Mon compte Devenir membre Newsletters

L'accès au crédit demeure difficile pour les PME

Publié le par

Les besoins de financement des PME françaises sont en hausse. Les dirigeants sont de plus en plus nombreux à vouloir investir. Pourtant, selon le baromètre de KPMG, le financement et l'accès au crédit continuent à poser problème pour ces entreprises.

L'accès au crédit demeure difficile pour les PME

La problématique de l'accès au crédit continue à pénaliser les PME, selon le baromètre de KPMG et de la CGPME. D'après les chiffres de la quinzième édition de cette étude1, publiée le 11 octobre, 24 % des entreprises interrogées disent connaître des difficultés importantes dans l'obtention de financements bancaires pour leur trésorerie. Cette tendance est d'autant plus marquée dans le secteur du BTP, avec un tiers des entreprises concernées, ainsi que dans les entreprises qui ont des besoins de financements d'exploitation, où ce chiffre atteint 44 %. En revanche, les plus grosses PME semblent relativement épargnées par ce phénomène, puisque les entreprises de 250 à 499 salariés déclarent à 80 % ne pas rencontrer d'obstacles importants.

Une autolimitation en hausse

L'un des problèmes principaux réside dans le durcissement des conditions de financement des banques. S'il est moins perçu qu'auparavant par les PME, deux dirigeants sur trois disent toujours ressentir ce phénomène. Autre point problématique : les frais élevés et les montants plus faibles que souhaités, qui concernent 42 % des entreprises. Enfin, trois contraintes semblent peser plus fortement qu'auparavant sur les PME : la réduction des crédits ou des facilités de trésorerie, les demandes de cofinancement et les délais d'acceptation des dossiers.

Conséquence logique : une nouvelle hausse de l'autolimitation des chefs d'entreprises dans leurs demandes de financements auprès des banques. Elle concerne désormais 36 % des PME, soit une hausse de 9 % sur les six derniers mois.

Les besoins ne faiblissent pas

La difficulté d'accès au crédit pour les PME est d'autant plus problématique que les besoins de financements sont en progression. En effet, près de la moitié des dirigeants de PME interrogés disent avoir l'intention de réaliser des investissements au cours des prochains mois. En outre, 69 % des PME ont au moins un besoin de crédits aujourd'hui, que ce soit pour financer des investissements ou pour leur exploitation ; un chiffre en hausse de neuf points en six mois.

Dans le détail, les besoins de financement pour le remplacement ou l'entretien de l'exploitation sont en forte baisse, mais concernent toujours la moitié des PME. En revanche, les besoins de crédit pour des investissements (véhicules, informatique) ont progressé sur les trois derniers mois pour atteindre 48 %. Enfin, les besoins de crédits pour des investissements d'innovation et pour des acquisitions de développement ont reculé, et concernent respectivement 43 % et 21 % des entreprises.

(1) L'enquête a été réalisée du 17 au 21 septembre auprès d'un échantillon de 402 dirigeants d'entreprises représentatifs des entreprises françaises de 10 à 500 salariés.