Mon compte Devenir membre Newsletters

Investissement à l'étranger : les Daf privilégient les Bric

Publié le par

Crise économique oblige, les directeurs financiers sont de plus en plus prudents sur les marchés internationaux. Selon une étude du réseau BDO, ils privilégient les Bric (Brésil, Russie, Inde et Chine), considérés comme des marchés “refuge”, et préfèrent éviter les marchés d'Europe du Sud.

Investissement à l'étranger : les Daf privilégient les Bric

Les deux tiers des directeurs financiers se disent “prudents” sur le plan du développement international, selon les chiffres de l'étude “Ambition Survey” publiée le 4 décembre. Pour expliquer cette aversion au risque, les Daf sont 78 % à évoquer le ralentissement économique mondial, 64 % la crise financière de la zone euro et 59 % la crainte d'une récession en “double creux”. Près de la moitié d'entre eux considèrent que la crise de l'euro a eu un impact sur leur projet de développement à l'étranger.

Les pays Bric vus comme des marchés refuge

En dépit de ce contexte économique difficile, les directeurs financiers disent avoir constaté une croissance moyenne de 9 % de leur chiffre d'affaires à l'international au cours de l'année écoulée. Ce chiffre se limite toutefois à 6 % en France, contre plus de 17 % pour les entreprises indiennes et russes.

L'un des principaux enseignements du baromètre publié par BDO est que les Daf considèrent les Bric comme des marchés “refuge”. Près de la moitié des quelques 1 000 directeurs financiers interrogés investissent ou prévoyent d'investir dans ces marchés dans les trois prochaines années, contre moins d'un tiers en 2011. Outre les Bric, les Daf plébiscitent les États-Unis, qui arrivent dans le trio de tête avec le Brésil et la Chine. Sans surprise, c'est cette dernière qui domine le classement pour la troisième année consécutive. Les directeurs financiers interrogés ont expliqué ce choix par la taille du marché et par le coût du travail peu élevé.

Le sud de l'Europe, zone à risques ?

Le document jette par ailleurs une lumière nouvelle sur les pays jugés “à risque” en matière d'investissement. Les pays du sud de l'Europe sont désormais perçus comme des destinations particulièrement risquées par les directeurs financiers. Ainsi, la Grèce se situe entre l'Irak et la Syrie, tandis que l'Espagne, placée au septième rang des pays inspirant le moins confiance aux investisseurs, est moins bien classée que l'Égypte. L'Italie, située en douzième position, se compare, quant à elle, au Soudan.

La France, de son côté, a chuté de la 7e à la 13e place du baromètre. L'étude souligne toutefois que le marché français demeure une priorité pour l'expansion internationale des entreprises néerlandaises et anglaises, qui le considèrent comme le plus important en Europe avec le marché allemand.

Mot clés :

Antoine Pietri