Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Chez Ikea, la crise a donné raison au projet de transformation

Publié par Marie-Amélie Fenoll le - mis à jour à
Chez Ikea, la crise a donné raison au projet de transformation
© anyaberkut - stock.adobe.com

Chez Ikea, la finance s'est davantage orientée besoin client en s'appuyant sur l'évolution des modes de consommation on line. Une transformation entamée dès 2018 dans le cadre d'un projet mondial de groupe et aujourd'hui en partie accéléré par la crise. Explications de Karine Havas, CFO France.

Je m'abonne
  • Imprimer

"La crise sanitaire de la Covid a accéléré la transformation du groupe et nous a conforté dans la nécessité de le faire. En d'autres termes, elle nous a donné raison.", explique Karine Havas, CFO d'Ikea France. Ainsi, dès 2018, dans un contexte économique marqué par de nouveaux modes de consommation en ligne, le groupe Ikea s'est lancé dans un grand projet de transformation mondial de l'ensemble de ses entités. "Un projet de transformation global décorrélé d'une nécessité économique et au contraire axé sur l'évolution du besoin client et du business", souligne la CFO.

Une transformation légitimée par la crise

Aux manettes de la transformation de la fonction finance au sein du groupe Ikea France, Karine Havas, nommée CFO en mai 2018. Pour elle, "une transformation efficace doit être globale et agir sur l'organisation, les compétences des collaborateurs, les outils et les process".

Le financier 4.0, dans ce contexte économique complexe, est "un chef d'orchestre du développement stratégique de l'entreprise et un ambassadeur de l'innovation et de la digitalisation. Les critères sociaux, sociétaux et environnementaux sont désormais au coeur de ses décisions, au même titre que la performance financière", souligne Karine Havas.

Si la nouvelle organisation n'est pas encore finalisée, côté RH, de nouveaux postes ont été créés comme celui de business analyst, de contrôleur financier ou encore de business navigateur."Nous mesurons l'évolution des postes et des compétences en fonction des besoins de la fonction", souligne Karine Havas.

Enfin, si "la transformation ne doit pas être une course à la digitalisation. C'est une erreur de se focaliser uniquement sur les outils. Cette digitalisation ne doit pas être un but en soi. Elle doit répondre à des besoins opérationnels", selon la CFO, le recours aux nouveaux outils digitaux fait partie de la feuille de route. Il y a un "très gros projet de changement d'ERP qui passe sous SAP". Un outil basé sur l'intelligence artificielle a aussi été mis en place pour anticiper la simulation sur les services, les besoin des clients et l'offre mais aussi pour simuler le développement des ventes et visualiser les marges. Ou connaître par exemple les impacts d'un nouveau point de vente sur les magasins existants.

Des indicateurs de type "happy customers"

En parallèle, les "KPI's doivent évoluer avec leur environnement" et de nouveaux indicateurs de création de valeur ont vu le jour. "S'il existe toujours des indicateurs financiers, ces derniers sont associés à des "happy customers" avec des enquêtes mensuelles sur la satisfaction des collaborateurs, leur engagement, leur adhésion aux valeurs de l'entreprise..." De même, des KPI's développement durable sur la mesure de l'empreinte carbone sont mis en place.

Aujourd'hui, le contexte économique a accéléré le calendrier des reportings financiers. Ces reportings autrefois bimestriels sont désormais hebdomadaires. Et dorénavant, les croissances des pays voisins doivent être davantage anticipées tout comme les ventes. Mais au final, la crise de la Covid-19 aura permis, sur certains axes de transformation, "de faire en 1 mois ce qui aurait dû se développer en 1 an", conclut la CFO.




Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande