Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 04 avril 2022)

Publié par Camille George le - mis à jour à
Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 04 avril 2022)

Cette semaine dans la presse éco-finance les prêts syndiqués marquent le pas quand l'inflation s'installe et s'étale. Mais il est aussi question du rôle des fonds dans l'accompagnement de la croissance des entreprises et du rôle des CFO dans la transformation environnementale. Bonne lecture !

Je m'abonne
  • Imprimer

Coup de frein sur les prêts « jumbo » aux entreprises

Les banques européennes baissent le rideau. Conséquence de la guerre en Ukraine, les prêts syndiqués - ces crédits « jumbo » octroyés aux entreprises et que les banques se partagent à plusieurs - se sont effondrés de 52 % au premier trimestre en Europe, à 115 milliards de dollars, un plus bas depuis 20 ans sur un premier trimestre, selon les chiffres publiés par Refinitiv. Une douche froide qui ne va pas durer selon les banques, qui anticipent déjà un rebond, sauf escalade en Ukraine. Hormis l'Espagne, tous les pays européens ont été affectés par ce trou d'air, avec des reculs compris entre 81 % pour le Royaume-Uni, 51 % pour la France et 64 % pour l'Allemagne. A cela s'est ajouté, un redoublement d'attention sur les sanctions avec une analyse plus poussée de la conformité des financements et des termes de la documentation. Pas d'alarmisme, cependant selon Laurent Vignon. « Sur le segment des financements les plus sécurisés, la baisse a été bien moins forte à la différence de celui des prêts LBO, quasi fermé, dit-il. Et après l'année extrêmement active de 2021, nous anticipions plutôt une stabilité des volumes qu'une hausse. » >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Alimentation : 81% des catégories de produits sont touchées par l'inflation

L'augmentation des prix des produits alimentaires a en effet atteint 1,26% le mois dernier sur une basse annuelle, selon la dernière étude de Nielsen IQ. Et les produits concernés sont de plus en plus nombreux. En février, une première alerte avait sonnée : l'inflation commençait à se répercuter sur les produits de grande consommation, avec une hausse des prix de 0,52% par rapport au même mois de l'année précédente. Mars confirme la tendance. Surtout, les négociations commerciales annuelles entre grands distributeurs et industriels, conclues début mars, viennent aggraver la situation. Alors qu'en février seules 68% des catégories étaient touchées, elles sont désormais 81%, souligne le cabinet spécialisé. Pour trois produits, l'inflation dépasse déjà 8% : il s'agit des pâtes, des légumes secs et de la viande surgelée. >> Lire l'article complet sur le site La Tribune

« Les spécialistes du capital-innovation aident à trouver le chemin de croissance »

Quelles sont les différentes formes d'accompagnement ? Comment ça marche ? Quel partenaire choisir ? Claire Chabrier, présidente de France Invest, l'association qui réunit les sociétés françaises de capital-investissement, d'infrastructure et de dette privée, décrypte les bonnes pratiques des spécialistes du financement. "Lorsque l'on souhaite passer de 5 à 50 salariés, il faut suivre un chemin de croissance : se structurer, mettre en place une gouvernance, trouver des locaux, des conseils juridiques, des chasseurs de têtes, des appuis commerciaux, échanger avec des entreprises du secteur... Autant d'étapes pour lesquelles les fonds constituent une aide précieuse. Les fonds permettent aussi l'échange de « bonnes pratiques » au sein de leur portefeuille, d'autant qu'ils sont de plus en plus souvent spécialisés par secteur... Enfin, ils ont aussi un rôle de « sparring partner » : ils vont challenger les dirigeants, jouer un effet miroir et de mise en perspective car, en tant qu'actionnaires, ils sont plus libres de leur parole que les membres du comex qui, au quotidien, entourent le créateur d'entreprise." >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Le CFO : verrou ou catalyseur de la transformation environnementale ?

Thomas Huaut, CFO engagé dans la transformation environnementale et Bertrand Allard, partner chez Argon & Co, livrent leur vision du CFO responsable : Le financier en entreprise, acteur essentiel de la performance économique, est donc à la croisée des chemins. S'il s'engage en faveur de la durabilité, les leviers d'action à sa disposition sont multiples et son expertise constitue un atout précieux pour accélérer la transformation. Par exemple, considérons le processus budgétaire. C'est pour le CFO le moyen de formaliser la construction des objectifs, de s'assurer de leur cohérence et de piloter le suivi de leur réalisation. Les leviers du CFO responsable sont multiples. Utilisation de financement vert, politique d'investissement vert, ciblage des fusions acquisitions, procédures de conformité et d'audit, etc. dans la plupart des domaines dont il a la charge, le CFO peut ainsi étendre son expertise aux champs de la création de valeur environnementale et sociale. >> Lire l'article complet sur le site Option Finance

Les attentes sur la vie de bureau, bien différentes d'un pays à l'autre

Les clichés sur les travers de nos voisins européens ont la vie dure... Et s'ils étaient vrais? Sur la question du travail et de la vie de bureau, les Européens ont en tous cas des sentiments radicalement différents d'un pays à l'autre. Mais ce ne sont pas toujours ceux qu'on attendait d'eux. Plongée dans les bureaux, vus par nos voisins. Si les Français, comme les Hollandais et les Belges, sont plutôt heureux de retrouver la convivialité des bureaux, les Anglais, eux, s'en contrefichent. 70% d'entre eux considèrent que le bureau est uniquement un lieu de travail (à l'exclusion de presque tous les autres). Mais ils veulent aussi y passer le moins de temps possible! Les Français, eux, aiment leur bureau, mais surtout lorsqu'ils offrent des services (commerces, salle de sport, conciergerie...) dans l'entreprise ou à proximité. Les Français sont aussi les plus attachés (46% en font une priorité, loin devant les autres pays) aux cafés, cafétérias, lounges et autres espaces conviviaux. Les Hollandais, eux, sont totalement indifférents à ces offres de services. >> Lire l'article complet sur le site Challenges

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande