Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Daf magazine
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Quand l'audit extra-financier devient incontournable

Publié par le - mis à jour à
Quand l'audit extra-financier devient incontournable

Evaluer une entreprise est un exercice délicat dont la complexité a été amplifiée avec la crise sanitaire. L'enjeu de la prise en compte des indicateurs de performance extra-financière dans le prisme de l'évaluation devient un élément incontournable.

Je m'abonne
  • Imprimer

L'importance des indicateurs de performance extra-financière et d'une manière plus générale de l'information extra-financière est connue depuis des années. La difficulté principale réside dans la capacité à tenir compte d'informations ou données bien souvent non mesurées en euros dans la création de valeur de l'entreprise dont la majorité des techniques ou méthodologie utilisées conduisent à des valorisations monétaires, support de toute transaction.

Evaluation : l'importance de l'information extra-financière

La création de valeur de l'entreprise doit être appréhendée au regard de dimensions nouvelles reconnues comme des avantages concurrentiels forts. Les démarches RSE sont de plus en plus prises en considération dans les critères d'attribution de marchés ou dans la sélection de fournisseurs. Les grands groupes nationaux et multinationaux publient des informations de performance extra-financière depuis plusieurs années.

Bien que le concept de responsabilité sociétale et environnementale remonte aux années 60 dans la littérature académique, les règlementations depuis 2001 (Loi NRE) n'ont cessé de renforcer et, par un abaissement des seuils d'éligibilité aux dispositifs, d'élargir l'obligation de publication d'information de nature extra-financière.

Dans la démarche d'évaluation, l'évaluateur doit intégrer des indicateurs de performance spécifiques. Les données financières de l'entreprise constituent des informations clé, et permettent une analyse d'un point de vue financier. Etudier les chiffres d'affaires, les taux de marge, les niveaux d'excédent brut d'exploitation... donne une idée précise des performances de l'entreprise mais ces données seules ne suffisent pas à comprendre le modèle économique de l'entreprise et de son positionnement sur son marché.

La première phase de tout travail d'évaluation consiste en une analyse stratégique et un diagnostic financier. Si le diagnostic financier est systématique, l'analyse stratégique peut souvent apparaître insuffisamment formalisé. Il s'agit de comprendre l'environnement de marché, d'apprécier le positionnement concurrentiel de l'entreprise ou encore d'analyser son organisation. Il se doit d'appréhender les éléments clés de la création de valeur, comme la qualité du management, la recherche et le développement, le savoir-faire industriel, la capacité à répondre au marché demain. Inévitablement, compte-tenu de l'importance de la dimension sociale - sociétale - environnementale, les informations extra-financières sont des éléments à prendre en considération. Ces d'éléments qualitatifs ou quantitatifs, mais qui n'ont pas de nature financière, sont aujourd'hui de réels marqueurs des performances. La difficulté réside dans la traduction de ces analyses en valeur financière sur laquelle repose toute transaction, toute proposition et hypothèse devant être bien sûr documentée, prouvée et idéalement traduite en chiffres.

Même si des modèles, comme ceux établis pour la prise en compte des émissions de gaz à effet de serre, existent déjà, la prise en considération des données extra-financière reste une approche souvent qualitative qui ne pourra être dépassé que par des modélisations qui permettent de les valoriser d'un point de vue financier.

Information extra-financière : une tendance accentuée par la crise Covid

La période de crise sanitaire accentue cette nécessité d'appréhender la valeur d'une entreprise de manière globale, de dépasser une vision purement financière. Certaines entreprises ont pu connaitre une diminution de leurs indicateurs de performance de type EBITDA alors qu'elles ont fait preuve d'agilité et de résilience et que leur modèle économique est structuré pour des performances futures. Cette résistance à des stress tests " grandeurs nature " est riche d'enseignements dans la démarche d'évaluation.

Plus que jamais, les données extra-financières prennent une dimension incontournable dans l'appréhension de la création de valeur, et doivent aider à déterminer un intervalle de valorisation. Les comptes 2020 et 2021 ont été grandement impactés par la crise économique et sanitaire, et il est essentiel dans un exercice d'évaluation d'en isoler l'" effet Covid " pour une analyse fidèle et réelle de la valeur de l'entreprise. Croiser l'analyse des données financières et extra-financières prend aujourd'hui tout son sens, la crise ayant été un levier révélateur concret des perspectives d'évolution d'une entreprise. Confinements, couvre-feu et protocoles sanitaire ayant été des contraintes lourdes sur l'activité d'un bon nombre d'entre elles, l'analyse de la performance de l'entreprise sur cette période permet également d'évaluer sa robustesse, son agilité et sa capacité d'adaptation face à une situation complexe et inédite. Bien évidemment, des approches par les flux de trésorerie actualisés intègrent les facteurs clés de succès pour l'avenir. L'élaboration de business plan avec le croisement de plusieurs scénarii conduisent de facto le management à se projeter (bien que l'exercice soit délicat).

Une évaluation complète d'une entreprise requiert donc que l'évaluateur examine l'intégralité des données financières de l'entreprise, au moins sur les deux dernières années, mais qu'il analyse également son écosystème, son marché, ainsi que les risques auxquels elle pourrait être exposée et ses perspectives d'évolution (qualité du management, agilité des équipes, état de sa numérisation, politique de responsabilité sociale...). La crise renforce le poids des informations extra-financières dans la démarche d'évaluation et une revue de ces indicateurs peut asseoir l'analyse financière et éviter des erreurs d'appréciation.

Pour en savoir plus

Benjamin Poulard est expert-comptable et commissaire aux comptes au sein du réseau Exco à Nantes. Docteur en Sciences de Gestion, il intervient surtout auprès des PME et ETI dans des missions d'audit et de conseil, sur des opérations de transactions, et donc d'évaluation d'entreprise.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande