Recherche

Comment les cryptomonnaies peuvent optimiser les trésoreries des entreprises

Dans quelle mesure les cryptomonnaies peuvent-elles être utiles aux trésoreries d'entreprise ? Investir dans des cryptos, est-ce une bonne idée pour un trésorier ? Quels autres cas d'usage des cryptos ? Éléments de réponse avec Frédéric Saunier, directeur général de Diapason, éditeur de logiciels de trésorerie.

Publié par le - mis à jour à
Lecture
3 min
  • Imprimer
Bitcoin cryptocurrency, virtual money, blockchain technology concept
© Proxima Studio - stock.adobe.com
Bitcoin cryptocurrency, virtual money, blockchain technology concept

Quel est l'état des lieux de l'utilisation des cryptomonnaies par les trésoreries d'entreprise aujourd'hui en France ?

En France, c'est peu répandu. Cela l'est davantage dans certains pays mais concrètement en France, c'est encore aujourd'hui très anecdotique.

Quels sont les cas d'usage des cryptomonnaies pour un trésorier ?

Il y a deux axes d'utilisation possibles : d'un côté, les cryptomonnaies comme une classe d'actifs, c'est-à-dire l'investissement dans une monnaie virtuelle comme le bitcoin ou autres, et de l'autre, les cryptomonnaies comme moyen de paiement.

Ces deux axes sont très différents et n'ont pas du tout le même potentiel de développement dans les trésoreries d'entreprises. Pour moi, l'intérêt de l'investissement dans la cryptomonnaie est assez limité pour un trésorier. Les trésoriers gèrent leurs flux en bon père de famille, l'investissement risqué n'est pas dans leur ADN sauf à disposer de l'accord de la direction sur un montant d'enveloppe « à jouer » en quelque sorte dans les cryptomonnaies. N'oublions pas qu'avec ces cryptomonnaies, on est sur de la spéculation pure et dure. Je ne dis pas que ce n'est pas bien, simplement que ce n'est pas vraiment le rôle d'un trésorier. Contrairement aux actions par exemple, il n'y a aucun actif sous-jacent derrière une cryptomonnaie.

On a cependant vu à l'étranger des entreprises qui investissaient dans ces monnaies virtuelles...

Oui, effectivement, dans certains pays d'Amérique latine ou d'Asie qui ont pu connaître des taux d'inflation de plus de 40 %. Confrontées à cette situation, certaines entreprises ont préféré prendre le risque d'investir dans des cryptomonnaies plutôt que de voir leurs actifs monétaires fondre comme neige au soleil.

Mais en France, c'est vraiment très marginal. Si ce n'est par exemple, pour faire investir dans des parcelles de métavers. Mais celui-ci semble finalement avoir perdu de sa superbe...

En revanche, pour vous, l'intérêt des cryptos est plus marqué pour une utilisation comme moyen de paiement ?

Quelques fintechs travaillent sur le sujet, avec des offres déjà intéressantes. Pour des paiements crossboarders, il me semble que la crypto est pertinente. Ces virements peuvent prendre plusieurs jours, avec beaucoup d'intermédiaires et les frais associés. Des fintechs proposent d'assurer ces transferts : l'entreprise injecte sa monnaie fiat sur la plateforme, la fintech se charge de la conversion en crypto puis fait l'opération inverse avec le destinataire du paiement. Le tout instantanément et avec des frais bien moins importants. Attention, il y a toutefois des risques car certains États pourraient refuser. Les États ne sont généralement pas très friands des cryptos.

Justement, certains pays se sont déjà lancés dans des expérimentations autour des monnaies numériques de banques centrales. Quelles retombées doivent en attendre les entreprises ?

La Chine par exemple s'est lancée. La Banque centrale européenne a aussi mené des tests et prendra une décision quant à l'adoption de l'euro numérique en 2025, pour un éventuel déploiement en 2028. Pour l'instant, il est difficile de prévoir les conséquences mais le développement des monnaies numériques de banques centrales aura très certainement un impact sur les trésoreries d'entreprise, en premier lieu un impact technologique. Les transferts d'argent se feront de manière plus sécurisée, plus rapide. Des impacts sont à attendre aussi sur le rôle des intermédiaires financiers, des banques, etc.

S'abonner
au magazine
Retour haut de page