En ce moment En ce moment

Les ERP et logiciels de gestion d'activité sont les logiciels les plus plébiscités par les décisionnaires

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

Quels sont les modules les plus demandés dans les ERP modulaires ?

Les logiciels de gestion électronique des documents (GED) et de dématérialisation toujours en plein essor.

Avec une augmentation de 4% dans les intentions d'investissements en progiciels pour cette année 2018 par rapport à l'année dernière, les logiciels de gestion électronique des documents et de dématérialisation continuent d'attirer de plus en plus d'entreprises. Plus de 50% des entreprises qui décident d'ailleurs d'acquérir un logiciel de gestion électronique des documents ou de dématérialisation n'ont aucun outil de ce type actuellement.

En effet, ces logiciels ont plusieurs avantages non négligeables pour les entreprises qui décident de sauter le pas : réduction des coûts, sécurisation des données, augmentation de la diffusion des documents, etc. En plus de ces points stratégiques qui permettent à une entreprise d'être plus productive, la GED et la dématérialisation sont dans l'air du temps grâce à leur impact positif sur l'écologie que beaucoup d'entreprises tendent à soutenir. En résumé, en plus de soutenir l'image de marque de l'entreprise, ces logiciels de gestion de documents disposent de fonctionnalités telles que la réception, le classement, la sauvegarde et la diffusion de documents, ce qui facilite grandement la gestion de toute la partie administrative de l'entreprise.

La paie et la comptabilité, deux logiciels financiers où l'investissement prévu par les décisionnaires chute

Comme évoqué précédemment, la grande tendance est aux ERP, qui regroupent un logiciel de gestion d'activité et comptabilité sur une même base de données. Les logiciels de comptabilité se voient donc fortement touchés par ces nouveaux ERP modulaires qui permettent aux décisionnaires de choisir les modules dont ils ont besoin. Les investissements pour les logiciels de paie se sont également effondrés pour cette année 2018. L'obligation de la DSN pour début 2017 avait poussé les décisionnaires à s'équiper de logiciels certifiés et donc à investir massivement dans ces outils l'année dernière.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

la rédaction

Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet