Mon compte Devenir membre Newsletters

Faites fi de 3 idées reçues sur les prévisions de trésorerie ! (III)

Publié le par

La prévision de cash, tout le monde la pratique mais qui se sent à son aise dans cet exercice ? Il existe des idées reçues, trois précisément, en la matière: une fois balayées, le chemin est moins ardu. Trois idées donc trois tribunes. Voici la dernière...

Troisième - et dernier - volet des idées reçues en matière de prévisions de trésorerie (Lire « Je vais bien ne t’en fais pas » et « la vie est un long fleuve tranquille ») : « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? »
Il est vrai que nous constatons encore régulièrement une troisième idée reçue : le pilotage de la prévision de trésorerie, c’est l’affaire du Trésorier…
Dans les groupes qui ont la taille suffisante pour avoir un trésorier groupe, bien souvent toutes les missions où apparaît le mot « trésorerie » lui sont confiées. Parce qu’il est transverse à la finance, parce qu’il fait appel à des connaissances comptables, contrôle de gestion…, ce sujet est mal maîtrisé par les trésoriers, même s’il y a toujours, bien sûr, des exceptions.
Or, la prévision de cash c’est vraiment le cœur de la finance d’entreprise :
- savoir où on va ? Pourquoi on y va ? A ce sujet, nous vous invitons à lire le plan des 4 P, dans notre volet 1
- à quel rythme on y va ? Quel est notre niveau de consommation de cash, quels sont nos pics et nos creux ? Quels financements pour quels besoins ? cf notre volet 2

Daf, VOUS êtes pilote ! La prévision de cash doit être incontournable, régulière, et sous votre responsabilité.

L’incontournable outil de pilotage


La dimension de gestion des risques est très présente dans le pilotage du cash prévisionnel : risque de liquidité, risque de rupture de covenants, risque de change. Si le DAF de grands groupes peut déléguer l’élaboration en tout ou partie, en PME il ne peut s’abstraire de les contrôler et de les analyser car lui seul :
- possède une bonne vision d’ensemble de l’entreprise, de ses métiers et de ses modes de fonctionnement;
- peut avoir accès à un certain nombre d’informations prévisionnelles non disponibles dans les SI auxquelles n’ont pas accès les N-1.
Une bonne prévision de trésorerie dépend également la conviction avec laquelle elle est défendue qui découlera a priori du degré de confiance dans les chiffres produits. Cette confiance ne peut être acquise qu’en ayant une compréhension intime des flux de cash de la société.
En conclusion : La prévision de trésorerie, c’est-à-dire la traduction en dimension cash de l’activité de l’entreprise, c’est le cœur de la finance d’entreprise, c’est le cœur du métier du Daf et c’est incontournable !

Clé de succès : la régularité, toujours


Nous l’avons déjà martelé : une prévision de trésorerie « one-shot » est bien moins utile et crédible qu’une prévision régulière.
La fréquence d’actualisation des prévisions peut être hebdomadaire, mensuelle voire trimestrielle. La bonne fréquence est celle qui vous permet de prendre les décisions qui s’imposent, et c’est celle qui est régulière, quoi qu’il arrive.
Un des buts d’une prévision de trésorerie est de mesurer la performance des plans d’action : en étant régulier, vous pourrez constater les faiblesses de performance, et vous serez en mesure d’ajuster, de vous re-projeter dans d’autres modes d’action. En effet, l’erreur est souvent d’occulter les écarts entre réel et prévisionnel. On se re-projette dans une nouvelle prévision de trésorerie sans analyser les conséquences de ce qui se passe. Cette procédure formelle de bouclage, d’analyse réel/prévisionnel et ce qui en découle comme conséquence sur le futur et sur la fiabilité de votre modèle, est clé car le business évolue. Il faut être capable d’ajuster, seule une vraie régularité vous le permettra.

Le DAF reste commandant de bord

Souvent en PME, c’est dans le comité de direction qu’on trouve des informations clés sur le futur de l’entreprise. Il ne faut pas perdre de vue que la prévision de cash est avant tout un moyen pour le Daf de définir et suivre des plans d’action opérationnels et stratégiques. Par ailleurs la prévision de trésorerie est le premier outil de lecture de votre entreprise par les banquiers et les analystes.
Vous seul devez être en mesure de piloter :
- une information financière organisée pour être « cash compatible »
- un modèle de traitement robuste et adapté
- Un étalonnage fréquent pour ajuster les hypothèses
Car le DAF :
- maîtrise les données sources,
- définit et ajuste les plans d’action
- défend avec conviction la prévision de trésorerie de son entreprise

Pour résumer
Si vous ne deviez retenir que 4 clés de cette dernière trilogie, c’est bien celles-ci : la prévision de cash n’est pas un phénomène de mode et ne fait pas le buzz pour rien. Elle est incontournable, elle ne s’improvise pas, elle doit être régulière, et relève de la responsabilité du DAF.