinent à trouver des compétences et surtout à financer l'industrialisation de leurs innovations. Menée cette année auprès de 13.000 entreprises réunies en 50 clusters en France, la démarche consistait également à identifier les PME industrielles françaises innovantes à forte croissance. France Clusters a enquêté et, au-delà du constat, propose des solutions, notamment pour booster des fonds dits "late stage", encore insuffisants en France pour répondre aux besoins. >> Lire l'article complet sur le site La Tribune

Le riche festin des fonds d'investissement

Les grands fonds américains et européens ont dépensé quelque 57 milliards d'euros en rachat sur le seul premier semestre de 2021, un record. En fait, jusqu'à l'irruption récente du variant Omicron, les records tombaient les uns après les autres pour le capital-investissement. Oublié les années noires ayant suivi la tempête financière de 2007 : cette fois, les fonds d'investissement sont les grands gagnants de la crise sanitaire. Conséquence ? En ce moment, Blackstone cherche à lever plus de 30 milliards de dollars (26,5 milliards d'euros), un montant que Carlyle et CVC veulent également approcher. La grande force des fonds ces dernières années est d'avoir réussi à changer leur image et à se défaire de l'étiquette de " barbares " qui leur collait à la peau. Les patrons du CAC 40, qui, fut un temps, refusaient de céder leurs filiales à des financiers, ont dépassé cette réticence. Cet accueil favorable pourrait, cependant, se durcir si la gloutonnerie des Apollo ou KKR les amenait à prendre une place jugée démesurée dans l'économie. Les limites pourraient être posées par les régulateurs qui font peser sur les banques l'essentiel des contraintes visant à contenir les risques financiers. Les limites pourraient aussi concerner les rémunérations spectaculaires dont bénéficient les participants aux LBO. >> Lire l'article complet sur le site Le Monde

Une direction financière à la loupe... NGE

Quatrième acteur français du BTP, le groupe NGE a enregistré depuis sa création, au début des années 2000, un fort développement de ses activités et de ses effectifs. Pour accompagner cette dynamique, il s'appuie sur une direction financière de près de 300 collaborateurs, qui accordent une attention renforcée aux problématiques de suivi budgétaire et de contrôle. Comme c'est le cas au sein de nombreuses entreprises, il n'est pas rare que les équipes financières de NGE constatent un décalage entre les prévisions de trésorerie établies et les performances effectives. Afin de les fiabiliser, le groupe s'est récemment adjoint les services d'une ingénieure. Compte tenu du secteur dans lequel évolue la société, les enjeux liés à la RSE revêtent également une importance croissante. >> Lire l'article complet sur le site Option Finance

Londres facilite les introductions en Bourse pour rester compétitive après le Brexit

Le régulateur britannique a annoncé un nouvel assouplissement de ses règles en vue d'attirer davantage d'introductions en Bourse. Les nouvelles règles annoncées jeudi prévoient d'autoriser les structures d'actions à droits de vote multiple dans le segment de cotation premium (segment le plus réglementé et le plus liquide où sont en général cotées les plus grandes sociétés) de la Bourse de Londres. De quoi donner aux fondateurs de start-up des droits de vote accrus pour garder le contrôle de leur société. Autre évolution importante : la part minimum d'actions entre les mains du public sera abaissée à 10 %, alors qu'elle était de 25 % jusqu'à présent. Sur ce plan, Londres deviendrait plus arrangeante qu'Euronext, qui impose à l'émetteur de mettre à disposition du public au moins 25 % des titres. La place londonienne a attiré 56 opérations depuis le début de l'année, signe de son dynamisme malgré le Brexit. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos



Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande