En ce moment En ce moment

Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 03 juin 2019)

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 03 juin 2019)
© pathdoc-stock.adobe.com

Point de fusion Fiat Krysler / Renault en l'état, les défaillances d'entreprises peuvent être un vrai business pour certains, et quels seront les prochains chantiers de l'Europe sont autant de sujets qui ont agité la presse financière cette semaine.

Je m'abonne
  • Imprimer

Fiat Chrysler retire son offre de fusion avec Renault (qui plonge en Bourse)

Fiat Chrysler a annoncé mercredi soir contre toute attente le retrait immédiat de son offre de fusion à 30 milliards d'euros avec Renault, accusant les conditions politiques en France d'avoir compromis un projet qui aurait donné naissance au troisième constructeur automobile mondial. Selon une source proche du groupe au losange, FCA a pris cette décision après que l'Etat français a demandé un report du vote du conseil d'administration de Renault sur le projet afin d'obtenir le soutien de Nissan. Pour Renault c'est un nouveau coup dur qui se traduit par une plongée en bourse (-7,8%) alors que FCA est à peine égratigné. >> Lire l'article complet sur le site La Tribune

Défaillances d'entreprises : les deux tiers des repreneurs étaient les seuls candidats

Quelles sont les pratiques en termes de reprise d'entreprises? Une étude du cabinet KPMG sur plus de 450 dossiers permet d'en dresser un tableau détaillé. Ainsi, les deux-tiers des dossiers n'ont pas reçu plus d'une offre, 55 % dans les entreprises de plus de 500 salariés, ce qui montre bien que les reprises n'ont pas été réalisées dans des conditions concurrentielles satisfaisantes. Ce manque de concurrence et donc d'enchères explique certainement les faibles prix moyens constatés. En effet, les repreneurs déboursent en moyenne 6 % du chiffre d'affaires pour mettre la main sur une entreprise en difficulté. Cette somme est loin de permettre le remboursement des créanciers, mais 76 % des emplois sont ainsi sauvés. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Europe : Les cinq priorités de la prochaine Commission en matière financière

Les services de la Commission sont en train de finaliser les notes et briefings pour le prochain collège des commissaires, qui devrait entrer en fonction en novembre. Le ou la prochain(e) commissaire en charge des services financiers aura un grand rôle à jouer : il devra finaliser l'union bancaire et l'union des marchés de capitaux, et gérer le risque d'une nouvelle récession dans un système financier qui souffre toujours de déséquilibres structurels comme la fragmentation et une faible rentabilité. Nouvelle stratégie pour l'union des marchés de capitaux, fintech, économie durable, stabilité financière et Brexit : voici les cinq priorités, de la ou du futur commissaire aux finances. >> Lire l'article complet sur le site Euractiv

L'Allemagne attractive, la Chine en recul : où les startups françaises s'implantent-elles ?

L'Europe reste la première destination des startups françaises, si l'on cumule les implantations des pays du continent. Mais les États-Unis gardent leur attrait pour des entreprises à l'étroit sur leur marché domestique. Selon le baromètre annuel de l'internationalisation des ETI, PME et startups tricolores, réalisés par Pramex International et Banque Populaire, l'Allemagne prend donc la deuxième place, derrière les États-Unis, éternels premiers. Avec pas moins de 68 projets d'implantation, elle coiffe l'Espagne et ses 65 projets au poteau. " Le marché allemand est réputé fermé, souligne l'étude. Les entreprises françaises ont compris qu'elles devaient " se germaniser " par des opérations de croissance externe pour mieux s'y développer." >> Lire l'article complet sur le site Maddyness

IFIAR : résultats des contrôles d'audit 2018

La 7ème enquête de l'IFIAR observe une diminution de 3 % du nombre d'audits déficients réalisés par les six grands cabinets d'audit en 2018. 37 % des missions d'audit contrôlées présentent au moins une carence d'audit, contre 40 % en 2017 et 47 % en 2014. Si la tendance à la baisse est encourageante, l'IFIAR souligne que la récurrence et le niveau des résultats reflétés indiquent un manque de cohérence dans l'exécution des audits de haute qualité et la nécessité de mettre l'accent sur l'amélioration continue. Enfin, l'étude révèle que les entreprises ont commis le plus d'erreurs dans les estimations comptables, y compris l'évaluation à la juste valeur (28 % des audits déficients), les tests de contrôle interne (15 %), la présentation et la divulgation des états financiers (11 %). >> Lire l'article complet sur le site Le Monde du chiffre (abonnés seulement)

Pourquoi les banques centrales se ruent sur l'or

Face aux tensions géopolitiques et au risque de guerre commerciale, la contestation de l'hégémonie du billet vert monte. L'Europe rêve ainsi de se doter d'un système de paiement en euros, indépendant de Washington. Dans ces conditions, certains banquiers centraux cherchent à " dédollariser " doucement leurs réserves. En achetant un peu d'euros. Un peu de yuans. Et bien sûr de l'or, en attendant qu'une devise incarne une alternative solide au billet vert. Dans les décennies à venir, la domination du dollar devrait peu à peu s'éroder. Cela prendra du temps. Certains parient que l'euro le détrônera, lorsque l'Union monétaire aura renforcé ses institutions. D'autres que le yuan, qui s'internationalise peu à peu, prendra sa place. Ou bien qu'un système hybride, où les trois devises se partageront le gâteau, l'emportera. >> Lire l'article complet sur le site Le Monde

Je m'abonne

La rédaction

Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet