Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 14 novembre 2022)

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 14 novembre 2022)

Cette semaine dans la presse éco-finance, les entreprises et les banquiers comptent leur cash et comptent aussi beaucoup sur leurs trésoriers. Bonne lecture !

Je m'abonne
  • Imprimer

Le remboursement des PGE préoccupe les PME

Selon le baromètre trimestriel de Bpifrance, Le Lab et Rexecode, la part des entreprises craignant de ne pas pouvoir rembourser leur prêt garanti a augmenté. Le nombre de défaillances a par ailleurs continué sa hausse en octobre. Les intentions d'investissement continuent par ailleurs de fléchir, avec 49 % des entreprises prévoyant d'investir ou ayant déjà investi en 2022, contre 53 % le trimestre précédent, même si l'année 2021 avait été particulièrement dynamique en la matière. Dans cet environnement de plus en plus incertain, les banques jouent la prudence. Si elles assurent à ce jour ne pas avoir constaté d'inflexion sur les incidents de paiement, elles n'ont pas hésité à mettre de l'argent de côté au troisième trimestre, pour faire face à d'éventuels impayés. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

La crise de l'énergie pèse sur l'investissement des entreprises

La flambée des prix de l'énergie continue de chambouler les projets d'investissement des entreprises en France. Selon le dernier baromètre BPI-Rexecode, 49% des dirigeants interrogés comptent investir ou ont investi en 2022 contre 59% un an auparavant. L'incertitude géopolitique et l'inflation persistante empêchent les dirigeants d'avoir de la visibilité. Les besoins en énergie vont probablement bondir alors que les soubresauts des marchés énergétiques et ceux des matières premières font trembler les dirigeants. En Europe, le resserrement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) risque de porter un coup sévère à l'activité dans les semaines à venir. >> Lire l'article complet sur le site La Tribune

Gestion de trésorerie - Les entreprises cherchent la parade

Alors que leurs marges sont déjà affectées par l'inflation, les entreprises importatrices subissent de plein fouet la dépréciation de l'euro, qui est tombé à des niveaux historiquement bas face au dollar. En plein processus d'élaboration de leur budget 2023, les directions financières d'entreprises présentes à l'international doivent composer avec un paramètre de marché inédit : jamais, depuis sa création, l'euro n'avait coté à des niveaux aussi bas face au billet vert. Entre une position d'attentisme, motivée par l'espoir d'un rebond de la monnaie unique, et la volonté de se prémunir contre une éventuelle poursuite du raffermissement du billet vert, beaucoup hésitent sur l'approche à adopter. >> lire l'article complet qsur le site Option Finance

Les trésoriers, des experts qui comptent

Dans un environnement macroéconomique perturbé, les trésoriers d'entreprise voient leur place et leur rôle se renforcer au sein des organisations. Entre la pandémie de Covid-19, la guerre en Ukraine et la crise énergétique, les trésoriers n'ont pas chômé ces derniers mois. Les trésoriers sont en outre confrontés à deux chantiers de taille : la digitalisation et les enjeux RSE. En matière de digitalisation, les trésoreries ont toujours été en avance de phase par rapport aux autres fonctions, en adoptant très tôt des treasury management systems (TMS). « Mais aujourd'hui, pour en avoir discuté avec mes confrères, je sais que beaucoup envisagent de changer de logiciel ou de recruter des experts pour internaliser la maintenance de leur TMS », révèle Stéphanie Rousseau, directrice trésorerie et financement de Saur. Et parmi les compétences inconturnables recherchées : une très bonne formation des SI et la maîtrise des enjeux fonctionnels de la trésorerie et de la gestion de projet. >> Lire l'article complet sur le site L'Agefi

Levée de fonds : les conseils d'HappyVore et Upway

A elles deux, ces start-up ont levé près de 65 millions d'euros en moins de trois ans, via deux tours de table chacune. Gestion du stress, erreurs à éviter et astuces à connaître... Voici leurs bonnes pratiques pour lever des fonds. Le premier conseil peut sembler bateau, mais il est essentiel : on ne part pas en levée la fleur au fusil. L'exercice se prépare. On ne rappellera jamais assez l'importance du réseau pour un entrepreneur , et cela se vérifie lorsqu'on souhaite lever des fonds. Cela permet aussi d'élargir son champ des possibles. Choisir ses investisseurs, c'est comme se marier : mieux vaut partager la même vision et des valeurs communes pour que l'union fonctionne. Se mettre à la place des investisseurs pour adapter la communication est également important. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page