En ce moment En ce moment

Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 1er avril 2019)

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse pour directeurs administratifs et financiers (semaine du 1er avril 2019)
© bptu - Fotolia

Cette semaine la techno s'impose mais pas toujours pour le meilleur... Le modèle techno-centré de la Silicon Valley notamment montre que la dérive managériale est facile et dangereuse.

Je m'abonne
  • Imprimer

" L'entreprise est devenue un lieu totalement absurde, vide de sens "

Dans Lab Rats (Hachette Books, 2018), son dernier essai, le journaliste américain Dan Lyons démontre comment les modèles managériaux de la Silicon Valley ont transformé l'ensemble du monde du travail, faisant des employés des " rats de laboratoires " toujours plus précarisés. Pour lui, les entreprises de la Silicon Valley se sont orientées vers de nouvelles méthodes de management, déguisées en " sciences ", qui confinent en général à de la magie vaudou et sont totalement absurdes parce qu'elles ne savent pas ce dont elles ont besoin. De là un nouveau "pacte" s'est instauré entre entreprises et employés dont le principal fondement est qu'il n'existe plus aucune sécurité de l'emploi. cette précarisation et cette fragilisation des travailleurs en travailleurs "à la demande" conduit inévitablement à des situations de stress extrême, perte des repères, dépression voire suicides. Pour Dan Lyons il est urgent de passer d'un monde techno-centré à un monde centré sur l'humain, et refonder le contrat social. >> Lire l'article complet sur le site Usbek & Rica

Vendre n'est pas toujours un choix gagnant

Une étude montre que les capital-investisseurs sont plus durs en affaires que les entreprises privées et que les scissions sont souvent plus performantes que les cessions classiques. Mieux vaut être du côté des acheteurs que des vendeurs si l'on en croit la récente étude " Divestment Performance Monitor " réalisée par le cabinet de conseil Willis Towers Watson en partenariat avec Cass Business School. Il est pourtant possible de créer de la valeur lors d'une cession : 46 % des entreprises étudiées y sont parvenues, générant au total 2.000 milliards de dollars de surperformance. Mais mieux vaut éviter de vendre à un fonds de capital-investissement privé. L'étude montre que les cessions en faveur de fonds de private equity ont été en moyenne moins performantes (-3,3 %) que les cessions à des sociétés privées (-2,2 %). De même, les scissions sont souvent plus performantes que les cessions classiques. Dans tous les cas préparation et planification en amont feront la différence. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Le gratin de la finance s'allie à Orange pour sa plateforme digitale de titres de trésorerie en mode Blockchain

Amundi, BNP Paribas, Crédit Agricole CIB, Natixis et OFI AM créent avec Orange la plateforme NowCP qui entend révolutionner le marché des titres négociables à court terme, avec un dénouement en quelques minutes, grâce à un dépositaire central utilisant la technologie de registre distribué. Une initiative de place qui devrait rendre ce marché des financements à court terme d'entreprises plus liquide. L'ambition de NowCP, qui a reçu l'agrément de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, adossée à la Banque de France), est de " révolutionner le financement à court terme en Europe " et plus précisément " la gestion de la trésorerie des émetteurs et des investisseurs en fluidifiant les échanges, en étendant les horaires de négociation. " Au lieu de gérer la trésorerie à J-2 du fait du délai de règlement livraison, les émetteurs pourront procéder au jour le jour et les investisseurs mieux gérer leur cash. Il y aura moins d'opérations de back et middle office, aujourd'hui très pesantes. >> Lire l'article complet sur le site La Tribune

Pourquoi Acadomia a fait l'impasse sur l'ERP

Le groupe spécialisé dans le soutien scolaire, n'a pas de progiciel intégré de gestion à même de traiter tous les besoins de l'entreprise. Il a préféré multiplier les outils spécifiques et mettre en place des interfaces. Le groupe a d'abord opté pour un logiciel comptable connecté aux outils métier développés en interne puis pour un outil de gestion de la trésorerie en mode SaaS. Une solution spécifique pour la consolidation statutaire du groupe, un outil fiscalité ainsi qu'un système de gestion des notes de frais complète le dispositif. La prochaine étape sera sans doute de faire évoluer l'outil comptable et d'améliorer le suivi des risques financiers. En tous cas preuve est faite qu'on peut tout à fait se passer d'un ERP. >> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Édouard Philippe salue la hausse des investissements britanniques en France

Selon les chiffres publiés mercredi, 1.323 décisions d'investissements venues de l'étranger ont été prises en 2018, un chiffre en légère hausse par rapport à 2017, même si le nombre d'emplois créés ou maintenus (30.300) a reculé de 10% sur un an. Le Premier ministre Edouard Philippe a jugé "bons" jeudi les chiffres des investissements étrangers en France l'an passé, insistant notamment sur la hausse "considérable" (+33%) de ceux venus du Royaume-Uni, à l'approche du Brexit. Dans cette perspective, Paris avait lancé dès juillet 2017 une batterie de mesures destinées à relocaliser en France des activités britanniques, en tentant notamment d'attirer les entreprises financières de la City. Alors qu'il rencontrait jeudi des "start-up d'Etat", Edouard Philippe s'est félicité de la concrétisation des actions menées "en une réalité tout à fait réjouissante." >> Lire l'article complet sur le site Maddyness



Je m'abonne

la rédaction

Camille George,<br/>rédactrice en chef Camille George,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet