Adieu PME et ETI, bonjour aux ETM

Publié le par

Dans le cadre d'une étude réalisée en partenariat avec l'Essec, GE Capital a jeté un coup de projecteur sur les entreprises françaises de taille moyenne, ou ETM. Ces entreprises, qui représentent un poids économique considérable et résistent à la crise, peinent encore à accéder au financement.

Adieu PME et ETI, bonjour aux ETM

Une semaine à peine après la remise du rapport Gallois, la question de la compétitivité des entreprises françaises reste d'actualité. C'est dans ce contexte que GE Capital et l'ESSEC ont présenté le 15 novembre une étude portant sur les entreprises françaises de taille moyenne, dont le chiffre d'affaires se situe entre 10 et 500 millions d'euros. Ce document évoque le rôle majeur que ces entreprises ont joué et pourraient jouer à l'avenir dans le redéploiement de la croissance.

Les ETM représentent près d'un tiers du PIB

En France, on compte seulement 36 300 de ces sociétés, soit 1,7% du nombre total d'entreprises. Ensemble, elles dégagent pourtant 28% du PIB du secteur privé national. « Ce groupe d'entreprises semble avoir un pouvoir de négociation insuffisant pour influencer les décisions des gouvernements français et européens », pointe l'étude, en constatant que ce segment d'entreprises déplore un avantage concurrentiel encore inexploré.

Selon le document, les ETM françaises ont fait preuve d'une grande résilience pendant la crise. Entre 2007 et 2010, elles ont créé près de 58 000 emplois, tandis que les grandes entreprises en supprimaient un demi-million. « Ces nouveaux emplois correspondent à une contribution supplémentaire de 2,2 milliards d'euros à l'économie française », remarquent les auteurs de l'étude.

L'accès au financement, un enjeu crucial

L'étude de GE Capital attribue le succès des ETM à leur stratégie équilibrée entre les marchés domestiques et internationaux, et à un important effort d'innovation, qui leur confère un avantage concurrentiel. Leur vision stratégique de long terme et l'accès direct aux collaborateurs sont aussi des facteurs avancés pour expliquer leur réussite.

Des freins existent cependant, comme leur difficulté à repérer et à recruter des talents ou l'adaptation à la réglementation. Mais c'est le financement qui constitue le principal obstacle pour les entreprises de taille moyenne. Ainsi, un tiers des ETM interrogées ont déclaré trouver très problématique l'accès aux marchés financiers. « L'accès à des fonds de roulement suffisants est le défi numéro un », souligne le document, ajoutant que les stratégies de long terme, l'innovation et le développement de produits hautement concurrentiels exigent des investissements constants.