Mon compte Devenir membre Newsletters

Etude CFO Research : quand l'exception française devient une particularité ?

Publié le par

L'étude CFO Research 2013 recueille le point de vue de plus de 500 CFO dans le monde. Nouveaux clients, leviers de profitabilité, domaines d'investissements et évolution de la profession: ce qui frappe dans cette édition c'est l'exception française!

Etude CFO Research : quand l'exception française devient une particularité ?

L'étude CFO Research 2013 qui s'intéresse aux directeurs financiers de grands groupes internationaux (CA supérieur à 500 millions de dollars) démontre que quelque soit la question posée, les Daf français se distinguent de leurs confrères et consoeurs qui exercent dans un autre pays. En voici quelques preuves:

Conduite de la stratégie de l'entreprise : les exceptions françaises

- acquisition de nouveaux clients : si le Japon, l'Amérique du Nord et l'Argentine (50%) se focalisent sur leur propre marché, là où la Chine se concentre sur les marchés émergents (55%), la France s'illustre par un équilibre entre son marché domestique, les pays développés et les pays émergents.

- les marchés émergents font l'objet de toutes les attentions de la part des Daf en matière de vente et de distribution (50%), là où la France se concentre essentiellement sur la recherche de matières premières (57%).

- masse salariale: alors qu'à l'échelle mondiale, plus d'1 Daf sur 2 pense l'augmenter dans l'année qui vient, la France (et l'Europe plus généralement) est à contre courant : 32% s'attend à réduire ses effectifs.

- préserver la profitabilité : à l'échelle mondiale, plus de la moitié des Daf prévoient des dépenses et investissements modestes pour l'année à venir, alors que les Daf en France mettent l'accent sur le contrôle des coûts pour préserver cette profitabilité (48%) loin devant la moyenne mondiale (31%).

- domaines d'investissement : la majorité des Daf interrogés ont déclaré qu'ils investiraient davantage dans le marketing et les ventes (54%) ainsi que l'efficacité des process de production (48%); en France, c'est le développement de nouveaux produits et services qui sont privilégiés (48%).

- budget voyages: la tendance semble être l'augmentation du budget voyages pour plus d'1 Daf sur 2 (la Chine en tête à 84%); la France et l'Espagne sont, elles, plus sensibles au potentiel d'économies dans cette famille d'achat.

Évolution de la profession : pas le même ressenti

A l'échelle mondiale, la plus importante compétence requise pour un Daf pour les deux années à venir sera l'analyse stratégique (50%), suivie de près par la gestion du risque (41%). La France partage la première tendance à 43% mais c'est sa capacité à créer des partenariats internes productifs qui est la plus attendue (48%).

Et l'étude conclut que dans les deux ans à venir, le rôle des Daf contribuera de façon significative à encourager la croissance (50%) et l'innovation (46%). La France, quant à elle, plébiscite davantage l'innovation (64%) et le focus sur les marchés existants (41%).

Certes la différence de contexte économique peut expliquer les divergences relevées entre les CFO et les Daf français. Certes il y a bien quelques convergences, lesquelles, pour garder toute sa force à cette démonstration (!), ont été mises de côté. Mais plus que le contexte économique, il se pourrait bien que ce soit leur différence de positionnement en entreprise qui explique ces divergences d'opinion.

À propos de l'étude CFO Research pour American Express

Menée en Mars-Avril 2013 auprès de plus de 519 Directeurs Administratifs et Financiers de grandes sociétés internationales appartenant à divers secteurs industriels et dont le chiffre d'affaires est de plus de 500 millions de dollars. L'étude a été menée en en mars - avril 2013.