Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Revue de presse pour directeurs administratifs financiers (semaine du 13 juin 2022)

Publié par le | Mis à jour le
Revue de presse pour directeurs administratifs financiers (semaine du 13 juin 2022)

Cette semaine dans la presse éco-finance l'optimisme des ETI françaises malgré la guerre en Ukraine et à l'inflation, ces ETI qui tiennent bon face à la hausse des taux de crédit, les spécialistes de la blockchain très demandés, l'intérêt en hausse des entreprises pour les start-up cyber et le groupe Casino qui envisage de réunir ses filiales de distribution alimentaire dans une holding commune. Bonne lecture !

Je m'abonne
  • Imprimer

Entreprises : les ETI françaises restent plutôt optimistes malgré l'Ukraine et l'inflation

Malgré le climat économique très incertain , les entreprises de taille intermédiaire (ETI) restent positives. Un peu plus de la moitié d'entre elles (52%) s'attendent à une nouvelle progression de leur activité, selon une enquête de Bpifrance qui les a sondées entre fin mars et début mai. Après le fort rebond de l'an dernier, seules 9 % d'entre elles anticipent une baisse d'activité. « En dépit de l'environnement macroéconomique anxiogène, les dirigeants des ETI sont plutôt confiants. Ils pensent qu'ils vont continuer de profiter cette année des effets de la reprise enregistrée depuis 2021 », explique Philippe Mutricy, directeur de l'évaluation des études et de la prospective chez Bpifrance. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Les ETI résistent à la hausse des taux de crédit

Les entreprises de taille intermédiaire prévoient d'augmenter leurs prix de vente pour compenser le renchérissement des financements. La flambée des taux d'intérêt fait-elle peser un risque sur le financement des sociétés françaises? Le taux de l'emprunt d'État français à 10 ans (OAT) est de fait passé de 0,26% le 1er janvier à 2,18% mercredi. Ce qui a mécaniquement renchéri le coûts des crédits accordés par les banques aux entreprises de taille intermédiaire (ETI). Pour l'instant, cependant, la hausse des taux n'a pas véritablement d'incidence sur les projets d'investissement de ces entreprises relève l'enquête annuelle de conjoncture ETI de Bpifrance Le Lab. >> Lire l'article complet sur le site Le Figaro

Blockchain : des experts très recherchés

Corollaire du développement de la blockchain, les entreprises et leurs directions financières font appel à un nombre croissant de spécialistes de la technologie, quand elles ne les recrutent pas. A tel point que ces experts du développement informatique et de la réglementation font aujourd'hui l'objet d'une intense guerre des talents. Ainsi, selon PwC, 56% des entreprises françaises projettent aujourd'hui d'augmenter, au cours des douze prochains mois, le budget qu'elles allouent à cet outil, soit deux fois plus que l'an dernier. >> Lire l'article complet sur le site Option Finance

L'écosystème des start-up cyber françaises se structure

En un an, les montants levés par les jeunes entreprises françaises spécialisées dans la cybersécurité ont été multipliés par plus de six. Face à l'inexorable montée des cyberattaques, les start-up liées à la cybersécurité continuent d'intéresser les investisseurs et les entreprises clientes. La France compte actuellement 160 start-up cyber, ainsi que 23 scale-up (jeunes entreprises en croissance qui affichent une forte progression de leur chiffre d'affaires ou lèvent des fonds importants), relève le cabinet de conseil Wavestone, dans la dernière édition de son Radar 2022 des start-up de cybersécurité, dévoilé ce mercredi lors du salon VivaTech. >> Lire l'article complet sur le site L'Agefi

Casino : les filiales de distribution alimentaire bientôt dans une holding commune ?

Franprix, Monoprix ou Casino bientôt "sous une société holding commune détenue à 100%" ? C'est ce qu'"envisage" le groupe avec "l'ensemble de ses filiales de distribution alimentaire", a-t-on appris dans un communiqué publié mercredi 15 juin au soir. Le groupe "envisage de simplifier et accroître la lisibilité de son organisation juridique en France" par ce biais, précise-t-il. Parmi les filiales concernées, il cite, outre Franprix, Monoprix et Distribution Casino France, sa branche de logistique Easydis et sa centrale d'achat AMC. >> Lire l'article complet sur le site Capital

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles