Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

DossierLes outils pour bien gérer les documents et données

Publié par le

4 - Gestion des données : gare à la sécurité

S'il est tentant, pour des raisons de coûts, de confier la sauvegarde de ses données à un prestataire extérieur, cette option ne résout pas pour autant la problématique de sécurité. Deux aspects doivent notamment être considérés : la partie applicative et le transport des données.

  • Imprimer

Le cloud, sous haute surveillance

Il est de plus en plus tentant, pour des raisons de coûts, de confier la sauvegarde de ses données à des prestataires extérieurs ou d'utiliser des logiciels professionnels en mode déporté. Mais cette option ne résoud pas la problématique de sécurité : elle la déplace.

Deux aspects doivent être dissociés :

- la partie applicative stockée chez le prestataire ;

- la partie transport des données, considérée comme la plus critique. À noter, le développement de la fibre optique qui apporte une réponse plus sûre que la paire de cuivre.

Une fois la question de la bande passante réglée, le choix du cloud doit être abordé. S'il s'agit d'un cloud privé, la problématique de sécurité est identique à celle du data center de l'entreprise, les données étant, par définition, à l'intérieur de la société. Dans le cadre d'un cloud public, il convient de déterminer le type de données qui sortent de l'entreprise.

Pour déterminer le niveau de sécurité vis-à-vis du prestataire, trois critères sont à considérer : confidentialité, intégrité et disponibilité (CID). Enfin, il est impératif de déterminer les niveaux d'authentification des collaborateurs (simple ou forte).

Avec le phénomène du cloud, les DSI subissent l'externalisation des données. Tout l'enjeu est aujourd'hui, pour eux, de reprendre la main sur l'usage du cloud, afin de garantir un minimum de sécurité. Le but étant que les responsables SI deviennent, en quelque sorte, des brokers, c'est-à-dire des intermédiaires entre les responsables de business unit et les prestataires extérieurs.

Vous pouvez consulter l'intégralité de l'article.

Le Big Data, nouvelle star des SI

Avec le Big Data, il s'agit ni plus, ni moins de traiter de gros volumes de données non structurées provenant de textes, logiciels, vidéos... Le but étant de faire parler les données rapidement, pour en tirer des enseignements. Ainsi, grâce à une analyse pointue des stocks, des commandes en cours ou des impayés, le Big Data peut jouer un rôle crucial dans les plans d'économies.

Pour atteindre cet objectif, certains prérequis sont incontournables : établir une problématique métier, puis bâtir un projet et construire les fondements autour du hardware et du software. Le choix de la technologie mise en oeuvre est également primordiale. Quatre options sont possibles :

- choisir un éditeur utilisant des bases de données traitées en parallèle (Teradata) ;

- opter pour une solution utilisant des formats de base de données non relationnelles, basées sur NoSQL ;

- privilégier une solution type open source telle que Hadoop ;

- se tourner vers un acteur spécialiste de la donnée (EMc Greenplum, SAS, SPSS, Coheris, Informatica...).

D'un point de vue sécuritaire, à l'instar des règles appliquées pour tout projet informatique, confidentialité, intégrité et disponibilité (CID) doivent être là encore respectées par les utilisateurs.

Vous pouvez consulter l'intégralité de l'article.

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet

Retour haut de page