En ce moment En ce moment

Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 04 février 2019)

Publié par Camille George le - mis à jour à
Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 04 février 2019)
© Vladimir - stock.adobe.com

Que s'est-il passé dans la presse cette semaine? Impossible de passer à côté du tonitruant veto de Bruxelles au projet de fusion Alstom-Siemens, mais il a été aussi question de green suporting factor, d'un nouvel incubateur Fintech et de l'importance de valoriser le respect. Rien que ça!

Je m'abonne
  • Imprimer

2018, un cru mitigé pour les fusions-acquisitions

Les fusions-acquisitions ont enregistré, en 2018, un volume d'activité très soutenu. Après les crus exceptionnels de 2006 (environ 4.000 milliards de dollars), de 2007 (près de 5.000 milliards) et de 2015 (4.800 milliards), 2018 arrive en quatrième position sur la période 2005-2018. Si le rythme des neuf premiers mois avait été maintenu, le niveau de transactions aurait atteint, pour l'année pleine, 4.300 milliards de dollars, plaçant 2018 sur le podium des meilleures années après 2007 et 2015. Mais les soubresauts des marchés financiers et l'incertitude économique et politique des derniers mois ont ralenti quelque peu le rythme des opérations. Car au-delà des volumes se pose la question de la création de valeur et, dans ce domaine, il semble que les performances soient beaucoup moins réjouissantes. A en croire une étude réalisée par Willis Towers Watson (WTW) et la Cass Business School de l'Université de Londres, l'ensemble des fusions-acquisitions a réalisé une performance financière inférieure de 3 % à celle du MSCI All-Country World Equity Index - un indice mesurant l'activité des marchés boursiers mondiaux. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Après le veto de Bruxelles, Alstom renonce au projet de fusion avec Siemens

Alstom n'a pas de "plan B" après le rejet de son projet de fusion avec l'allemand Siemens par la Commission européenne mais n'a pas besoin de relancer dans l'immédiat un projet de même nature, a déclaré ce mercredi 6 février le PDG du groupe français, Henri Poupart-Lafarge. Outre son faible endettement, Alstom bénéficie d'une trésorerie excédentaire et d'une situation financière extrêmement solide. "Nous avons tout à fait de quoi financer la stratégie 2025 que nous allons mettre en place, que ce soit en termes d'investissements internes, ou externes", a souligné le patron d'Alstom. L'alliance avec Siemens avait "deux buts" : grossir face à la concurrence du chinois CRRC, et accélérer (le) mouvement vers les technologies digitales. Ces enjeux sont toujours d'actualité simplement Alstom devra trouver un autre chemin pour y répondre. >> Lire l'article complet sur le site La Tribune

Comment inciter les banques à prêter plus

A l'initiative de la Commission européenne, des réflexions sont actuellement menées afin d'instaurer un "facteur de soutien vert", qui viendrait minorer la part de fonds propres à mobiliser par les banques lorsqu'elles financent un investissement dit "durable". Si le projet est accueilli favorablement par la profession et par les entreprises, sa mise en oeuvre s'annonce toutefois complexe. En effet, si les acteurs semblent plutôt favorables à l'instauration d'un facteur de soutien vert, la visibilité manque encore. Officieusement la BCE y serait même hostile arguant que la corrélation entre actifs durables et diminution du risque de crédit n'est pas avéré à date. Des études sont en cours. Surtout l'application d'un green suporting factor nécessite en amont l'élaboration d'une méthodologie d'identification des actifs éligibles. Or c'est un chantier complexe. Enfin, pour certains un "facteur de soutien vert" devrait aller de pair avec son pendant négatif un "facteur de pénalisation marron". une idée qui ne fait pas l'unanimité. >> Lire l'article complet sur le site Option Finance

Finance, assurances, légal et cybersécurité: le nouvel incubateur d'Euratechnologies

Lille nouveau hub de la Fintech européenne? C'est en tous cas l'ambition portée par Euratechnologies qui vient de lancer avec le soutien de Crédit Agricole et du groupe BPCE un incubateur dédié aux start-up de la finance, du droit, de l'assurance et de la cybersécurité. Parmi les 14 jeunes pousses candidates, 9 ont été choisi pour intégrer le nouvel écosystème lillois dans un programme qui s'étale sur un an. Outre un soutien financier, les entreprises partenaires se sont engagées à mobiliser leurs équipes pour apporter leurs expertises aux jeunes pousses et ce, sans prise de participation dans le capital des start-up. >> Lire l'article complet sur le site L'Usine Digitale

Le respect, actif intangible de l'entreprise

L'individualisation, l'utilisation des technologies, l'éducation et paradoxalement la judiciarisation à outrance, ont sans doute modifié les relations et les rapports que nous pouvions entretenir avec nos semblables, tout comme le respect qui y est très souvent associé. Jamais la notion de respect n'a été autant bafouée que ces dernières années. Sans se substituer aux parents ou à l'école, l'entreprise a aussi pour nouveau rôle d'acculturer ses salariés au respect, véritable soft-skill. Oui le respect est précieux. Pourquoi ne trouverait-il pas son entière place comme critère d'évaluation dans un audit social, voire comme actif dans le bilan de l'entreprise ? La question reste ouverte. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos


Je m'abonne
Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Synertrade

premiere vue cette loi peut representer de nouvelles contraintes pour les entreprises ainsi que des risques reputationnels et financiers Mais [...]

Sur le même sujet