Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 4 janvier 2021)

Publié par Camille George le - mis à jour à
Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 4 janvier 2021)
© guillaume_photo - stock.adobe.com

La nouvelle année ne fait que commencer mais l'actualité est déjà dense : envolée des fusions-acquisitions en France, décalage de la reprise d'activité pour les PME, valorisation record pour le bitcoin... Il est à espérer que difficultés et opportunités s'équilibrent. Bonne lecture et bonne année !

Je m'abonne
  • Imprimer

Fusions-acquisitions : la France, un terrain de chasse très prisé

Les cibles françaises ont attiré plus de 110 milliards de dollars d'offres d'acquisition, soit 74 % de plus en un an, malgré le Covid. Alors que plus de dix banques d'affaires se livrent toujours bataille sur le dossier Veolia/Suez, Goldman Sachs, JP Morgan et Lazard s'emparent de la tête du podium français. Sur fond d'envolée du M&A, les rivalités des banques d'affaires se sont exacerbées en 2020. Cette tension concurrentielle va se poursuivre. D'abord parce que les groupes français sont clairement à l'affût mais aussi parce qu'un nouvel activisme émerge. Un activisme d'entrepreneurs. Pour pallier une croissance organique affaiblie, " les entreprises devront en effet trouver des relais de développement par acquisition. Le 'surplace' est une prise de risque ", considère Emmanuel Regniez, à la tête de la banque d'affaires de Citi à Paris. Cette pression actionnariale revêt des formes nouvelles, comme en témoignent Lagardère, Unibail et Casino, où des personnalités du monde des affaires se sont invitées au capital, et plus seulement des fonds. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

PME : le deuxième confinement a décalé la reprise d'activité

Les dirigeants des moyennes entreprises n'envisagent pas le retour à une activité d'avant-crise de la même manière : " rapide ", dès le second semestre 2021 pour certains, " difficile " et au-delà de cette année pour d'autres, quand beaucoup ne savent tout simplement pas. la majorité des chefs d'entreprise (61%) sont plutôt pessimistes et anticipent un retour difficile de l'activité de leur entreprise à une situation normale, selon l'enquête Bpifrance Le Lab auprès de plus de 5.000 responsables entre fin octobre et début décembre. Par rapport au baromètre de début septembre, on assiste à une polarisation entre celles qui ont presque entièrement consommé leur prêt garanti par l'État (PGE), dont la part passe de 13% à 20%, et les autres. Car 35% ne l'avaient toujours " peu ou pas du tout utilisé " durant le deuxième confinement et 27% n'en avaient consommé que moins de la moitié. >> Lire l'article complet sur le site La Tribune

Feu vert au mariage de Peugeot et Fiat dans un marché en pleine révolution

Les actionnaires de PSA et Fiat Chrysler (FCA) ont plébiscité lundi (4 janvier) leur union, un mariage franco-italo-américain destiné à atteindre une taille critique sur un marché automobile en pleine révolution. L'union PSA-FCA va donner naissance à Stellantis, quatrième groupe automobile mondial en termes de véhicules vendus, et troisième en chiffre d'affaires derrière le japonais Toyota et l'allemand Volkswagen. L'union sera effective le samedi 16 janvier, ont précisé les deux groupes. Stellantis sera coté à partir du lundi 18 à Paris et à Milan, et sur le New York Stock Exchange à partir du mardi 19. Il comptera plus de 400.000 salariés et abritera dans le même garage 14 marques emblématiques et très différentes comme Citroën et Maserati (déjà brièvement mariées il y a 50 ans), Fiat et Opel, Peugeot et Alfa Romeo, Chrysler, Dodge ou Jeep. Les marques du groupe vont notamment réduire leurs coûts de développement et de construction, et compléter leur offre dans toutes les gammes. >> Lire l'article complet sur le site Euractiv

" La partie n'est pas jouée pour le bitcoin "

L'arrivée d'institutionnels de long terme dans cette cryptomonnaie, capables de racheter quand le cours baisse, serait un facteur de stabilité. La capitalisation de l'ensemble des cryptomonnaies, dont le bitcoin représente les deux tiers, a dépassé la barre des 1 000 milliards de dollars - une multiplication par cinq. Une note de la banque JPMorgan Chase, publiée le 5 janvier, a ajouté du carburant sur la braise déjà incandescente des cryptomonnaies. Elle y affirme que le bitcoin pourrait un jour rivaliser avec l'or et que, dans ce cas, sa valeur pourrait atteindre 146 000 dollars. La monnaie, dont l'activité a explosé tout au long de l'année 2020, a connu sa reconnaissance institutionnelle en octobre, quand PayPal l'a intégrée comme moyen de paiement international et quand le très prestigieux fonds Fidelity a décidé également d'y investir. C'était justement ce qui manquait à ce segment de marché des cryptomonnaies, un élargissement du nombre d'investisseurs qui limite sa volatilité. >> Lire l'article complet sur le site le Monde

Comment diriger quand votre équipe est fatiguée... et vous aussi

Alors que nous entrons dans la dernière ligne droite, le plus grand défi pour les dirigeants sera sans doute de rester motivés et de garder leurs équipes dans le même état d'esprit. Nous ignorons combien de temps cette phase va encore durer et nous ne pouvons plus compter sur le sentiment d'urgence sanitaire. Face à de belles paroles telles que " Restons soudés " ou " On va s'en sortir ", notre patience a atteint ses limites. Ce que les gens attendent, ce sont des instructions spécifiques et concrètes - quoi faire à présent pour aller ensemble dans la même direction et comment faire pour s'en sortir. Pour cela, il faut que l'énergie circule et refuser que les réunions et les interactions soient inutiles ou ennuyeuses. L'énergie n'est pas une chose acquise ; elle doit être générée et canalisée en interne. Pour passer à l'action, vous et vos employés devez être motivés. En d'autres termes, l'action demande à la fois de la compassion et de la maîtrise. C'est la même chose qu'avec l'éducation des enfants : la clé est de trouver l'équilibre idéal entre la sollicitude et l'incitation au dépassement de soi, entre dire " Je t'aime comme tu es " et " Bouge-toi et surpasse-toi ". >> lire l'article complet sur le site HBR France




Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande