Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Dépasser l'ERP traditionnel pour suivre le rythme du changement

Publié par Brand Voice le - mis à jour à
Qu'est-ce que BRAND VOICE ?
Dépasser l'ERP traditionnel pour suivre le rythme du changement

« 63 % des dirigeants d'entreprise disent que la vitesse d'exécution de leurs opérations n'est pas assez rapide. » affirme Gérald Nguyen-Tiet en ouverture d'une vidéo dédiée à l'évolution de l'ERP tournée à l'occasion de la 7ème édition de Future of Finance. Regional Financials Lead chez Workday, il partage le plateau avec Pascal Weill, DSI Finance Groupe chez Accor.

Je m'abonne
  • Imprimer

Comment combler le fossé d'accélération, c'est-à-dire l'écart grandissant entre le rythme des changements induits par les évolutions économiques, technologiques et réglementaires, et la capacité d'une entreprise à réagir et à tirer parti de nouvelles opportunités ? Pour Gérald, la réponse réside dans une combinaison de technologie et de gouvernance.

Le DAF, bicéphale

Au coeur du réacteur, le DAF s'apparente à Janus, dieu romain au double visage, l'un tourné vers le passé, l'autre vers l'avenir. Occupant autrefois un rôle centré sur les chiffres, il doit aujourd'hui prendre de la hauteur et revêtir plusieurs casquettes pour guider la stratégie de l'entreprise. On lui demande par exemple de plus en plus de fournir des analyses avancées destinées à appuyer la prise de décision au sein de la direction générale. « Le DAF joue un rôle à la fois tactique et stratégique, » souligne Gérald Nguyen-Tiet. « Sur le plan tactique, il garantit la disponibilité et la véracité des données comptables et financières. Sur le plan stratégique, il accompagne la croissance et la transformation de l'entreprise. ». Pour cela, il doit mieux exploiter les données afin d'améliorer ses prévisions et de simuler divers scénarios de réalisation.

Aussi est-il nécessaire de construire un modèle de gestion efficace et agile, socle du pilotage financier et stratégique de l'entreprise.

Vers une plus grande complexité des données

« La richesse de l'entreprise réside aujourd'hui dans la donnée, » rappelle Gérald Nguyen-Tiet. « Elle doit servir l'ensemble des fonctions et être accessible en temps réel, de manière complètement sécurisée et à la maille souhaitée par les utilisateurs. » Or, les enjeux des directions financières autour de la donnée sont multiples et vont bien au-delà des transactions.

Il y a d'abord une exigence accrue de fiabilité, de pertinence et d'actualisation des données financières. Il y a là un équilibre à trouver entre le niveau de granularité de l'information présentée d'une part ; la vitesse et la fréquence à laquelle cette information doit pouvoir être remontée d'autre part. C'est un enjeu de performance technologique qui s'adresse aux DSI, qui implique des choix stratégiques en matière de solutions (recours au Cloud, choix de la combinaison ERP / EPM, type d'intégrations, etc).

Puisque la plupart des entreprises fonctionnent encore en silos, l'intégration de données extra-financières est un autre enjeu important selon les deux experts. Gérald cite comme exemple la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) qui élargit le champ d'action des directions financières et comptables pour produire un reporting prenant compte des nouvelles normes réglementaires, et être en mesure d'accéder aux données non financières.

La gestion d'entreprise nouvelle génération

Alors que les rôles de la fonction Finance évoluent, et que le volume et la complexité des données continuent de croître, le DAF et ses équipes doivent pouvoir s'appuyer sur une nouvelle génération de logiciels. Les systèmes de gestion financière dans le Cloud, en particulier, intègrent plusieurs applications et centralisent les données dans une plateforme unique, tout en automatisant certaines tâches répétitives grâce au machine learning, afin de permettre aux collaborateurs de se concentrer sur l'analyse financière et de devenir de véritables business partners. C'est ce que propose le système de gestion d'entreprise Workday, nommé parmi les leaders par Gartner dans le dernier Magic Quadrant 2022 pour les entreprises orientées services.

Il se positionne comme une solution ERP Cloud de Nouvelle Génération, s'appuyant depuis 2005 sur les technologies de type plateforme qui ont fait le succès des géants de la tech et lui confèrent une plus grande flexibilité.

Une plateforme en Cloud public. L'ensemble des clients Workday quelle que soit leur taille, utilise la même plateforme avec une architecture sécurisée, qui bénéficie des innovations et des mises à jour, de manière régulière et transparente vis-à-vis des utilisateurs. C'est en rupture avec les ERP traditionnels. « De nombreux clients nous ont consultés car ils n'arrivent plus à faire évoluer leur système traditionnel du fait de développements spécifiques, accumulant de la dette technique. »

Avec un modèle de données unifié. L'architecture s'articule autour d'un modèle de données, qui connecte les données financières, RH et opérationnelles de toute l'entreprise. Il donne accès à des informations exploitables en temps réel. Ainsi, la partie planning (souvent désignée par EPM), la partie ERP (core finance, core HR et achats) ainsi que toute la BI analytique sont toutes rassemblées dans une seule plateforme. Une source de vérité, à disposition aussi bien pour des besoins traditionnels (à destination du groupe et des actionnaires) que pour les opérationnels, responsables métiers, avec des indicateurs de gestion adaptés à leurs besoins.

Et une configurabilité avancée. Workday met à disposition un catalogue de business process facilement configurables, évitant les écueils du développement et la dépendance aux équipes IT. La plateforme offre la possibilité de s'étendre et d'intégrer d'autres fonctionnalités métier, qui viennent compléter l'offre. Il s'agit ainsi de faciliter le quotidien des utilisateurs par l'ergonomie d'une application adaptable, évolutive et accessible à tout moment. C'est un atout pour l'attractivité auprès des talents.

Redonner du pouvoir aux métiers

« L'un des aspects intéressant d'une plateforme comme Workday est qu'elle donne la possibilité aux métiers de construire leurs propres reportings, là où il fallait auparavant passer par la DSI» explique Gérald Nguyen-Tiet. « Notre approche est une approche extrêmement agile, qui redonne du pouvoir aux métiers parce que c'est eux qui connaissent le mieux leurs besoins et leur usage de la donnée, » poursuit l'expert.

Toutefois, la mise en oeuvre d'une solution technologique ne suffit pas à elle seule. Ces projets stratégiques, qui nécessitent une collaboration étroite entre DAF et DSI, doivent s'accompagner de démarches solides de gouvernance et de retours d'expérience permanents entre les équipes. C'est de cette manière que les dirigeants d'entreprises pourront rattraper le rythme des changements qui caractérisent désormais un environnement de plus en plus concurrentiel et en constante évolution.



Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page